Pourquoi Emmanuel Macron se rend-il en IsraŽl ce mardi ?

par Sylvain Rakotoarison
mardi 24 octobre 2023

« Il faut de la sécurité pour Israël et un État pour les Palestiniens. Les deux forment un tout indissociable. (…) La seule solution viable est une solution à deux États vivant en paix et sécurité côte-à-côte. » (Catherine Colonna, le 23 octobre 2023 à l'Assemblée Nationale).

Annoncée le dimanche soir, la visite du Président de la République française Emmanuel Macron en Israël ce mardi 24 octobre 2023 répond à plusieurs objectif. La Ministre française de l'Europe et des Affaires étrangères Catherine Colonna était venue dès le 15 octobre 2023 pour y exprimer le soutien et la solidarité de la France après les massacres commis par le Hamas le 7 octobre 2023 : « La France est frappée par l’horreur des crimes commis par le Hamas contre Israël et sa population civile. Les Français sont nombreux parmi les victimes ». La Présidente de l'Assemblée Nationale, Yaël Braun-Pivet s'est aussi rendue en Israël ce week-end (accompagnée notamment du président de LR Éric Ciotti).

Emmanuel Macron sera le sixième chef d'État ou de gouvernement d'alliés à Israël à se rendre à Tel-Aviv depuis le 7 octobre 2023, après le Chancelier allemand Olaf Scholz le 17 octobre 2023, le Président des États-Unis Joe Biden le 18 octobre 2023 (qui n'a pas pu rencontrer les dirigeants de Jordanie, de l'Autorité palestinienne ni de l'Égypte à cause de l'explosion d'un hôpital de Gaza la veille), le Premier Ministre britannique Rishi Sunak le 19 octobre 2023, la Présidente du Conseil d'Italie Giorgia Meloni le 21 octobre 2023, et le Premier Ministre néerlandais Mark Rutte le 23 octobre 2023. Il devrait rencontrer en tête-à-tête le Premier Ministre israélien Benyamin Netanyahou, mais aussi l'un des chefs de l'opposition, Benny Gantz.

Avec les États-Unis, la Thaïlande, l'Ukraine et la Russie, la France est l'un des pays étrangers les plus durement touchés par l'attaque terroriste du 7 octobre 2023 : à ce jour, au moins 30 ressortissants français ont été tués sur les plus de 1 400 victimes recensées et 7 Français sont portés disparus dont une jeune femme est confirmée comme otage du Hamas (sur les 220 otages restants).



Emmanuel Macron se rend à Israël d'abord pour exprimer sur place la compassion, la solidarité et le soutien de la France au peuple israélien dans cette difficile épreuve. Il s'y rend aussi pour assurer les familles des otages français du soutien de la France et de sa volonté absolue d'obtenir leur libération (et celle des autres otages).

Mais la France veut aussi faire pression sur Israël pour rester dans le droit international, épargner la population civile dans sa riposte à Gaza qui doit être ciblée (plus de 5 000 personnes, la plupart civiles, auraient déjà été tuées dans cette nouvelle guerre qui s'est engagée contre le Hamas), et renoncer à l'intervention terrestre de l'armée. Elle insiste également pour stopper l'embargo sur Gaza, et pour autoriser l'arrivée de camions d'aide humanitaire. C'est pour l'urgence.

Dans le volet politique, Emmanuel Macron veut empêcher toute extension régionale du conflit (participation du Hezbollah par exemple ; les États-Unis ont fait venir deux porte-avions), et surtout, il veut reprendre l'initiative pour réamorcer un processus de paix (qui passe nécessairement par l'arrêt de la colonisation en Cisjordanie) et instituer un État palestinien, seule porte de sortie par le haut de ce conflit qui dure depuis plus de soixante-quinze ans.

Emmanuel Macron s'est entretenu au téléphone le dimanche 22 octobre 2023 avec Joe Biden, Olaf Scholz, Rishi Sunak, Giorgia Meloni et le Premier Ministre canadien Justin Trudeau. Il en est ressorti ce communiqué de presse : « Les échanges ont porté sur le conflit en cours entre Israël et l'organisation terroriste Hamas. Les dirigeants ont réitéré leur soutien à Israël et à son droit de se défendre contre le terrorisme et ont appelé au respect du droit humanitaire international, y compris la protection des civils. Ils ont salué la libération de deux otages et ont appelé à la libération immédiate de tous les otages restants. Ils sont convenus de se coordonner étroitement pour soutenir leurs ressortissants dans la région, en particulier ceux qui souhaitent quitter Gaza. ».

