Le départ de mineurs français pour Israël, un « djihadisme républicain » ?

par Thomas Roussot
samedi 26 juillet 2014

Alors que ladite opération « Bordure Protectrice » continue de se dérouler, que les crimes de guerre et contre l’humanité sont dans le collimateur de l’ONU, plus de 700 jeunes français dont de nombreux mineurs de 16 à 18 ans ont participé au programme de volontariat civil NATI-SAREL dans les bases d'Israël :

http://www.sarelvolontariat.org/index.php/Programmes/programme-special-nati-16-18-ans.html

Ce programme s'adresse aux jeunes de 16 a 18 ans.

" Cet été, comme plus de 500 jeunes venus de toute la France viens aider Israël et passer tes vacances en tant que volontaire dans des bases de Tsahal.

Tu connaitras la réalité Israëlienne en partageant le quotidien avec des soldats à l'intérieur du pays et dans des bases sécurisées.

C'est une occasion unique de créer des liens avec des israëliens et d'autres volontaires.

C'est aussi une expérience hors du commun et inoubliable et pourquoi pas tes plus belles vacances." Le Député Yoni Chetboun, Président du Lobby Francophone de la Knesset, les a accueillis au Parlement israélien pour la cérémonie de clôture du programme avec la participation du Ministre du Logement Ouri Ariel et des représentants de Tsahal. Chetboun a déclaré aux jeunes participants : « Je suis fier de vous. Au lieu de partir en vacances aux Etats-Unis ou ailleurs, vous avez choisi de venir en Israël pour renforcer Tsahal ». Tel est donc le programme de vacances pour une partie de la jeunesse française possédant la double nationalité.

« Le volontariat que vous avez réalisé dans les bases de l’armée a contribué grandement à la bonne préparation des forces combattantes sur le terrain. Lorsque nos soldats sont entrés à Gaza et qu’il a fallu rouvrir les réserves d’urgence, le matériel était à sa place, prêt et rangé avec précision. C’est en grande partie grâce aux volontaires de Sarel », comme l’a déclaré Yael Lantset, responsable de la logistique de Tsahal.

Le Député Yoni Chetboun organisateur de la cérémonie, s’est adressé en ces termes aux jeunes volontaires : « Je suis fier de vous. Vous avez fait le choix d’être volontaires et de venir soutenir Tsahal en ces jours difficiles. J’attends de vous, lorsque le moment sera le bon de faire le choix de nous rejoindre en tant que citoyens de l’Etat d’Israël. »

 

Qu’un État étranger en guerre incite de jeunes français mineurs à changer de nationalité et à participer à une guerre de colonisation devrait émouvoir un gouvernement souverain si prompt à dénoncer le départ d’autres jeunes pour la Syrie : Les mesures pour empêcher le départ des jeunes pour la Syrie

 

Pourquoi ne pas envisager une interdiction administrative de sortie du territoire pour ces candidats à une politique de colonisation condamnée par les instances internationales, pour éviter qu’ils ne se radicalisent à l’extérieur, (au moyen d’une invalidation et d’une confiscation de leur passeport), et une information donnée aux compagnies aériennes qui auraient interdiction de les prendre à leur bord ? Pourquoi, en cas de manquements, des mandats d’arrêts internationaux ne seraient pas décernés en leur endroit ?

 Mais pour le moment, aucune déclaration, aucune émotion, indignation et autre appel solennel à la vigilance. L’amitié indéfectible d’une classe politique pour l’État en question n’est sans doute pas étrangère à cette vigilance à géométrie variable si l’on en croit le nombre d’élus impliqués dans cette « amitié indéfectible ».

http://www.assemblee-nationale.fr/qui/xml/organe.asp?id_organe=%2F13%2Ftribun%2Fxml%2Fxml%2Forganes%2F393070.xml

 http://jssnews.com/2014/07/24/700-jeunes-francais-de-16-a-18-ans-se-portent-volontaires-dans-les-bases-de-tsahal/


Lire l'article complet, et les commentaires