On n’demande qu’ en rire, la recette gagnante de France 2

par AJ
samedi 26 mars 2011

L'émission de divertissement On n'demande qu'à en rire diffusée sur France 2 en quotidienne à 17h55 a battu mardi un nouveau record d'audiences en réunissant près de 2,6 millions de téléspectateurs soit 12,2% de parts de marché. Le principe du programme, animé par Laurent Ruquier, est de soumettre à l'évaluation d'un jury de profesionnels quatre comédiens par jour, qui, en fonction de leur prestation, obtiennent le droit de revenir lors d'une prochaine émission et d'accumuler ainsi les apparitions sur le plateau au fil des émissions. Au bout de dix passages, les comédiens sont appelés "pensionnaires". A l'image du petit théâtre de Bouvard, On n'demande qu'à en rire se conçoit tel une troupe en perpétuelle évolution mais aussi comme un laboratoire de découverte de talents. Les portes se sont ainsi ouvertes pour Olivier de BenoistLes Lascars Gays ou encore Arnaud Tsamère.

Pour France 2, c'est du pain béni car le public est au rendez-vous. Lancée en septembre, l'émission ne cesse de grapiller des parts de marché. Le programme est une vraie recette gagnante : en faisant appel à plus d'une centaine d'humoristes -dont certains sont loin d'être anonymes tels que Kev Adams-, le programme a su attirer le publc de tous ces comédiens et le fidéliser. Les "pensionnaires", en multipliant les passages (Olivier de Benoist en totalise ainsi 38, 30 pour les Lascars Gays ou même 27 pour Jérémy Ferrari) permettent à l'émission de se concevoir tel un feuilleton, ce qui là encore, est bénéfique pour l'audience.

La présence d'un jury est également un point positif pour la bonne santé du programme. Les notes qu'attribuent Catherine Barma, Jean Benguigui et une autre personnalité qui n'est pas fixe, sont la conclusion tant attendue du sketch et incitent le spectateur à réagir, s'insurgeant de l'injustice faite à tel ou tel candidat ou à l'inverse d'un éloge imméritée. Les divergences entre membres du jury font l'objet de débats souvent houleux suscitant également l'intérêt de l'émission.

L'émission du lundi soir, où les comédiens n'ayant pas fait leur preuve durant la semaine doivent se présenter en direct et se soumettre au vote des téléspectateurs, revêt les ascepts tragiques qui font le succès des émissions de téléréalité. Le candidat ayant obtenu la moins bonne note des téléspectateurs est en effet condamné à quitter l'aventure, conférant la dose de suspens qui captive le téléspectateur. En somme, On n'demande qu'à en rire est une véritable réussite et on espére voir l'émission s'installer durablement dans le PAF.

Retrouvez ce billet dans son contexte original sur http://offensif.net


Lire l'article complet, et les commentaires