Le redressement ou l’échec humain, c’est maintenant qu’il faut décider

par Mohammed MADJOUR
lundi 29 décembre 2014

Au lieu de tourner en rond au rythme de la désinformation médiatique qui pollue de plus en plus les esprits et conforte le Bazar du commerce mondial, acceptons le réel constat et allons vers l’avenir. Le monde d’aujourd’hui est confronté à la mondialisation du portefeuille, ce qui entrave la mondialisation du savoir et de la science qui aurait du être tout simplement, au début du XXIe siècle, l’aube de l’Universalité et donc d’une meilleure condition humaine ! Nous savons que les peuples ont évolué depuis des dizaines de siècles sous le poids de la « pensée occidentale » et comme la pensée commande le geste, l’état actuel de ce monde n’est donc en définitive que le produit de l’Occident ! Soyons honnêtes et plus objectifs… Ni les pays africains, ni les pays asiatiques ne sont responsables de cette indéfinissable ambiance où rien ne vaut plus rien…

L’hégémonie culturelle ; l’uniformisation des pratiques politiques ; la généralisation des comportements qui appellent à l’égoïsme ; les surproductions dans tous les domaines ; les surconsommations et le gaspillage des richesses, des énergies et des denrées alimentaires ; l’érosion des valeurs fondamentales humaines ; les instabilités et les conflits récurrents ; la pollution planétaire ; la course aux armements nucléaires, les dérives stratégiques qui cultivent et pratiquent l’idéologie de la terreur qui terrorise des individus et des populations dans le but d’une inhumaine exploitation, ce qui crée les réactions terroristes et pérennise le cycle infernal des violences ; enfin l’impuissance avérée des Etats et des gouvernements à imposer le respect des lois par tous et à inhiber l’émulation des hors la loi à vouloir transformer les patrimoines nationaux en patrimoines privés ce qui provoque la paupérisation du monde malgré l’incommensurable abondance des richesses, preuve en est cette crise actuelle qui accable les travailleurs de tous les pays qui basculent de plus en plus dans l’univers du chômage … C’est un échec humain à l’échelle humaine ! Tout cela nous fait penser que les concepts scientifiques, culturels et politiques occidentaux sont défaillants !

L’Occident est directement mis en cause ! Le principe de la « démocratie occidentale », avec ses accessoires de « liberté », « d’égalité » et des « droits de l’homme » définitivement déclassés par la science et par la sagesse parce que fondamentalement faux et par suite dévalorisants, rabaisse plus qu’il n’élève le genre humain puisqu’en permettant par les "ruses électorales" l’ascension sociale des individus qui s’agrippent plus ou moins longtemps à leurs sièges d’où ils gèrent de plus en plus mal les affaires publiques, il encourage les peuples à la soumission et à la mendicité de leurs droits légitimes ! Il apparait donc cette survivance de la plus grande tare humaine qui est la volonté de domination dont la théorie et la pratique des différentes idéologies occidentales ne sont que la preuve la plus irréfutable : Ainsi l’esprit négatif de la dissuasion nucléaire ; ainsi l’entêtement à vouloir toujours former les coalitions antagonistes s’opposant dans des interminables guerres froides et surtout le maintien d’une hiérarchie mondiale inamovible qui détermine un ordre économique injuste en maintenant indéfiniment comme enjeu de circonstance un monde riche mais médiocre au profit d’un monde avide et insatiable ! Ainsi le terrorisme économique des embargos et de l’isolement qui font payer aux peuples les fautes des responsables incompétents et malhonnêtes ! Parce que nous pensons au contraire que la « vraie démocratie » est l’obéissance aux lois et non aux hommes, nous nous posons et nous posons à tous la question …Pour ne plus avoir à envisager, non pas l’élimination des « dictateurs » comme le proclame l’hypocrisie politique, mais plutôt pour arrêter la destruction massive des cultures et des pays qui terrorisent des populations paisibles et ce qui enclenche le cercle infernal des réactions terroristes ; n’est-il pas possible aujourd’hui avec le niveau de développement scientifique et technologique qui peut assurer le bien être à tous les peuples, envisager réellement un Nouveau Monde avec un « Nouvel Ordre Economique Mondial » et avec une meilleure législation, dans lequel il y’aura moins de violence et plus de coopération ; en libérant notamment les « Institutions dites internationales » des influences nationales puis en soulageant l’ONU du primitif et insolite « droit de veto » qui est tout simplement la définition même de l’injustice !

