Nouvelle attaque de Monsanto sur le mas mexicain

par Laurent 47
samedi 3 janvier 2015

Ca-y est ! La société Monsanto, de triste mémoire, fait à nouveau parler d'elle ! Depuis plus de 10 ans, un moratoire interdit la culture du maïs transgénique au Mexique, car cette céréale, dont il existe 60 variétés, est depuis des siècles la nourriture principale des mayas, des aztèques, et maintenant d'une grande partie des mexicains. Le moratoire a été pris à l'époque, pour mettre fin à une véritable guérilla qui opposait les indiens de l'état du Chiapas, à la police de cet état, puis à la police fédérale. De plus, la pyrale, cet insecte qui s'attaque aux grains de maïs, était pratiquement inconnue durant des siècles. Seul, un petit champ " expérimental ", a pu être planté par Monsanto, mais il a suffit à contaminer tous les champs environnants par pollinisation, ce qui a entraîné la révolte. Les mexicains pensaient être définitivement débarrassés du problème, mais c'était méconnaitre le pouvoir de nuisance de l'inventeur de l'agent orange, ce cauchemar des vietnamiens ! Ils viennent de remettre le couvert, profitant du changement de gouvernement, car ils sont persuadés que Peñanieto sera plus malléable que Calderon. Ils se sont entourés d'une nuée d'avocats d'affaire pour obtenir, dans un premier temps, l'autorisation de culture sur une parcelle énorme ( nous sommes loin d'un échantillon ). Un nouveau soulèvement est en train de naître parmi la population mexicaine, qui n'a pas la mémoire courte ! Le but de Monsanto n'est absolument pas d'éliminer la pyrale, ni de nourrir la planète, c'est uniquement de pouvoir être le seul fournisseur de semence de maïs au Mexique. En effet, ce maïs est stérile, et l'on ne peut en conserver une petite partie pour l'ensemencement de l'année suivante. Il faudra impérativement passer par Monsanto, et leur acheter les semences tous les ans ! Comme d'habitude, les seuls gagnants seront les actionnaires, et il m'étonnerait qu'ils soient mexicains ! Je crois me rappeler qu'une entreprise américaine a pris un brevet d'exclusivité sur la culture des frijoles, ces haricots blancs qui sont l'une des bases de l'alimentation au Mexique depuis l'époque des aztèques. Maintenant, les mexicains n'ont même plus le droit de cultiver ce haricot ! Ils ont essayé de faire le même coup au Pérou, avec la macca, mais le gouvernement péruvien a élaboré une loi interdisant toute prise de brevet d'exclusivité sur un produit naturel, ce qui a bloqué la tentative. C'est peut-être une voie à explorer


Lire l'article complet, et les commentaires