Maroc : pour une diplomatie offensive contre Alger

par Mohamed Takadoum
jeudi 4 novembre 2021

Après la publication de la dernière résolution du Conseil de Securite sur le Sahara qui a balayé d'un revers de main les pressions de toutes sortes des dirigeants d'Alger, il est temps à mon avis pour le Maroc de capitaliser sur ce succès et d'aller beaucoup plus loin dans une offensive diplomatique à même de corriger une situation inique et unique au monde en mettant la communauté internationale devant ses responsabilités. La politique de retenue de notre pays devant les provocations des dirigeants algériens est le comportement le plus adéquat contre une sorte de schizophrénie qui s'est emparé de ces dirigeants incapables de faire face aux défis économiques et sociaux de leur pays en recourant à la technique employée par les dictatures de par le monde. A savoir imputer tous leurs déboires à un ennemi extérieur. Mais cette politique de retenue perçue plus comme une faiblesse n'est plus suffisante à mon avis à l'encontre d'un régime aux abois. 

En effet dans le cas des dirigeants algériens, les débordements dépassent tout entendement et deviennent une sorte de paranoïa collective vers laquelle ils sont en train d'entrainer toute la population algérienne à coup de mensonges éhontées y compris en travestissant l'histoire des deux pays au plus haut niveau de l’Etat. Mais devant cette logorrhée d'insultes, de mensonges et de calomnies contre notre pays et les provocations de toute sortes : coupure des relations diplomatiques, interdiction de l’espace aérien algérien aux avions marocains, coupure des approvisionnements du Maroc en gaz, interdiction de toute échange et toute relations économiques, et commerciale, coupure des échanges électriques entre les deux pays, sanctions et emprisonnement de tout journaliste algérien qui ose faire un papier favorable au Maroc ou décrit la moindre avancée de ce pays. Provocations militaires de tout ordre contre le Maroc en engageant notamment des manœuvres militaires à nos frontières dont les derniers ont pour thème comment, envahir le pays voisin en langue arabe اكتساح.

Devant cette situation unique au monde, notre pays se prépare au pire et notre armée est aux aguets pour repousser toute incursion mais cela n'est pas suffisant de mon point de vue. Le secours au Conseil de Sécurité de l'ONU et à la communauté internationale pour agression devient une nécessité. Car aux termes de l'article 24 de la charte de l'ONU, les pays membres de l'ONU confèrent " au conseil de sécurité la responsabilité principale du maintien de la paix et de la sécurité internationales et reconnaissent qu'en s'acquittant des devoirs que lui impose cette responsabilité le Conseil de sécurité agit en leur nom".

Dans un article de 2018, j'avais déjà proposé de couper les relations diplomatiques et de saisir le Conseil de Sécurité pour la guerre non déclarée des dirigeants d'Alger contre notre pays en arguant ,"...qu' il est temps pour notre pays de saisir le conseil de sécurité des nations unies pour condamner Alger et la sommer d'arrêter les actes de guerre contre son voisin de l'Est y compris de désarmer les mercenaires d'Alger qui agissent sur son territoire. En récupérant notamment les armes qu'ils ont fournies à ces mêmes mercenaires. Car en armant et en abritant des combattants contre le pays voisin Alger enfreint la charte des Nations Unies.

 A rappeler que pendant les hostilités, les combattants du Polisario armés par l’Algérie faisaient des incursions à partir du territoire algérien de Tindouf et attaquaient les troupes marocaines et repartaient tranquillement se réfugier en Algérie. Feu Hassan II qui était en droit d’exercer un droit de suite en territoire algérien s’est toujours interdit d’insulter l’avenir en engageant une guerre ouverte avec l’Algérie. L'Algérie continue d'abriter sur son territoire le Polisario, ( groupe armée hostile au Maroc). C'est un acte d'hostilité contre le Maroc et il doit être traité en conséquence.

Auparavant commençons par couper les relations diplomatiques avec Alger pour marquer notre dépit au sujet d'un pays qui nous endorme avec des messages de fraternité adressés au souverain alors qu'en sous-main, il mène une guerre non déclaré contre nous. Guerre économique en maintenant les frontières est du pays fermées pour couper notre pays de son prolongement arabe, guerre diplomatique en s'opposant partout au Maroc, guerre médiatique en mobilisant ses médias contre nous et enfin une guerre tout cours comme je l'ai signalé puis haut".

Avec les derniers développements, il n'est donc que temps pour notre pays de mettre les membres du Conseil de Sécurité devant leur responsabilité en adressant une mise en garde éventuellement une condamnation des agissements agressifs dont fait l’objet notre pays susceptibles de déstabiliser toute la région dans un conflit armé.


Lire l'article complet, et les commentaires