Les Occidentaux et Le Bahre´n

par Lotfi AGOUN
vendredi 15 avril 2011

Ayant bien connu l'Arabie Saoudite, le Kuwait, le Qatar et Bahreïn pour y avoir vécu, je peux affirmer que ce dernier se distingue de manière particulière dans cette région du monde. Ce petit royaume (750 kilomètres carrés) est un archipel de 33 îles dont certaines sont inhabitées. Il compte un peu plus de 1,25 million d'habitants (55 % sont chiites) dont près de la moitié sont des nationaux (70 % sont chiites).
Les autochtones sont à 95% de confession musulmane (Les Bahreïnis se sont convertis à l'Islam en l'an 7 de l'Hégire). Les sunnites minoritaires (mais plus homogènes) détiennent le pouvoir et se prévalent d'une légitimité historique qui remonte à 1783 : date à laquelle les AL-KHALIFA unifièrent le Bahreïn et le gouvernèrent jusqu'à ce jour. Les chiites sont divisés en deux clans  : les chiites d'origine arabe (Baharna) qui revendiquent le fait d'être des Bahreïnis de souche et ceux de souche persane (Ajam) qui auraient été déplacés du sud de l'Iran vers Bahreïn par les Anglais pour servir de main-d'œuvre afin d'extraire le pétrole découvert en 1932. Le Bahreïn a été sous protectorat anglais de 1861 à 1971.
Ce petit royaume occupe une position très stratégique entre l'Iran et l'Arabie Saoudite à laquelle il est relié par un pont-digue (la chaussée du Roi Fahd) long de 25 km.
Le roi Hamad a essayé depuis son intronisation à la suite du décès de son père Cheikh Issa Ibn Salman AL-KHALIFA d’asseoir davantage l'esprit d'ouverture qui distingue son royaume dans la région.
Le multi confessionnalisme est une réalité de la vie de tous les jours : églises, synagogues et temples y sont autorisés au même titre que les mosquées. Les résidents ont le droit de consommer ce que leur culture ou religion autorise.
Les femmes y jouissent de la liberté vestimentaire, du droit au travail et de la conduite des véhicules. Elles ont même obtenu, depuis 2001, le droit au vote. Aujourd'hui nous y en rencontrons la ministre, la députée, la conseillère municipale et même 10 femmes au Conseil Consultatif (Choura) qui compte 40 membres dont 3 sont de confession juive. L'ambassadeur de Bahreïn aux États-Unis est une Bahreïnie juive … Un cas unique dans le monde arabe.
Le multipartisme est une évidence de la vie courante avec pas moins de sept partis légaux (d'autres ne le sont pas, mais demeurent actifs). L'opposition est présente au Parlement. La liberté de la presse est reconnue, effective et même très active.
Le Bahreïn est le premier pays au monde à s'être soumis, en avril 2008, à l'examen périodique universel du Conseil des Droits de l'Homme. Et la publication de ces rapports s'effectue sans la moindre censure.
Au même titre que le Hezbollah chiite au Liban, l'opposition chiite à Bahreïn est courtisée par l'Iran. Cela amplifie d'autant l'importance de ce petit royaume, clé de stabilité de l'Arabie Saoudite dont les régions orientales sont majoritairement peuplées de chiites.
Manama, la capitale de Bahreïn, abrite le Quartier Général de la Vème flotte américaine qui est à moins d'une heure de vol d'Abou Dhabi, la nouvelle implantation militaire française dans le Golfe Arabe ou Persique selon les appellations des uns et des autres.
Les visées de l'Iran sur ce "site" stratégique, à plus d'un titre, remontent au départ des Anglais. Déjà à cette époque, il avait fait part aux Nations-Unies de ses prétentions sur l'archipel. Si l'Iran arrive à mettre la main, d'une manière ou d'une autre, sur Le Bahreïn, la stabilité de toute cette zone sera menacée, car c’est le cœur de la richesse pétrolière saoudienne ainsi que le point d’approvisionnement pétrolier de l'Occident et d'une bonne partie du reste du monde. Avec des conséquences immédiates sur la présence de la Vème flotte américaine et celle des forces françaises dans la région.
Quand on parle du Bahreïn et de ce qui s'y passe de nos jours, il est totalement erroné de le comparer à ce qui s'est passé en Tunisie, en Égypte ou au Yémen. Les données économiques de ce royaume sont sans aucune commune comparaison avec celles des pays cités. Le PIB est de l'ordre 19,5 Mds USD et le PIB par habitant est de l'ordre de 18.000 USD. Le taux d'alphabétisation est de 91,5 % (H) et 84,2 % (F) et l'espérance de vie est de l'ordre de 75,6 ans. [Les données mentionnées dans cet article sont de 2009].
La frange radicale de l'opposition (très liée à l'Iran) a jugé opportun de profiter du printemps arabe pour pousser les Bahreïnis à manifester et la tension est allée crescendo jusqu'à réclamer l'instauration d'une république islamique (à l'Iranienne). L'Occident qui s'est trouvé à la fois pris de court par le mouvement populaire tunisien et lâche par son silence au début de celui du peuple égyptien, a pressé le roi Hamad de faire des gestes d'apaisement afin de calmer la rue. Or les revendications réelles ne sont pas les mêmes que celles des Tunisiens et des Égyptiens. Le roi a fait ce qui devrait calmer les esprits allant jusqu'à accorder des amnisties à ceux qui sont en exil. Mais rien n'y fait. Et Le Bahreïn a commencé à compter ses morts à la suite de ces troubles.
Les Occidentaux vont encore une fois "lâcher" leurs amis en poussant le paroxysme, cette fois, jusqu'à laisser l'Arabie Saoudite et Les Émirats Arabes Unis intervenir dans le cadre de l'accord d'entraide du "G.C.C" (Gulf Cooperation Council). L'assistance agissante (envoi des forces de l'ordre le 14 mars 2011) de ces deux pays a permis au gouvernement bahreïni de reprendre la main. Et ces mêmes Occidentaux ont, par la suite et encore une fois, au nom des droits de l'homme (à géométrie variable selon leurs intérêts du moment) dont ils se proclament, condamné l'intervention.
Ainsi dans cette bataille larvée pour leadership dans le Golfe Arabe ou Persique, la monarchie sunnite saoudienne a marqué un point sur la théocratie chiite iranienne. Mais les monarchies de la région commencent à se poser sérieusement les questions suivantes : 

  • Est-ce que les Occidentaux sont vraiment nos amis et jusqu'à quel point pourrons-nous compter sur eux ?
  • Comment contrecarrer les visées de l'Iran sur notre région et préserver nos intérêts si nous ne pouvons plus compter sur nos pseudo-amis ?
Les Occidentaux sont invités à bien se concerter avec les concernés de tout bord afin que la stabilité de cette zone et par extension d'une grande partie du globe soit préservée. Il est primordial qu'ils admettent finalement que leurs intérêts ne peuvent demeurer éternellement au-dessus de ceux des autres ou à leur détriment.
 
Lotfi AGOUN
http://lotfi-agoun.blogspot.com/

Lire l'article complet, et les commentaires