Laurent Ruquier : Si ša continue, on va aller s’coucher !

par Jean Lannes
lundi 4 octobre 2010

Samedi soir, Daniel Auteuil et Isabelle Mergault étaient, entre autres, les invités de Laurent Ruquier et son émission «  On n’est pas couché » sur France 2 – le tournage a eu lieu mercredi soir. Ces derniers, frustrés que l’on puisse ne pas apprécier leur film, ont fait un scandale auprès des deux chroniqueurs, pris dans le piège d’une hypocrisie homologuée par l’animateur lui-même. Navrant.

Assis dans les fauteuils des invités, les deux comédiens parlent gentiment de « Donnant, donnant », film réalisé par Isabelle Mergault et interprété notamment par Daniel Auteuil. De bonnes grosses minutes de promo, de flatteries et de bonne humeur. Jusqu’ici tout va bien. Puis vient le temps de la critique. Sur le ton de l’humour, les deux invités se lèvent de leur fauteuil et font mine de partir. Une fois, deux fois… A la fin, ça en devient lassant, et on se demande finalement s’ils sont sérieux lorsqu’ils empêchent Eric Zemmour et Eric Naulleau de s’exprimer. A croire que oui.

Les deux chroniqueurs prennent la mouche. S’en suit une joute verbale des plus affligeantes. Constat clair : ils sont sérieux ! Nos deux invités espèrent vraiment qu’on évite de dire du mal de leur film. Affligé, Eric Naulleau ne dira mot sur le sujet, bien encouragé par un Laurent Ruquier sidérant, tentant désespérément de défendre ses invités. L’animateur se rangera, tout au long du débat, du côté de ceux qui refusent que l’on critique leur petite contribution cinématographique. Pas étonnant, il défend sa copine Isa le Laurent.


Avec une mauvaise foi incroyable, refusant tout avis négatif, les deux protagonistes se sont laissé aller à des phrases au summum de la médriocrité. « Si on n’était pas là vous n’existeriez pas. C’est grâce à nous qui écrivons des films… (etc). C’est tout » dira Isabelle Mergault à propos du métier de critique. Quel culot incroyable de se permettre de dire de telles choses ! Surtout venant d’Isabelle Mergault. Se prendrait-elle réellement au sérieux dans le monde artistique ? Hilarant ! Cette dernière ferait bien de faire un tout petit travail de réflexion sur elle-même avant de prendre les gens de haut. Comme le lui dira Eric Naulleau : « vous n’êtes pas un modèle artistique ». Loin de là !

Hypocrisie contagieuse

« Continuez à accumuler les articles de complaisances dans les journaux, des gens qui parfois n’ont pas vu le film » lancera justement Eric Naulleau. Cela illustre parfaitement la situation. Désormais, la critique n’est plus permise à la télévision. Ne sont acceptés que les avis positifs, la promotion. Si aujourd’hui, même dans l’émission autrefois référence en matière de franchise et de critique honnête, on ne doit plus entendre que du bien des œuvres à l’honneur, il y a un problème. La télévision se Druckeriserait-elle ?

Le plus affligeant dans tout ça, c’est le soutien affiché par Laurent Ruquier à l’égard de ses chers invités. Un soutien qui va jusqu’à, dans un premier temps, proposer aux deux chroniqueurs de ne pas donner leurs avis, puis, ensuite, accepter le refus d’Eric Naulleau de donner le sien. Un comportement lamentable qui va dans le sens de la vague d’hypocrisie qui sévit sur le PAF. On protège ses petits invités chéris, et, de facto, sa petite audience rémunératrice.

Un changement de cap pour cette émission, où il est désormais également coutume d’aller au duel avec les deux Eric pour faire du bruit autour de son produit. « On n’est pas couché », autrefois très respectable, commence à devenir lassant, inintéressant, plat. Le plateau se mu en piège pour les deux chroniqueurs et leurs avis tranchés et sérieux. J’en viens à me demander avec regrets pourquoi les deux compères y ont prolongé leur contrat – si ce n’est pour un salaire en hausse. La réponse est-elle dans la question ?

Moralité de l’histoire, l’hypocrisie est une grave maladie de plus en plus contagieuse sur le petit écran. Méfiance Laurent Ruquier. Si ça continue, on va aller s’coucher !

 


Lire l'article complet, et les commentaires