Ukraine : le travail n’est pas terminé !

par Virgile Thomas
dimanche 15 février 2015

Après une longue nuit de négociations à Minsk, la semaine dernière, Angela Merkel, François Hollande, Petro Poroshenko et Vladimir Poutine ont mis au point un nouvel accord censé résoudre le problème ukrainien, ou, en tout cas, au moins arrêter l’effusion de sang. Il reste cependant de nombreux problèmes à régler.
 
Première problème : les protagonistes directs de la guerre civile en Ukraine (Kiev, Donetsk et Lougansk) ne se sont pas rencontrés directement. L’accord final devra pourtant bien avoir lieu entre eux.
 
Deuxième problème : Petro Poroshenko dispose-t-il, dans son pays, de l’autorité nécessaire pour faire appliquer cet accord. Le lendemain même de la signature, le responsable du bataillon Azov, et leader du « Secteur Droit » Dimitri Yarosh, ne déclarait-il pas qu’il n’était pas engagé par le nouvel accord de Minsk et qu’il continuerait les combats dans le cadre de sa propre stratégie. Mais plus encore, cet accord prévoit une modification constitutionnelle qui requiert 2/3 des votes à la Rada Suprême. Le parti au pouvoir à Kiev disposera-t-il encore d’une telle majorité cet automne ?
 
Troisième problème : celui-ci est lié au second. Kiev vient aussi de signer un accord avec le FMI un accord dit de Mécanisme Elargi De Crédit (MEDEC). Mais certains points de cet accord auront du mal à « passer ». Quelle sera la réaction de la population déjà éprouvée, quand les prix du gaz seront doublés (une première fois cette année, une seconde, l’année prochaine) ? L'accord prévoit aussi que Kiev prenne de vraies mesures pour lutter contre l’énorme corruption qui gangrène le pays. Qu’adviendra-t-il alors de la majorité à la Rada ? Sans l’argent promis par le FMI, le pays va à la faillite. Il n’est même pas certain qu’il y échappe avec l’argent promis…
 
Quatrième problème : quid de la position américaine ? Français et Allemands ont décidé de « prendre le taureau par les cornes » alors que les Etats-Unis semblaient se préparer à livrer des armes à Kiev. On ne peut que les en féliciter. Mais si on regarde sérieusement la situation, que cela plaise ou non à Angela Merkel et à François Hollande (et à certains autres d’ailleurs), les Américains sont partie prenante à cette guerre qui est précisément une guerre par procuration entre les Etats-Unis et la Russie.
 
Or les Américains n’avaient qu’un seul représentant à Minsk, Petro Poroshenko. Ils ne sont pas engagés par les accords dits de « Minsk II ». Le problème n’est donc pas réglé. Il l’est d’autant moins quand on pense, par exemple, qu’au printemps, quelques 400 parachutistes américains seront envoyés à Lvov dans l’ouest de l’Ukraine pour entrainer les troupes de Kiev. La guerre par procuration pourrait devenir une guerre directe et ceci sur le territoire européen. On comprend donc la réaction des dirigeants allemands et français.
 
Mais le travail n’est pas terminé et ce qui reste à faire est peut-être le plus difficile compte tenu de la soumission de la plupart des pays européens vis à vis des Etats-Unis. Il faut convaincre ces derniers de ne plus se mêler de ce qui se passe en Ukraine, de cesser d’utiliser l’Union Européenne comme outil pour défier la Russie, de jouer sur les divergences d’opinions au sein même de cette Union Européenne pour promouvoir leurs intérêts propres.
Le moment est venu, en espérant qu’il ne soit pas trop tard, de prendre ses distances avec les milieux dirigeants américains et leur politique nihiliste et égoïste. En ce qui concerne la France, la vente de Rafales à l’Egypte et la livraison des Mistrals à la Russie seraient des signes intéressants. Mais il faut aller plus loin.
 
Un premier pas, simple techniquement mais psychologiquement très difficile, serait de suspendre l’aide économique de l’Union Européenne à l’Ukraine. Cela mettrait les Etats-Unis devant leurs responsabilités, comme le suggérait Jacques Sapir dans un article publié hier sur son site : « Ceci permettrait à l’Allemagne et à la France, si elles osaient parler clair et fort à Washington, de contraindre les Etats-Unis à s’engager de manière décisive dans le processus de paix. Sinon, l’ensemble du coût de l’Ukraine reposerait sur les Etats-Unis, et il est clair qu’en ce cas, le Congrès se refuserait à financer de telles dépenses, qui pourraient d’ici les 5 prochaines années atteindre les 90-120 milliards de dollars.”
Encore un effort Angela et François, s’il vous plaît !

Lire l'article complet, et les commentaires