A la fin du XXe siècle toutes les grandes idéologies et toutes les grandes théories avaient fait faillite au profit des plus grands complots. Les religions, qu’on croyait qu’elles étaient assimilées ou ignorées au sein des nations apaisées après vingt siècles de développement et de fluctuation, font face aujourd’hui aux pressions les plus sataniques comme si elles étaient réellement la cause de l’échec humain. Les religions qui, elles-mêmes avaient interdit l’injustice, la terreur et l’intolérance, les religions elles-mêmes qui avaient préconisé la plus grande solidarité humaine et sociale et avaient conseillé l’éloignement de tous les fléaux se trouvent aujourd’hui accusées parce que «  l’idéologie du bouc-émissaire » veut qu’il soit ainsi plus facile de tout mettre sur le dos des prophètes morts il y’ a des dizaines de siècles que d’accuser les minables responsables politiques qui fuient leur devoir dès le premier jour de leur investiture permise par la haute trahison d’une hypocrite démocratie toujours synonyme d’un "leurre démocratique". Après des dizaines de siècles, on n’a pas trouvé mieux que de coller « l’idéologie terroriste » sur les « écrits religieux » interprétés comme il se doit par les intellectuels terroristes occidentaux qui emploient à dessein dans leur "art de communication" un "lexique politico-satanique" qui non seulement interdit la compréhension mais en plus désoriente et destabilise les individus les plus fragiles ! On met l’idéologie terroriste sur le dos « des pays arabes » afin de justifier leur destruction programmée suite aux calculs stratégiques que l’on sait. Ainsi la « communauté occidentale » derrière la dénomination hypocrite de  « communauté internationale » a assassiné des chefs d’Etats, elle a détrôné des chefs d’Etats qu’elle avait elle-même souvent installés et solidement soutenus lorsqu'ils étaient "utiles et soumis" et elle a détruit durablement des pays qui de plus ne se sont jamais hissés au niveau acceptable qu’exige l’organisation humaine et sociale contemporaine. Est-ce aider ces « pays » en les bombardant avec des millions de sacs de bombes et en leur ôtant l’embryon d’un Etat qui n’arrive même pas à se développer ? Même la communauté occidentale veut en finir avec sa religion non pas en consacrant un autre « divorce avec l’église » mais en « l’adaptant » aux mentalités et aux comportements les plus contre-nature, plus qu’un schisme ! Est-ce libérer les populations européennes en les enfermant dans une honteuse législation homosexuelle qui a fait démissionner un Pape qui n’a plus la force de la foi, juste assez pour dire « Non », afin de le remplacer par un autre qui met toute son énergie dans la diversion politicienne ? Plus de « socialisme », plus de « capitalisme », plus de « religion », plus aucune « philosophie », pas même un semblant d’une « idée politique  », sommes-nous au seuil de l’anarchie universelle ?

Le début du XXIe siècle, à l’ombre d’une mondialisation bâtarde de l’argent, a vu la faillite de tous les systèmes politiques dans le monde. En mettant en avant la théorie et la pratique du terrorisme de l’argent sale et du pouvoir occulte pour mieux justifier la répression et la terreur des administrations, en brandissant chaque jour le fantôme d’une mondialisation impossible à maitriser et qui provoque l’hémorragie des économies nationales, les chefs d’Etats et de gouvernements n’ont fait qu’obtempérer aux multinationales que pilotent d’obscurs milliardaires, ce qui a mis en porte-à-faux les plus vieilles institutions politiques qu’on pensait être définitivement à l’abri des plus graves dérives. Les Etats et les gouvernements servent à quoi ? Au moment où les moyens de production ont atteint leur plus haute performance et peuvent donc permettre une harmonisation de la consommation locale et mondiale, au moment où la majorité des humains peuvent espérer avoir un minimum de bien-être, nous assistons au contraire à l’extrémisme de tous les extrêmes : D’un côté les malades milliardaires qui accaparent et accumulent les richesses nationales et d’un autre côté les masses misérables qui ne comprennent pas les causes réelles de leur détresses. Il ne reste plus qu’à discerner le prix Nobel au plus grand milliardaire du monde puisque qu’accaparer et amasser l’argent public devient un art et une réussite sociale !!!

