Communiquons, il en restera toujours quelque chose !

par Jean Claude BENARD
vendredi 1er septembre 2006

François Bayrou lui-même s’est plaint de la presse, lors d’une intervention à ce sujet sur France Inter.

Extrait : Citant à demi-mots Bouygues, Dassault et Lagardère, il a évoqué des "puissances considérables qui ont avec l’Etat des rapports de clients, dont la vie et le développement dépendent de la commande publique et donc qui ont le plus grand intérêt à maîtriser, tenir les choix futurs des Français, à les diriger, les orienter".

Et pourtant, il devrait savoir, puisqu’il fut ministre, comment les journalistes peuvent produire des articles sur pratiquement tous les sujets sans pour cela avoir à se déplacer ou enquêter.

En effet, tous les ministères disposent d’un service de presse destiné à donner de la « matière première » aux hommes de plume. Quasiment inaccessibles au citoyen lambda il y a quelques années, ce service est, depuis l’avancée Internet, disponible en ligne sur les sites de ministères.

Prenons l’exemple du cheval de notre ministre de la cohésion sociale, Jean Louis Borloo : le Cesu.

En se rendant sur le site gouvernemental de l’agence nationale des services à la personne et en sélectionnant la rubrique « Espace Media » vous avez accès (en Word, SVP !) à une liste de communiqués de presse dont l’un sonne particulièrement bien :

«  Préparez la rentrée... Avec le chèque emploi-service universel et les services à la personne, simplifiez-vous la vie ! Nouvelle campagne de communication. »

Qu’apprend-on sur ce texte à en-tête de l’agence nationale ?

Extrait :

«  Toujours appuyée par la signature "Avec le Cesu, simplifiez vous la vie", la campagne publicitaire réalisée par Euro RSCG C&O sera visible à partir du 28 août prochain jusqu’en octobre 2006.

En presse écrite, une communication pédagogique à destination des internautes et une autre à destination des « phone users » ont été conçues sous forme de pictos explicatifs noirs et blancs. (un : j’allume l’ordi ; deux : je clique ; trois : je trouve) ou encore (un : je décroche ; deux : je compose ; trois : je parle).

Un dispositif complété par deux spots radios inédits (30 secondes) destinés au grand public, qui joue sur les idées reçues dans le secteur des services à la personne, et un spot institutionnel, qui présente les avantages du Cesu à la fois pour les employeurs et pour leurs salariés.

Mais cette campagne, c’est aussi les deux films (25 secondes), réalisés par Alexandre Coffre (quad), dont les protagonistes sont empêtrés dans des problèmes quotidiens familiers : un père de famille s’énerve sur les problèmes de maths de son fils ; un cadre aux chemises mal repassées est l’objet des regards et commentaires moqueurs de ses collègues de travail... Un réalisme tourné en dérision, dont on ne se lasse pas.

N’oublions pas les bannières Internet qui déclineront le print et qui renverront sur des pages du site www.servicesalapersonne.gouv.fr adaptées à chaque internaute (particulier, chef d’entreprise, administration, etc.)

Le site Internet sera également agrémenté de jeux interactifs disponibles à partir du mois de septembre sur la home page.

La campagne sera également marquée par l’envoi massif de documents, brochures et dépliants, à travers toute la France.

Les cibles sont multiples : entreprises et associations agréées, DRH, comités d’entreprise, collectivités territoriales, DDTEFP, préfectures, établissements publics, mairies et CCAS, ANPE, APEC, Maisons de l’emploi, ADIE, Chambres de commerce et d’industrie, Chambres des métiers, Chambres d’agriculture, Boutiques de gestion, CJDE, CAF, CPAM, CRAM, etc. »

Edifiant, non ? On voit tout de suite, au sabir publicitaire utilisé et à la « drôlerie » des campagnes, qu’aucun des responsables de l’agence des services à la personne n’a participé à sa rédaction. En clair, les journalistes se contenteront de prendre leurs sources directement auprès des publicitaires.

Curieux de nature, je suis allé sur le site de Euro RSG qui ne fait mention à aucun endroit de ce budget ni ne cite l’agence gouvernementale dans ses références. Quant au budget alloué ?

En tout cas, nous ne remercierons jamais assez nos dirigeants de dépenser sans compter lorsqu’il s’agit de promouvoir des emplois aussi durables et bien rémunérés que :

Pour les journalistes qui ne souhaiteraient pas traiter ce sujet ou l’auraient déjà abordé, je conseille sur le portail de la cohésion sociale l’article suivant : « Le décret sur le Borloo populaire est paru  »

N’ayez crainte, le ministre ne s’est pas reconvertit dans le marcel et le saucisson. A vous de voir si votre curiosité ira jusque-là, et si nous aurons le plaisir de lire quelque chose à ce sujet.

Sources :
Le portail de la cohésion sociale
Agence nationale des services à la personne
URSSAF

Documents joints cet article


Lire l'article complet, et les commentaires