Le projet de Constitution syrienne suscite de vifs débats

par Gabriella
mercredi 1er février 2017

Lors des négociations d'Astana les experts russes ont proposé un projet de Constitution syrienne dans le cadre du processus visant à résoudre la crise.
Le texte n'est pas encore approuvé par des représentants syriens. Ce sujet a causé, pourtant, de vifs débats sur les réseaux sociaux, surtout dans le monde arabe.


Parmi les clauses les plus discutées figurent la disparition du mot “arabe” dans le nom de la République syrienne et l’abolition de la religion dominante. Le texte supprimerait également la condition sur la religion du président en Syrie.

 « La République syrienne est un État indépendant souverain démocratique fondé sur les principes de l'état de droit, de l'égalité et de l'unité sociale, du respect des droits et des libertés de tous les citoyens sans aucune différenciation, » déclare le texte

Le projet rédigé par les experts stipule que « l'État respecte toutes les religions et garantit la liberté des cultes » en Syrie, en tant que pays multiconfessionnel et multiethnique.
La langue officielle de la Syrie reste l'arabe, mais selon un amendement proposé par Moscou, « la langue arabe et kurde pourraient être utilisées à part égale dans des régions à majorité arabe ou kurde. La population de chaque région, aussi, aura le droit d’utiliser sa langue parlée, outre la langue arabe, selon la nouvelle version. »
Le texte prévoit également que le président “se charge de faire l’intermédiaire entre l’État et la société”. Aucun pouvoir législatif ne lui est attribué.
 Le projet semble s'être basé sur des principes démocratiqes. Mais sera-ce suffisant pour convaincre toutes les parties impliquées ? Et pourquoi les représentants de la coalition occidentale restent silencieux ? Certes, seul le peuple syrien a le droit de prendre la décision finale. Pour le moment, il n'y a qu'une chose sûre, quelle que soit la réaction des dirigeants occidentaux, cette démarche de la part de la Russie est une avancée dans la résolution de la crise syrienne.

La version complète du projet en anglais

 


Lire l'article complet, et les commentaires