Si les populations occidentales, mieux organisées et mieux administrées, résistent et gardent encore un niveau acceptable des services publics et une certaine paix sociale, celles des fausses républiques libérées de la « colonisation » pour mieux accepter la « dépendance culturelle et économique » développent au contraire des "comportements sadomasochistes" qui confortent des régimes hors la loi et ainsi justifient leur misérable condition ! Et on constate finalement d’un côté des nations développées qui trainent indéfiniment des Etats aux fausses étiquettes et qui ne sont ni « socialistes » ni « capitalistes » et d’un autre côté de fausses-nations incapables de se prendre en charge et surtout polluées par une nauséabonde culture de la « corruption généralisée » !
 

LE DÉNOMINATEUR COMMUN DE L’ÉCHEC HUMAIN EST CELUI-LA :

Si la misère, la médiocrité, la famine, la précarité, l’incertitude du lendemain sont le lot quotidien des populations du monde, c’est parce que les responsables politiques ont failli à leur devoir pour ne pas dire qu’ils sont complaisants ou même complices avec l’organisation obscure des milliardaires malades. Des milliardaires aux dizaines de passeports authentiques, donc des milliardaires volontairement apatrides qui sabordent librement les intérêts nationaux : On se demande alors pourquoi les irresponsables politiques se donnent régulièrement au minable spectacle des cirques électoraux puisque le réel pouvoir politique qui permet de gouverner par les lois justes leur échappe ! Mais on se demande surtout jusqu’où ira l’obéissance des peuples du monde face à leurs élus dont la trahison est désormais inscrite dans tous les  « programmes électoraux »  ! On se demande enfin jusqu'à quand les lois scélérates votées par de faux législateurs pourront tenir devant la volonté des peuples à recouvrer leurs « DROITS légitimes » non pas en les quémandant comme le veut la philosophie esclavagiste des « droits de l’homme » mais en exigeant à ce que les responsables politiques accomplissent leurs « DEVOIRS élémentaires » comme le voudrait la morale universelle des devoirs humains ! , Doit-on assister à la renaissance d’une « noblesse de l’argent » et à la "mondialisation de l’esclavage moderne" ou au contraire pouvons-nous espérer plus de "libération"  ?

Descendons-nous des singes ou… deviendrons-nous des singes ? Il faut savoir…Scientifiquement parlant, il est impossible que l’Homme descende du singe, cette fausse croyance n’est que le résultat d’une vieille recherche restreinte qu’il ne faut plus considérer ; il est par contre certain qu’à cause de cette culture mondiale et mondialisée, répandue par certaines nations occidentales dans le but d’homogénéiser les esprits et les comportements, la planète terre devienne « La planète des singes » c’est-à-dire « libérée » de tous les principes et de toutes les valeurs humaines pour n’obéir qu’à l’argent.

Toutes les personnes capables de s’indigner doivent s’indigner. Tous les peuples du monde doivent s’indigner afin de rappeler aux responsables politiques leur devoir mais surtout pour imposer une nouvelle culture politique conforme, celle-là, aux aspirations humaines du XXIe siècle. Non seulement il faut arrêter l’hémorragie des économies nationales qui alimentent les comptes privés mais il est, en plus, indispensable de nationaliser les fortunes diaboliques afin de les investir dans l’intérêt général et pour le développement des services publics ! Un Etat pauvre encerclé par des multinationales plus riches ne peut ni représenter, ni diriger et encore moins développer éfficacement une nation. Les experts-irresponsables, les institutions dites internationales ainsi que tous les malhonnêtes qui conseillent à appellent à plus de laxisme et à plus de « privatisation » œuvrent pour la destruction du monde ! Une « économie nationale » est une théorie et une pratique propres pour chaque nation, elle est au service de la nation si elle développe la chose publique ; elle ne peut en aucun cas prétendre servir et les intérêts privés et les intérêts du peuple ! Le « domaine d’activité privé » doit se conformer aux lois et aux règles et non pas se substituer aux institutions officielles comme c’est le cas dans de nombreuses fausses républiques !

Soit le monde accepte de changer en investissant le meilleur pour l’intérêt de tous, c’est-à-dire en mettant la science et la technologie au service de l’humanité ; soit nous allons vers un Empire bâtard et planétaire dans lequel les populaces seront exploitées par une nouvelle noblesse, celle qui accumule toutes les richesses mais n’ose aucune responsabilité politique ! Une "minorité libre" qui asservit les masses… Drôle de devenir d’un monde dominé pendant des siècles par les refrains de la "chanson des droits de l’homme », le « tube du XXe siècle » notamment, qui se transforme aujourd'hui en l'hymne de l'Empire des paradis fiscaux !!!


Lire l'article complet, et les commentaires