Prisonniers palestiniens violÚs par des chiens : Rima Hassan diffame Tsahal

par Play Mobil
samedi 29 juin 2024

L’eurodéputée LFI Rima Hassan reprend à son compte la rumeur infamante selon laquelle "Israël a des chiens entraînés pour violer des Palestiniens dans les centres de détention".

Pour ce faire, l'eurodéputée de la France insoumise se base sur un extrait du rapport de l’ONU publié le 25 juin par la Commission spéciale chargée d’enquêter sur les pratiques israéliennes.

Des palestiniens violés en prison par des chiens de l’armée israélienne.
Extrait du rapport de l’ONU publié hier par la commission spéciale chargée d’enquêter sur les pratiques israéliennes. @dalphee_dubois pic.twitter.com/sP9kGbDUOp

— Rima Hassan (@RimaHas) June 26, 2024

Problème : le rapport ne dit rien de tel. Ce dernier évoque « l'intimidation par l'utilisation de chiens par les forces de sécurité israéliennes ». Il n'est question nulle part de viol.

Voici une traduction plus complète du rapport :

« Tout au long de sa visite, le Comité spécial a été informé du fait que les forces de sécurité israéliennes continuent et s'attaquent de plus en plus systématiquement aux femmes et aux enfants, les victimes étant en grande partie des enfants. De nombreuses parties prenantes ont signalé une forte augmentation du harcèlement sexuel, des abus sexuels, des menaces de viol et du viol lui-même, y compris avec des objets étrangers, contre des hommes, des femmes et même des enfants, ainsi que de l'intimidation par l'utilisation de chiens par les forces de sécurité israéliennes ».

Lonni Besançon, chercheur en visualisation de données à l’université de Monash, à Melbourne, a ainsi réagi au post de Rima Hassan sur X :

Le texte que tu cites ne parle pas de viols par des chiens. Deux options : soit tu as un problème avec l’anglais auquel cas être eurodeputee n’est pas la meilleure idée, soit tu as un problème avec les faits et tu désinformes.

Rima Hassan s'appuie aussi sur un témoignage :

Israel a des chiens entraînés pour violer des palestiniens dans les centres de détention. pic.twitter.com/ypftaAU0Ac

— Rima Hassan (@RimaHas) June 24, 2024

Pourtant ce témoignage est sujet à caution et devrait être abordé avec prudence.

D'abord, la vidéo n’est pas d’un seul bloc. Elle est montée à partir de plusieurs extraits. On en a coupé certains passages.

Ensuite, on ignore l’origine de cette vidéo (source, date, contexte) et on ignore aussi l’identité de l’homme qui témoigne.

D'ailleurs, il n’est pas certain que l’homme fasse allusion à des viols. Si l’on se fie aux sous-titres en anglais, il dit : "Ils lui ont attaché les mains et les pieds et ont lâché leur chien sur lui." S’en suit une ellipse, puis : "Ce chien l'a agressé."

Le mot "agressé" ("assaulted") est suivi entre crochets du mot "violé" ("raped"). Il faudrait disposer de la vidéo originale dans son intégralité pour savoir précisément ce que dit cette personne.

La rumeur a une autre source : une vidéo diffusée dès le 19 juin sur Instagram par la chaîne qatarie Al-Jazeera.

Munir Albursh

Dans cette vidéo, on entend la voix de Munir Albursh, directeur général du ministère de la santé à Gaza, contrôlé par le Hamas.

Munir Albursh rapporte les tortures auxquelles des Palestiniens détenus par Israël auraient été soumis. Parmi ces tortures, l’usage du viol par des chiens dressés spécifiquement pour cela. Or Munir Albursh n’a pas été un témoin direct des faits relatés.

En outre, il travaille sous le contrôle d’une organisation terroriste et totalitaire qui a fait et continue de faire un usage immodéré de la propagande, diabolisant sans scrupules Israël, les Israéliens et les Juifs en général. Par exemple, en 2009, le Hamas a accusé les services de renseignement israéliens d'être derrière un trafic de chewing-gums aphrodisiaques et de produits stupéfiants vers la bande de Gaza destiné à "pervertir" les jeunes Palestiniens.

La rumeur des viols de prisonniers palestiniens par des chiens est propre à susciter l’indignation la plus extrême en ce qu’elle combine le viol – un crime qui associe l’humiliation à la cruauté – et l’utilisation du chienun animal considéré comme impur dans les pays de culture islamique.

Il faut avoir à l'esprit que les rumeurs de guerre sont un phénomène courant, aussi bien dans le contexte du conflit israélo-palestinien que dans d’autres contextes historiques, comme le rappelle l'ouvrage de Marc Bloch, Réflexions d'un historien sur les fausses nouvelles de la guerre.

A noter également que les accusations de ce type s'inscrivent dans la longue liste d’accusations infondées visant l’Etat d'Israël. Par exemple, en Arabie saoudite, les scientifiques israéliens ont été accusés de dresser des vautours à espionner les pays arabes. En Égypte, le Mossad a été accusé de lâcher des requins dans la mer Rouge pour nuire à l’industrie touristique égyptienne. Etc.

La fonction de ces rumeurs est de frapper l’imagination pour déshumaniser l’ennemi et justifier contre lui toutes les violences possibles. La plupart des spécialistes de l’histoire de l’antisémitisme considèrent qu’elles sont une variante de "blood libel", l'idée selon laquelle les Juifs utiliseraient le sang des non-Juifs, et plus particulièrement des enfants, dans le cadre de rituels. Une manière de démoniser les Juifs dont avaient usé les nazis.

En somme, aucun élément probant ne vient à ce jour étayer la rumeur selon laquelle Israël entraînerait des chiens pour commettre des viols sur des détenus palestiniens.

Voici la réaction officielle de l'ambassade d'Israël en France :

Cette mise au point n'a évidemment eu aucun impact sur les manifestants pro-palestiniens qui ont défilé à Paris ce samedi, reprenant en choeur la fake news de l'eurodéputée LFI Rima Hassan.

❗️❗️En ce moment à Paris
Des dégénérés reprennent les fake news de la dingue complotiste Rima Hassan
Slogan :
"Israël et ses chiens violent les palestiniens" pic.twitter.com/C87l7FXHhU

— Chris (@APchris06) June 29, 2024

Pour finir, la réaction de Zohra Rose Bitan, chroniqueuse dans "Les Grandes Gueules" de RMC, à ces images, qui met en cause les alliés complices de la France insoumise : Raphaël Glucksmann, Olivier Faure, Marine Tondelier, Fabien Roussel et Sandrine Rousseau.


Lire l'article complet, et les commentaires