Macron complice de crime de guerre turc ?

par REMY Ronald
samedi 24 février 2018

Soigneusement préparée et préalablement négociée avec Poutine, le monstrueux scandale diplomatique, militaire et humanitaire se poursuit depuis le 20 Janvier 2018. Au mépris des lois internationales les plus élémentaires et malgré les protestations du gouvernement syrien auprès de l’ONU, Erdogan poursuit le bombardement de la zone d’Afrine. La classe politique française, européenne et occidentale continue de faire le dos rond. Parce que très mal conseillé, sans aval des Nations Unies et contre un vote à l’unanimité du Parlement Européen, Emmanuel Macron a déclaré officiellement « comprendre » le projet déclaré d’invasion turque sur 30 Km de profondeur le long des 950 Km de frontière entre la Syrie et la Turquie. Malgré l’inévitable et long bain de sang programmé face à des patriotes kurdes déterminés à se défendre, le jeune et inexpérimenté Président de la République Française s’est contenté de mendier naïvement à Erdogan « de la retenue » ! Les médias qui ont passé sous silence ces terribles bombardements se sont tardivement réveillés sous la pression des évènements, pour dénoncer… le tir des canons gouvernementaux syriens sur la zone insurgée de la Ghouta près de Damas ! Sans un mot sur la poursuite du carnage illégal dans la province 10 fois plus étendue de Safrine !!! Tout d’abord, Pourquoi ? Ensuite, malgré le cynisme intéressé des démocratures qui attisent cette horrible guerre civile, quelle solution crédible de paix est envisageable ?

Préambule au débat :

Je m’étais engagé à ne pas émettre de jugement négatif pendant un an et à me contenter de « critiques positives » et de propositions concrètes pendant toute la législature, en soutenant solidement la majorité présidentielle. Malgré la mauvaise influence de Richard Ferrand, je continue et continuerai à soutenir le jeune Emmanuel Macron. Suivre les disciples du "Thénardier empiffré Fillon" autour du sulfureux Laurent Wauquiez ? Rejoindre les disciples de "l’insoumission variable" autour du bolivariste Mélanchon ? Soutenir les disciples du "patriotisme autarcique déboussolé et divisé" recherchant l’éclatement de l’Europe ? Non merci. Moi et les quelques « bouledogues de la République », on préfère soutenir et renforcer l’équipe autour du « triangle magique Macron-Brigitte-Castaner ». Avec l’espoir d’ajouter un jour à la feuille de route politique présidentielle initiale certaines de nos 17 propositions de bon sens.

Pourquoi le silence des partis, des médias et des chancelleries ? Pourquoi cette diplomatie "Ponce Pilate, Munichoise", digne de Daladier "comprenant" Hitler enfonçant les frontières tchèques, ou "comprenant" Staline attaquant les Etats baltes et la Finlande en 1938 ? Pourquoi nous occuper des Syriens, qu’ils soient chiites, sunnites, chrétiens ou kurdes alors qu’ils ne votent pas en France ? Aujourd’hui, tout en respectant nos divergences d’opinion politique qui s’expriment librement sur Agoravox, je vous propose de nous pencher ensemble sur cet effroyable bordel syrien. M’étant déjà largement exprimé sur ce dossier depuis un mois, je vous laisse intervenir à votre tour.

En sus de répondre à vos éventuelles questions ou remarques, j’aimerais aussi que l’on se penche sur les éventuelles solutions envisageables pour que les syriens retrouvent paix et prospérité au sein d’une frontière unie et sécurisée. J’ai déjà manifesté ma préférence pour un système de type fédéral, comme la Suisse, l’Allemagne, les USA ou la Russie (et non comme l’ex fédération Yougoslave… bien entendu).

La France peut-elle aider au nom de son ancien mandat en Syrie (et au Liban) ? Comment ? Est-elle encore crédible après la calamiteuse diplomatie de Hollande ? Peut-elle revenir diplomatiquement, avec l’aide unitaire d’une majorité de pays européens mobilisés à cet effet ? Ou bien ne sera-t-elle qu’un Etat mollusque au milieu de pays tout aussi mollusques regroupés dans une sorte « d’Europe de la méduse » ?

Quels sont les arguments économiques ou moyens matériels pouvant stopper l’avancée des blindés de ce « grand démocrate libérateur » Erdogan, qui bénéficie à la fois du statut de membre de l’OTAN et… de la protection des missiles russes ?

En attendant, je propose (je devrais dire nous exigeons) une réaction de la part des gouvernements refusant d’assumer le vote historique et unanime du parlement européen (NB/ condamnant Erdogan pour sa violation répétée des droits de l’homme en Turquie et pour son invasion illégale de la Syrie). Encore plus loin, au nom du bon sens, de l’éthique, de la moral et d’un minimum de transparence médiatique, nous leur ordonnons de rendre public les photos prises au dessus de la région de Safrine. Avant et après l’invasion turque. Y compris les clichés pris par satellite.

Ainsi, via ces photos, l’opinion publique pourra prendre conscience de l’horreur en cours. Avec l’espoir que cette prise de conscience permettra de faire bouger les choses. De secouer la torpeur générale, de mettre fin au défaitisme et à l’impuissance collective.

Viendra un jour où « une forme d’excès utopique de transparence internationale », en Syrie comme dans les autres zones de conflit, limitera le niveau de cynisme et d’affairisme impunis alimentant les guerres sur cette planète. Un jour viendra où l’esprit isolationniste, égoïste, « jemenfoutiste », laissera la place à l’instauration progressive et pragmatique d’un nouvel ordre mondial plus pacifique, coopératif et solidaire. Des institutions européennes à repenser. Des institutions mondiales également à revoir. Un énorme travail pour tous les êtres de bonne volonté. Un idéal digne de ce nom pour notre jeunesse. 

Documents joints cet article


Lire l'article complet, et les commentaires