Tunisie : Feuilleton du « Sheratongate »

par HORCHANI Salah
vendredi 28 décembre 2012

Dans le scandale présumé du "Sheratongate" (du nom de l’hôtel Sheraton-Tunis, situé au voisinage du Ministère des Affaires Étrangères : voir, à ce sujet, les Commentaires du Lien ci-dessous), Rafik Ben Abdessalem (dit, aussi, Rafik Abdessalem ; dit, également, Rafik Bouchleka) est soupçonné de malversations et d’adultère.

Mais, tout d’abord, qui est Rafik Ben Abdessalem ?

Il s’agit du Ministre Tunisien des Affaires Étrangères, Directeur du Centre des Études Stratégiques de la chaîne de télévision qatarie Al-Jazeera, avant sa nomination à la tête de la diplomatie tunisienne, gendre de Rached Ghannouchi, Guide Suprême-Président-Fondateur du Parti Islamiste Tunisien Ennahdha au pouvoir, origine de son portefeuille ministériel. Ce n’est pas la première fois que Rafik Ben Abdessalem fait parler de lui ; voir à ce sujet mon Article intitulé " Une Chanson @ S.E. Rafik Ben Abdessalem, Ministre Tunisien des Affaires Étrangères " paru sur le Lien :

http://blogs.mediapart.fr/blog/salah-horchani/201212/une-chanson-se-rafik-ben-abdessalem-ministre-tunisien-des-affaires-e

L’Article contenu dans ce Lien est à lire avec ses Commentaires qui constituent sa mise à jour.

Dans ce contexte, il convient de rappeler que plusieurs Constituants-Cadres-Supérieurs d’Ennahdha, ainsi que sa branche salafiste, n’excluent pas la lapidation des personnes coupables d'adultère, supplice, soulignons-le, étranger au Coran.

En réponse à ces accusations, Rafik Ben Abdessalem "a souligné [entre autres] que pour des raisons professionnelles, il est contraint parfois de rester à une heure tardive au Ministère et se trouve dans l’obligation de passer la nuit dans cet hôtel vu qu’il est proche de son lieu de travail ", en reprenant sa rengaine habituelle : [cette affaire vise] "à salir le gouvernement à travers ma personne dans le cadre d’une campagne de diffamation contre les symboles de l’Etat".

Quant à la " triagénaire" de la chambre voisine dont il a réglé la facture, il a déclaré à Mosaïque FM "qu’il s’agit tout simplement d’un membre de la famille" (plus précisément, sa cousine germaine maternelle !).

En premier lieu, il semble que son domicile, se trouvant au quartier des Manar, "est proche [aussi] de son lieu de travail " ; ensuite, il a montré qu’il est capable de coucher à même le sol, comme le certifie la Photo du Lien ci-dessus ; enfin, il ne faut pas oublier que sa nuitée, à lui, au Sheraton a été facturée (au contribuable) 516 TND (soit le salaire mensuel moyen d’un fonctionnaire) ! Et pour ladite " triagénaire", je laisse la parole à "turki", un internaute, qui a écrit :"Moi, quand j'ai dit à mon épouse que j'allais dormir au Shératon avec ma cousine du coté de ma mère, elle a commencé à faire ses valises ! Allez comprendre pourquoi ? Peut-être parce qu'elle n'est pas nahdhaoui [nahdhaoui = partisan d’Ennahdha]  ? Bon ok, j'épouserai une nahdhaouyia la prochaine fois. Elles sont plus cool".

 

Salah HORCHANI


Lire l'article complet, et les commentaires