Agoravox : où sont les femmes ?

par Voris : compte fermé
vendredi 22 juin 2007

Chaque jour, près d’une trentaine d’articles paraissent en « une » d’Agoravox. Parmi les rédacteurs de ces articles, très peu de femmes émergent du flot quotidien publié. On est donc très loin de la parité. Quelles sont les raisons de cette situation et surtout comment faire pour l’améliorer ? Constats et propositions...

1 - Données chiffrées :

Une étude réalisée sur le panel des "unes" des vingt premiers jours du mois de juin fait ressortir les éléments suivants :

- 1er juin : 25 articles dont 1 article de rédactrice (Frankie)
- 4 juin : 34 articles dont 4 articles de rédactrices (Pinkydoky, Anne Carolin Paucot, Odile, Aurélie Champion)
- 5 juin : 32 articles dont 3 articles de rédactrices (DNA NEWS, Odile, Caroline Bonnet alias Cerienne)
- 6 juin : 32 articles dont 2 articles de rédactrices (Emmanuelle Compagnon, Séverine T)
- 7 juin : 33 articles publiés dont 1 article de rédactrice (Sonia Bressler)
- 8 juin : 33 articles publiés dont 4 articles de rédactrices (Frankie, Odile, Sandra M, Sonia Bressler)


- 11 juin : 30 articles publiés dont 3 articles de rédactrices (Zora-la-Rousse, Odile, Sonia Bressler)
- 12 juin : 30 articles publiés dont 1 article de rédactrice (Sandra M)
- 13 juin : 32 articles publiés dont 2 articles de rédactrices (Mélisande alias Mel, Séverine T)
- 14 juin : 28 articles publiés dont 1 article de rédactrice (Severa Maüsta)
- 15 juin : 25 articles publiés dont 2 articles de rédactrice (Bouli, Frankie)
- 18 juin : 35 articles publiés dont 1 article de rédactrice (Mélanie Duwat)
- 19 juin : 27 articles publiés dont 2 articles de rédactrices (Orely, Katia)
- 20 juin : 28 articles publiés dont 3 articles de rédactrices (Sandra M, Hélène Delavaudan, forces-hyères)

2 -Analyse de ce panel :

Sur les vingt premiers jours de juin, on dénombre ainsi 29 articles rédigés par des femmes sur 424 articles publiés. Soit 6,84 %.

L’équipe d’Agoravox et le comité de lecture semblent veiller à ce qu’il y ait au moins un article par jour représentant la gent féminine. Sur la période considérée, le maximum atteint est de 4 articles de femmes le même jour (l’opération s’est produite deux fois). Et le minimum est de un article.

Il est intéressant de relever que, sur les 29 articles de femmes, douze sont parus dans la rubrique "culture et loisirs" et très peu dans la rubrique "politique" (trois seulement). Et nous tenons peut-être ici un début d’explication à la faible représentation des femmes : la place importante accordée à la politique sur Agoravox. Cinq articles sont rangés dans "tribune libre".

On ne peut que déplorer le relatif faible succès des articles publiés (la plupart du temps, les textes restent dans la partie inférieure de la "une" d’Agoravox). Le fait que les sujets traités touchent à la culture, aux loisirs, est moins porteur d’audience que si ces articles avaient traité des sujets "people" ou politiques, filons bien exploités par les garçons !

3 - Quelques pistes de proposition :

Un objectif chiffré pourrait être posé, à défaut de parité possible pour le moment du fait du nombre insuffisant de candidates. Le taux est de 6,84 % aujourd’hui. Pourquoi ne pas mettre les moyens pour essayer dans un premier temps d’atteindre la moyenne de 10 % ?

10 % ne serait qu’un début et l’on pourrait s’efforcer de faire grimper peu à peu ce chiffre. La question à se poser est : comment ?

- Une rubrique spéciale femmes : Une solution serait de créer une rubrique en haut de page pour y placer l’article d’une rédactrice, de la même façon que chaque jour l’équipe d’Agoravox sélectionne un papier pour le mettre tout en haut. Cette méthode pourrait faire naître des vocations et aider des femmes qui hésitent encore à franchir le pas. Cet emplacement serait désigné sous un nom de rubrique du genre "voix de femme". Evidemment, cela suppose que les hommes acceptent de voir leurs articles rétrogradés d’une case et acceptent aussi de déroger au libre jeu de la concurrence liée à l’audience (les articles se placent en fonction de leur fréquentation). Ce serait de la discrimination positive et l’on sait que cette idée ne fait pas l’unanimité. Mais lorsque le média aurait atteint un taux acceptable d’articles féminins (disons 30 % au moins), la rubrique pourrait être supprimée et la libre concurrence rétablie.

- Une newsletter : Beaucoup de journaux en ligne utilisent la newsletter comme méthode promotionnelle. Ce moyen pourrait servir à lancer des appels à contribution de lectrices. Cette newsletter, envoyée aussi aux blogueuses, permettraient d’attirer leur attention.

Mais le mieux n’est-il pas de chercher des solutions en donnant la parole aux femmes ? Femmes, n’hésitez pas à intervenir en commentant cet article.


Lire l'article complet, et les commentaires