L’Iran, la Corée du Nord et la guerre nucléaire mondiale

par Al West
mercredi 11 avril 2012

Qu’on ne se méprenne pas : je suis atterré par la propagande exercée à l’encontre du régime iranien et je reconnais le droit que cette nation possède à l’indépendance énergétique et à l’élaboration du nucléaire civil, voire militaire – ce dans une moindre mesure et uniquement car un état de la région le possède de façon illégale, suivez mon regard. Néanmoins, au vu de ce qui est en train d’être planifié au Moyen-Orient, il me semble qu’en matière de situation internationale, les Iraniens, et surtout les Russes, ont peut-être réalisé l’une de leurs plus grosses erreurs à propos du nucléaire iranien.

Brefs rappels

L’Iran a toujours démenti vouloir mener un programme militaire sous couvert de programme nucléaire civil.

Mahmoud Ahmadinejad n’a jamais menacé l’intégrité territoriale d’Israël : voir ici ou là.

L’Iran n’a jamais refusé le quelconque accès à ces sites nucléaires aux membres de l’AIEA , alors que le droit international n’exige aucunement qu’il le fasse.

La menace iranienne : un prétexte à long terme

L’Iran, bien que menacée depuis le milieu des années 2000 par les puissances occidentales, ne s’est jamais pliée aux injonctions liberticides à son encontre, revendiquant le droit à la technologie nucléaire dans un but pacifique. Mais quel était l’objectif poursuivi par les atlantistes dans la mise en scène du nucléaire iranien ? Un prétexte pour l’attaque du pays et le contrôle de ses ressources énergétiques ? Pour l’empêcher de participer au développement économique et énergétique de l’Asie Centrale ? Sûrement… Mais n’y a-t-il pas une autre raison, plus profonde, plus horrible encore que ces deux-là ?

Le bouclier de l’OTAN au Moyen-Orient

C’est là que ça devient intéressant, tenez-vous bien : Hilary Clinton a récemment proposé à plusieurs états du golfe Persique d’accueillir le bouclier antimissile pour contrer la menace que représente l’Iran ! Sur la liste des prétendants, on trouve – non sans surprise… – l’Arabie Saoudite, le Koweït, Bahreïn, le Qatar, les Emirats Arabes Unis et Oman. On notera toute l’ironie de la dame :

"We enter into these talks with a sober perspective about Iran's intentions. It is incumbent upon Iran to demonstrate by its actions that it is a willing partner and to participate in these negotiations with an effort to obtain concrete results''

L’Iran a toujours été désireux de reprendre les discussions avec l’AIEA et notamment de les laisser visiter les sites de leur choix. C’est donc parfaitement hypocrite que de prétendre que c’est à l’Iran de faire montre de coopération. Quoique dira le régime iranien, il est désormais coupable : il est sur la liste des états terroristes ayant la volonté de tirer un missile nucléaire sur Israël, de profiter de l’exploit pendant quelques minutes, avant de se voir renvoyer la politesse puissance mille et d’être ainsi rayé de la carte. Eût-il abandonné toute ambition nucléaire, même civile, le régime iranien aurait peut-être permis au continent asiatique de gagner du temps et d’empêcher ainsi la mise en place d’un bouclier antimissile menaçant l’entièreté du continent.

L’autre idiot utile : la Corée du Nord

La Corée du Nord est l’équivalent est-asiatique de l’Iran, le prétexte tout trouvé pour l’instauration d’un bouclier antimissile, comme le prévoient les Etats-Unis, au Japon et en Corée du Sud ou au Japon et en Australie. Les deux projets sont en effet à l’étude. La Corée du Nord, ce régime instable récemment accusé de tenter d’effectuer des tests balistiques sous couvert de lancer d’un satellite météorologique ainsi que des essais nucléaires souterrains, est la parfaite excuse au déploiement d’un bouclier antimissile qui anéantira toute perspective de riposte sino-russe dans le cas d’un conflit nucléaire.

La Russie de Poutine : le « boss de fin »

La menace iranienne apparaît avec le recul comme l’unique prétexte à l’instauration d’un bouclier anti-missile dans la région. Mais pour quoi faire ? L’Europe est déjà protégée, les Etats-Unis sont, eux, surprotégés. Alors qui ? Il ne vous aura pas échappé que le seul véritable allié des Occidentaux dans la région, outre ces débiles de Qataris heureux de faire partie de la cour des grands, est Israël. Or, qu’est-ce qui empêchait jusque-là une guerre nucléaire mondiale si ce n’est l’absence de protection de la Terre Sainte et l’emprise des dirigeants israéliens sur la politique étrangère des Etats-Unis ? Si le pouvoir de dissuasion nucléaire de la Russie – premier arsenal atomique du monde avec plus de 13 000 têtes nucléaires – venait à être réduit à néant, rien n’empêchera alors une guerre nucléaire initiée par les Occidentaux, d’autant plus que, côté pacifique, un bouclier antimissile empêcherait toute menace balistique de sortir du continent asiatique, possible futur tombeau radioactif de deux tiers de l’humanité.

Appel à tous les lecteurs

Ce sujet est trop important pour qu'il ne soit pas connu. Complètement occulté dans nos médias, inconnu de la population, il est important de sensibiliser le plus grand nombre à cette menace qui pèse sur le monde alors que la raison ne suffira pas à contrebalancer les ambitions génocidaires de nos dirigeants. Je vous saurais donc gré de bien vouloir faire suivre l'information.


Lire l'article complet, et les commentaires