L’hypocrisie de Joe Biden avec Poutine et le traité START

par La marmotte
mercredi 24 février 2021

Le désir de protéger l’humanité contre un Armageddon des deux superpuissances nucléaires, les États-Unis et la Russie, est seulement ce qui masque la décision de Joe Biden de prolonger le Traité de réduction des armements. 

L'accord a été signé en 2010 par Barack Obama du côté américain et Dmitri Medvedev du côté russe. L'accord de dix ans, comme son nom l'indique, signifiait de réduire les ogives nucléaires à 1550, les missiles balistiques intercontinentaux, les missiles balistiques lancés par sous-marins et les bombardiers lourds à 700. 

Le traité devait expirer en février 2021 et Donald Trump, n'était pas pressé de renouveler l'un des rares documents restants pour enrayer la course aux armements totale. Le Traité START a alors cessé d'exister sous l'administration Trump, laissant les États-Unis et la Russie libres de développer de nouveaux types d'armes.

Joe Biden a exprimé le désir de récupérer le traité. Il est maintenant à la Maison Blanche et a immédiatement revendiqué sa capacité à négocier de manière pacifique. Beaucoup l'ont sûrement sur-évalué. Vous pouvez difficilement les blâmer. L'extension du Traité START a été une victoire du bon sens, et ce, à la toute dernière minute. Mais derrière la décision de Biden, il y a de nombreux facteurs qui sont bien plus importants à Washington qu’un accord avec Moscou. 

A priori, Biden tente de redonner une image positive des États-Unis aux yeux du monde. C'est important pour les démocrates, qui sont tellement désireux de conserver le commerce avec l'Europe. Mais c'est aussi important pour l'économie américaine, qui peine à faire face à des dépenses de défense colossales. Le Pentagone recevra 740 milliards de dollars en 2021, ce qui est clairement insuffisant pour alimenter la machine militaire la plus puissante du monde. 

La Russie a activement démontré ses nouveaux développements militaires ces dernières années. Elle s'arme de missiles hypersoniques et de drones sous-marins à propulsion nucléaire qui pourraient facilement échapper aux défenses antimissiles américaines. La Russie a testé un missile d'interception directe anti-satellite qui peut détruire des satellites en orbite terrestre basse. 

Les États Unis ne sont pas en mesure de répondre proportionnellement à un développement aussi rapide que l'industrie militaire russe. Par exemple, 93 avions F-35 seront achetés en 2021 pour un coût de 9,1 milliards de dollars et 7,5 milliards de dollars seront dépensés pour le drone MQ-9 Reaper. La marine américaine recevra neuf navires de guerre, dont un sous-marin supplémentaire de classe Virginia et 29 milliards de dollars ont été affectés aux forces nucléaires stratégiques. Aussi, de nombreux projets d'ogives hypersoniques ont échoué et ont été gelés. L'industrie américaine de la défense semble s'être relâchée face à un lobbying sans fin et n'est pas pressée d'innover.

La situation est aggravée par la stagnation de l'économie. Les démocrates sont arrivés au pouvoir alors que le pays traversait une crise d'une grande ampleur. Les ressources qui pourraient être investies dans de nouveaux développements ne sont tout simplement pas disponibles. Bien sûr, les États-Unis allouent des fonds à l'intelligence artificielle et à d'autres technologies révolutionnaires, mais il n'est pas question de percée de si tôt. Cela signifie qu'il devient plus difficile de concurrencer les systèmes plus flexibles de la Russie et de la Chine. 

Dans cet esprit, proroger le traité START pour les États-Unis est un pas en arrière forcé que les démocrates ont hypocritement masqué par un prétendu désir de stabilité mondiale. Bien sûr, personne ici n'appelle à déchirer le traité pour montrer aux Russes ce dont l'Amérique est capable. Mais les conditions dans lesquelles les États-Unis et la Russie ont prolongé l'accord START ne sont pas propices à faire durer l'accord. Au lieu d'élargir l'accord, il a été signé tel quel, même si la technologie militaire a sérieusement évolué. La Chine n'a pas non plus été impliquée dans l'accord. Tous ces éléments sont des raisons potentielles de mettre fin au traité. Washington pense peut-être qu'il a quelques atouts dans sa manche lorsque le traité n'a aucun sens pour les États-Unis. Mais de tels jeux avec le feu ont des conséquences irréversibles.


Lire l'article complet, et les commentaires