Pour une révision des critères de classification des films en France

par Nathalie Garcia
samedi 19 mai 2012

A partir d’un âge variable en fonction des familles, nos enfants commencent à avoir l'occasion de regarder des films sans forcément avoir un adulte à leur côté pour contrôler si ce qu'ils visionnent correspond à leur âge et leur sensibilité.

Dès lors, les parents les plus vigilants commencent à faire confiance aux institutions chargées de classifier les films et à la légitimité des personnes qui leur recommandent ces oeuvres, avant de les laisser un peu tranquilles devant la télévision.

C'est ainsi que ma fille de 8 ans a failli être durablement effrayée par un film classé "Tous publics" en France.

Elle est rentrée ce jour là de l'école très enthousiasmée par une recommandation de son professeur de CE2 remplaçant, qui leur avait vivement conseillé de regarder "Prédictions", film américain de 2009 avec Nicolas Cage, racontant l'histoire d'un enfant de 1950 ayant prédit les catastrophes du présent .

Au vu du sujet, et malgré la confiance que j’avais dans le bon sens d’un professeur de nos écoles, n’ayant certainement pas été formé pour recommander des films violents à nos enfants, je mes suis renseignée sur la classification de ce film, avant de laisser me fille devant son dvd. Son insistance et le faite que quelques petits camarades l’avaient déjà vu, disait-elle, et n’avaient pas eu peur, a fini de me rassurer.

Heureusement, j’ai gardé une oreille attentive depuis la cuisine, ce qui m’a permis d’intervenir au moment où une catastrophe aérienne faisait brûler vifs tous les passagers se tortillant sous d’atroces souffrances. Terminé le film, à peine quelques minutes après le début.

Visiblement ma fille n’entre pas dans le groupe « Tous Publics » de la Commission de Classification du Centre National du Cinéma, elle doit être un extra-terrestre. Depuis cet incident, je n’ai plus aucune confiance dans leurs classifications dont les vertus nous sont pourtant vantées à longueur de spot publicitaire.

J’ose plaider l’erreur de jeunesse pour le professeur remplaçant, qui avait pourtant bien d’autres oeuvres passionnantes à recommander à sa classe pour initier leur culture cinématographique, au lieu de ce film violent et bien éloigné du chef d’œuvre. J’ose aussi croire que les petits copains qui n’ont pas eu peur sont plus vantards qu’insensibles, à moins que la classification « Tous publics » leur impose dans leur esprit de ne pas avoir eu peur.

Je plaide par contre pour une révision profonde des critères de classification de notre CNC, et leur recommande de s’inspirer par exemple de la Régie du Cinéma du Québec, qui a classé ce film « Non recommandé aux moins de 13 ans » au motif que « Le film évolue dans un climat de tension permanente et présente des scènes de désastres spectaculaires qui pourraient perturber un public n'ayant pas atteint un début de maturité »

A moins de penser que les enfants français de huit ans ont la maturité des canadiens de 5 ans leurs aînés, il ne s’agit pas là d’un caprice de mère ultrasensible et protectrice, mais d’une mesure de bon sens visant à épargner à nos enfants une violence télévisuelle complètement inutile et choquante pour eux, de demander en somme simplement au CNC d’être dans leu r rôle.


Lire l'article complet, et les commentaires