En outre : « Les dirigeants ont salué l'annonce de l’arrivée des premiers convois humanitaires à Gaza en soutien aux Palestiniens dans le besoin, et se sont engagés à poursuivre la coordination avec les partenaires de la région afin de garantir un accès durable et sûr à la nourriture, à l'eau, aux soins médicaux et aux autres formes d'assistance nécessaires pour répondre aux besoins humanitaires. Les dirigeants se sont engagés à poursuivre une coordination diplomatique étroite, notamment avec les principaux partenaires de la région, afin d'éviter que le conflit ne s'étende, de préserver la stabilité au Moyen-Orient et d'œuvrer en faveur d'une solution politique et d'une paix durable. ».

On pourra toujours dire que la venue d'Emmanuel Macron à Tel-Aviv ne servira à rien. C'est ce qu'on avait déjà dit pour sa venue à Moscou le 7 février 2022 lorsqu'il avait tenté de négocier avec Vladimir Poutine avant l'invasion russe de l'Ukraine. Pourtant, rien ne doit être négligé dans ce triple objectif : libération des otages du Hamas, protection de la population civile de Gaza et règlement définitif de la paix au Proche-Orient.

Il est tentant de dire que la guerre entre Israël et le Hamas est un second front militaire après la guerre en Ukraine, mais c'est se tromper d'analyse. La Russie a été, elle aussi, durement touchée par le Hamas le 7 octobre 2023 avec 16 personnes décédées et 9 disparues. La position de la Russie dans le conflit israélo-palestinien est très prudente (au même titre qu'Israël est resté très prudent dans ses prises de position sur la guerre en Ukraine). Vladimir Poutine a accepté par exemple que depuis le 7 octobre 2023, Israël bombarde à deux reprises les aéroports internationaux de Damas et d'Alep, de son protectorat, la Syrie, et cela sans riposte.


L'un des arguments exprimés aux dirigeants israéliens, c'est de ne pas commettre la même erreur que les États-Unis après le 11 septembre 2001 en déclarant la guerre en Irak. Une reprise du nord de la Bande de Gaza est stratégiquement peu pertinente. Les bombardements incessants depuis dix-sept jours de l'armée israélienne sur la population palestinienne paraissent à la fois scandaleusement disproportionnés, inutilement meurtriers (des milliers de victimes) et ne contribuent pas à une esquisse de la paix dans un horizon même lointain. C'est tout le pouvoir de conviction du Président français qui sera donc mis à rude épreuve dans ce voyage en Israël. Et dans tous les cas, il aura toujours été utile de pouvoir échanger et discuter avec les parties prenantes d'une guerre qu'il faut à tout prix circonscrire et arrêter, mais aussi avec les familles des victimes qui ont besoin d'écoute et d'empathie.

Pendant que le chef de l'État sera en Israël, la Ministre de l'Europe et des Affaires étrangères Catherine Colonna ira défendre, le même jour, devant le Conseil de Sécurité de l'ONU, « la mise en place d’une trêve humanitaire, qui pourra donner lieu à un cessez-le-feu, trêve nécessaire à la distribution de l’aide aux populations civiles ». On peut toujours rêver.


Aussi sur le blog.

Sylvain Rakotoarison (23 octobre 2023)
http://www.rakotoarison.eu


Pour aller plus loin :
Pourquoi Emmanuel Macron se rend-il en Israël ce mardi 24 octobre 2023 ?
Hôpital à Gaza : la vérité aveuglée par la colère ?
Hamas : tirs groupés contre les insoumis.
Horreur en Israël : les points sur les i de Gérard Larcher et Emmanuel Macron.
Allocution télévisée du Président Emmanuel Macron le 12 octobre 2023 (vidéo et texte intégral).
Allocution du Président du Sénat Gérard Larcher le 11 octobre 2023 (texte intégral).
Horreur totale en Israël ; émotion et clarification politique en France.
Terreur Al-Aqsa : Israël en guerre contre son agresseur, le Hamas.
Les Accords d'Oslo.
Shimon Peres.
Le retour au pouvoir de Benjamin Netanyahou après sa nouvelle victoire.
Emmanuel Macron à Pithiviers en 2022.
Covid-19 : comprendre la situation épidémique en Israël.
Covid-19 : la France plus vaccinée qu’Israël.
Naftali Bennett, Premier Ministre d’Israël à la place de Benyamin Netanyahou.
Israël 2020 : Benyamin Netanyahou vs Benny Gantz (3e round).
Benyamin Netanyahou a 70 ans.
Les élections législatives israéliennes du 17 septembre 2019.
Poisons et délices de la proportionnelle.
Les enjeux des élections législatives israéliennes du 9 avril 2019.
Golda Meir.
La lutte contre l’antisémitisme est l’affaire de tous !
Les Accords de Camp David.
La naissance de l’État d’Israël.
Massacre à Gaza.
Tentative de paix en 1996.
Un géant à Jérusalem.
L'un des derniers Sages d'Israël.
Israël est une démocratie.
Yitzhak Rabin.
Le Président Peres.
Ariel Sharon.
Ehud Olmert.
Benyamin Netanyahou III.
Yasser Arafat.


 


Lire l'article complet, et les commentaires