Les sÚries, nouvelle « drogue culturelle »

par estibe
jeudi 24 mai 2007

Une tendance notable s’est affirmée au cours des deux dernières années, celle d’un nombre important de personnes suivant avec assiduité des séries américaines. Prison Break, Heroes, Lost, 24 ou encore Dexter sont quelques -ns des programmes entraînant une addiction poussée dans la catégorie des 15-30 ans.

Que deviennent Michael Scofield (Prison Break) ou John Locke (Lost, en aucun cas le fameux philosophe anglais) ? Comment Mohinder Suresh (Heroes) va apporter son aide à l’évolution de la génétique et ainsi sauver le monde ? Tout comme Jack Bauer (24) dont c’est le "job" depuis cinq ans ?

Voilà, le genre de questions présentes dans l’esprit d’un fanatique de série. Ce genre de personnage n’est pas très marginal, tous les soirs des millions de personnes s’installaient face à leur écran pour suivre la saison 1 de Prison Break sur M6. Les diffuseurs français achètent les droits en fonction du succès que les séries engrangent outre-Atlantique. Le nombre de ce genre de "broadcast" (programme tv en anglais) aux Etats-Unis a tellement augmenté durant les dix dernières années qu’on ne peut les compter avec précision. Les objectifs financiers et les investissements sont tels que les productions et les chaînes ont le pouvoir de déprogrammer à tout-va. La rentabilité, objectif majeur des productions comme dans toute entreprise, provient du nombre de téléspectateurs recensés par les chaînes. Ces dernières dépensent sans compter pour recueillir le plus grand nombre.

Avec le retard d’un an, "logique" pour n’importe laquelle des séries. Les Français ont depuis quelques mois, commencé à rechercher les épisodes de leurs programmes favoris par le biais d’Internet. Ainsi durant le mois d’août 2006, le site internet dailymotion diffusait en streaming toute la première saison de Prison Break et le début du 3e opus de Lost. A cause d’une plainte de la chaîne M6 qui se voyait flouée par la diffusion gratuite, le site a été contraint de supprimer toutes les pages où des épisodes entiers étaient visionnables. Cela n’a pas empêché la multiplication des forums de téléchargement d’épisodes où seule une inscription avec une adresse e-mail valide et un nom d’utilisateur sont requis. Les avant-gardistes pour certains ou les suiveurs pour d’autres auront donc pu suivre la totalité de la première saison de Heroes qui n’arrivera sur les écrans de TF1 qu’en septembre 2008. Mais pourquoi autant de personnes interessées par ces superproductions télévisuelles ?
Le secret réside peut-être dans le fait que ces nouvelles séries (Prison Break, Heroes, 24...) sont construites comme des films. Il n’y aucune "routine" inhérente à tous les soaps du passé (Beverly Hills et autres...). Chaque épisode est une nouvelle histoire et aucune action ne sera reproduite dans le suivant. Les rappels du début sont là pour situer le fan dans le déroulement et indiquer certains éléments à venir.

Cette tendance indique bien qu’une révolution est en marche dans le monde de l’audiovisuel et des médias, et qu’Internet, en plus de compléter, remplace petit à petit la télévision à l’instar de la plupart des autres formes d’informations (radio, presse...).


Lire l'article complet, et les commentaires