L’iran : dans l’oeil du cyclone

par FRIDA
lundi 25 novembre 2013

 

Tout accord officiel doit entraîner un autre ou plusieurs accords secrets pour déjouer ce qui a été concédé ou accepté officiellement, cela s'appelle la diplomatie.

J'ai deux hypothèses pour expliquer cet accord sur le nucléaire iranien :

1° les Américains savent qu'ils ne peuvent pas intervenir immédiatement, il n'y a pas de preuves (même artificielles), ils sont encore englués en Afghanistan, la Syrie est un autre fiasco (du point de vue de l'opinion publique) qui s'ajoute à ceux de l'Irak, la Libye... Donc toute intervention ne fera qu'aiguiser la haine et l'hostilité envers Israël et les EUA. Ils doivent gagner l'opinion ne serait-ce que au tout début de la guerre. Par la suite, l'opinion publique s'habitue au fait accompli... C'est donc un accord en attente de fabriquer un incident sérieux qui amenerait l'opinion sinon en faveur d'une guerre contre l'Iran, au moins la mettre en situation de choc pour ne pas savoir quoi penser...

2° Les Iraniens peuvent sauter sur l'occasion pour revenir sur la scène international, mais surtout reprendre des forces après tant d'années de sanctions financières et d'embargo.Trouver une légitimité en renonçant au nucléaire défensif et se contenter du nucléaire civil. Cela leur apportera la sympathie de l'opinion publique malgré le régime des mollahs. Mais ils doivent se rappeler qu'à chaque fois, à la veille d'une guerre, on a eu droit à des accords qui semblaient dénouer une crise profonde empoisonnant les relations internationales. Ce fut le cas pour l'Irak, et la Libye. Donc cet accord ne peut être qu'un alibi pour les EUA pour se dédouaner en cas de guerre contre l'Iran. Les Iraniens doivent se sentir plus menacés que jamais par une guerre imminente, et pas seulement de la part des Israéliens. Les Iraniens se trouvent dans l'oeil du cyclone.

Quid de la France ? C'est le dindon de la farce.

Elle s'est aliénée tout le monde. Israël n'a pas eu l'obstruction qu'il souhaitait. Il mesure que la France n'a plus aucun poids sur la scène internationale. La France a mis à dos les Russes, les Chinois et en premier les Iraniens. Donc, elle s'est marginalisée davantage sur le plan international, comme elle s'est fait marginaliser sur le plan européen. En l'absence d'un sursaut national et d'une prise de conscience de la dérive de la politique française aussi bien sur le plan interne que sur le plan externe, la France court un grand danger.

 


Lire l'article complet, et les commentaires