Les dérapages écologistes sur le « négationnisme climatique »

par alcodu
jeudi 21 janvier 2010

 Depuis quelques mois, le lobby écologiste utilise médiatiquement l’expression « négationnisme climatique » pour désigner l’opposition scientifique et publique croissante aux thèses du GIEC sur le réchauffement global.

Cette attaque des écologistes intervient en plein Climate Gate, le scandale qui a permis d’établir que les mesures de températures qui servent de base à la théorie du GIEC ont été falsifiées par l’organisme chargé de les présenter. De nombreuses autre erreurs et approximations semblent entacher les travaux du GIEC.

L’utilisation de cette expression, qui établit un parallèle entre les climato-sceptiques et ceux qui nient l’existence des chambres à gaz répond à un triple objectif.
Le procédé est particulièrement abject et doit être dénoncé avec force.
 
Au-delà de son côté odieux cet amalgame révèle (s’il en était besoin) que les écologistes refusent la controverse. Or le propre d’une proposition scientifique est d’être réfutable. Lorsque les écologistes traitent de "négationnistes" ceux qui contestent leurs thèses ils ôtent tout caractère scientifique aux théories qu’ils prétendent défendre. Ce qui est irréfutable appartient au domaine de la croyance, pas de la science. L’écologie est donc bien une forme de religion qui, après avoir noyauté toutes les sphères du pouvoir, prétend imposer ses dogmes à l’humanité.

Face à ce phénomène qui menace le débat d’idées et la démocratie. Gauche Libérale a décidé de mener une campagne de surveillance et d’action Nous avons entrepris de noter l’emploi de cette expression dans les médias, d’alerter s’il y a lieu, les rédactions et de publier les résultats de nos interventions. Notre action ne nous place ni dans un camp ni dans l’autre. Le débat sur l’influence du CO2 sur le réchauffement climatique est un débat scientifique et il doit le demeurer.

Voici un premier échantillon de nos investigations sur l’usage des termes "négationnisme climatique" ou négationniste climatique ou "négationniste" tout court.

1) Expression employée le 15 novembre 2009 sur Europe 1 par Cécile Duflot, secrétaire nationale des Verts, qui a été "vertement" remise à sa place par Elkabbach. On peut voir la vidéo ici. Cécile Duflot s’est rétractée gênée. Bravo M. Elkabbach.

2) Expression employée par M. Paul Moreira auteur d’un reportage pour France 4. La chaîne publique reprend cette expression sans état d’âme pour présenter le reportage sur son site. Nous allons lui écrire pour recueillir sa position.

3) Yann Arthus Bertrand a nommément traité Claude Allègre de "négationniste" (tout court). Interrogé par Morandini sur le caractère approprié de cette expression il a répondu : "c’est le mot qui le qualifie le mieux". Dont acte, il ne faut pas s’attendre à mieux de la part de ce personnage.

4) Vincent Courtillot, éminent scientifique a été traité de négationniste par Elise Buckle, responsable énergie-climat du WWF France lors de l’émission "Ce soir ou jamais". Taddéi a très bien réagi en intervenant : "négationnisme c’est une injure grave qui mène en prison". On peut voir la vidéo ici. C’est à la 11e minute. Bravo M. Taddéi, et bravo au discours raisonnable et modéré de Vincent Courtillot.

5) L’expression apparait le 11/01/2010 sur le site de l’Express.fr dans une interview d’Etienne Kapikian, météorologue. Sommée de s’expliquer, la rédaction de l’Express.fr fait disparaitre les termes "négationnistes climatiques" et les remplace par "sceptiques". M. Mettout, rédacteur en chef de l’Express.fr, nie les faits (preuves ici) puis avoue sur twitter tout en ajoutant que les termes "négationnistes climatiques" ne le gênaient "pas plus que ça" (sic) mais qu’il les avait retirés parce qu’ils ne "reflétaient pas l’opinion" de l’interviewé.

Nous allons continuer à traquer ces comportements et nous vous en tiendrons informés.
 

Documents joints ŕ cet article


Lire l'article complet, et les commentaires