Lettre Jean-Jacques

par eroliange
samedi 28 février 2015

Cher Jean-Jacques,

Je me permets cette familiarité, alors que nous ne nous connaissons pas (et j'en suis le principal désolé, crois le bien), car j'ai l'impression que tu fais partie de moi. Je suis quadra et tes chansons ont bercé une partie de mon adolescence (la fin,lol) et mes débuts d'adulte (et plus tard encore). Tant de chansons qui ont signé des instants de vie, de ma vie, de façon indélébile, comme tant d'autres fans de toi. Tu as laissé ces signatures, ces traces uniques, dans ma vie, dans nos vies. Tu es dans le patrimoine culturel français contemporain et rien ne pourra t'en déloger, tout comme Souchon et Cabrel. Après, personnalité préférée des Français ou pas, on s'en fout.

Cette journée est importante pour moi, car on a touché à une de mes icônes. Non, pas toi, surtout pas toi. Toi, le discret, celui qui a les jolis mots et les jolies mélodies pour traduire simplement ce que l’on ressent, ce que l'on vit. Toi qui a su chanter un confidentiel particulier à la mort de Balavoine, aussi touchant que le 'et si en plus il n'y a personne' de Souchon après les attentats de Charlie Hebdo. Toi, qui n'a jamais été un donneur de leçon, et souvent déconsidéré par les critiques car pas assez engagé, trop romantique ou tendre.

Une polémique autour d’une chanson de toi… non… incroyable, impossible.

Je suis donc allé écouter 'toute la vie' pour comprendre ce que l'on pouvait bien te reprocher.

Cette écoute a mise en exergue que je ne comprends plus la jeunesse, ou peut-être est-ce elle qui ne veut pas faire l'effort de comprendre, car je n'y ai rien entendu justifiant une telle polémique. Les jeunes ne se lèvent pas lorsque des paroles parlent de violence ou de 'casser les reins' d'une femme, mais se révoltent si on leur demande de se bouger un peu... quel sens des valeurs, mais cela reste anecdotique.

Par contre, même si les paroles ne m'ont pas choquée, il m'a fallu ton communiqué pour comprendre le sens global du texte, car il ne me semblait pas flagrant de prime abord et je n'étais pas habitué à cela venant de toi, malgré le profond respect que je te dois.

Et puis, j'en ai discuté, avec d'autres de tes fans, et nous avons échafaudé pleins de possibilités, mais j'en ai retenu une et quitte à te vexer, je vais la livrer...

Jean-Jacques, soyons clair, cette chanson est peut-être la pire que tu ais écrite... Les paroles semblent sortir à moitié de toi et pour l'autre on ne sait pas, une espèce de crise de jeunisme. La mélodie est de toi, ça c'est sûr, mais pas ton meilleur, loin de là. Le problème est que cela ne marche pas, et que cette chanson ne nous emporte pas, nous laisse froid.

Entre fans de longue date, voilà l'hypothèse la plus probable que nous avons imaginée... Jusque là, tu composais des musiques et tu y mettais des mots qui sonnent, qui résonnent, pour que la musique soit bonne (il fallait que je la fasse, celle là). Mais pour le coup, tu as voulu faire l'inverse et écrire des paroles avant de coller ta musique. La contrainte n'était plus que cela sonne, mais que cela s'adapte... Tu nous a habitué à tellement mieux.

Je ne suis pas de ceux qui vont brûler mes icônes sous prétexte d'un mauvais pas. Picasso a fait des immondices salués par toutes les critiques (bon, les critiques, qu'ils soient littéraires, musicaux ou de tout autre art, s'ils savaient ce que je pense d'eux). Maintenant, ce morceau, accepte le, n'est pas du niveau auquel tu nous a habitué et, sans comprendre la polémique, je ne l'écouterai pas en boucle.

En résumé, le morceau n'est pas bon et toi seul sait pourquoi. Rien ne changera entre toi et moi (tu ne sauras pas qui je suis (un parmi des milliers) et je ne te serrerai jamais la main) et je continuerai à ne pas comprendre une certaine jeunesse également.

Pour finir, quand feras-tu une tournée d'adieu, réelle, annoncée, sans nouvel album, mais juste pour nous faire plaisir, à nous, fans de longue date qui regrettont de ne pas avoir pu te saluer comme il se doit ?

Amicalement.

Eroliange


Lire l'article complet, et les commentaires