La cyberdissidence se manifeste : 24 heures contre la censure sur internet

par Frédérick 2 Baro
mardi 4 mars 2008

Le 12 mars prochain, il y aura une cybermanifestation pour défendre la liberté d’expression sur internet. Clothilde La Coz de RSF s’exprime pour le blog de la blugture. Elle nous donne quelques informations sur les actions qui seront mises en oeuvre et le pourquoi du comment...

C’est une jeune femme que je connaissais de mon autre vie. Elle m’avait contacté et son enthousiasme m’avait frappé. J’étais réellement heureux de la retrouver là, alors que je m’étais résigné à ne la considérer que comme un de ces nombreux contacts Facebook. Dont on regarde la vie évoluer au fil des "updates". La bière commandée, je lui demande tu fais quoi maintenant ? Je suis chez RSF et je travaille sur un rapport sur la cyberdissidence qui sera publié le 12 mars... génial !! C’est la première fois que l’on se voit, mais très clairement il va falloir que je prenne rendez-vous. Et on discute... et plus elle en dit plus je me demande ce qu’il restera dans le podcast.

Alors avec mon tact habituel, je lui dis simplement qu’il faut que l’on arrête de parler de ce qui la passionne depuis des mois parce que moi je veux faire un podcast que même pas ma mère verra... pffff.

Mais elle accepte Clothilde, elle comprend, c’est une journaliste qui après l’IEP de Grenoble a travaillé à France-Bleu. Une belle expérience et une formation qu’elle semble avoir suivie avec enthousiasme. En vérité son CV, je ne le connais pas vraiment. Ce que je sais c’est qu’elle sait communiquer et informer et je n’en demande pas plus...

La cyberdissidence vous en aurez un extrait sur le site de RSF. On y apprendra par exemple qu’en Iran :

Chaque internaute iranien est censé signer un document écrit lorsqu’il ouvre une connexion, dans lequel il s’engage à ne pas consulter des sites "non islamiques".
ou l’Ukraine où le directeur d’un journal en ligne (Ukrainskaïa Pravda) a été assassiné :
Durant les mois précédant sa disparition, le journaliste avait dénoncé à plusieurs reprises les menaces dont il faisait l’objet. Il aurait été pris en filature par les services secrets (SBU).
En Birmanie, comme le dit clothilde, ce sont bien des étudiants blogueurs qui ont fait sortir certaines informations.

Bref, la liberté d’expression utilisée par certains blogueurs est faite au risque de leur vie et pour l’intérêt général. Défendre ces valeurs revient à les défendre eux, d’où nous sommes, derrière nos claviers. Il sera beaucoup plus simple pour nous de déposer un avatar, mais imaginez l’encouragement que cela représentera pour des centaines de blogueurs a travers le monde. Vous disposez en attendant de beaucoup d’outils pour vous exprimer à commencer par ces bandeaux à insérer sur vos blogs. Cette carte des trous noirs de l’internet (PDF 5 Mo) vous permettra d’avoir une vue d’ensemble.

Regardez cette vidéo par exemple qui a permis de faire pression sur l’Etat birman pour calmer la répression contre les étudiants...


Lire l'article complet, et les commentaires