Sur Canal +, pas touche TF1 !

par Olivier Bonnet
jeudi 15 juin 2006

L’auteur d’un livre sur les rapports entre le groupe Bouygues, sa filiale TF1 et la dictature turkmène affirme que le sujet, prévu pour être diffusé sur Canal +, dans « Le vrai journal », a été censuré par la chaîne. Le rédacteur en chef de l’émission dément, mais Karl Zéro confirme. Canal à la botte de TF1 ?

Le 2 mars dernier est paru aux éditions Danger public Le pays où Bouygues est roi, signé du journaliste David Garcia, qui décrit les rapports entretenus par le propriétaire de TF1 avec la dictature au pouvoir au Turkménistan, ancienne République soviétique d’Asie centrale, indépendante depuis 1991. Il raconte notamment comment la chaîne a confectionné sur mesure une émission à la gloire du dictateur local, Saparmourad Niazov, tyran notoire dénoncé à la fois par Amnesty international, Human Rights Watch et la Fédération internationale de Helsinki pour les droits de l’Homme, excusez du peu. Le président à vie est allé jusqu’à organiser un faux coup d’état, en 2003, ce qui lui a permis d’emprisonner quelque 700 personnes et de décapiter son opposition, ses membres ayant été jetés en prison après des parodies de procès dans le plus pur style stalinien. Un Niazov mégalomane au point d’avoir fait ériger une immense statue de lui, dorée à l’or fin, qui pivote sur son axe 24 h sur 24 ! Son prochain projet pharaonique est la construction d’une station de sports d’hiver, avec patinoires et pistes de ski, en plein désert.

S’il est une entreprise qui profite bien de la manne des grands travaux, financés par les revenus du gaz (le Turkménistan en est un gros producteur) et imaginés par le cerveau délirant du "père des Turkmènes", ainsi qu’il s’est auto-proclamé, c’est bien Bouygues. L’enquête de David Garcia révèle que l’entreprise française aurait signé depuis 1995 des contrats de plus d’un milliard d’euros, notamment pour la construction d’un nouveau palais présidentiel et divers autres monuments à la gloire du "treizième prophète". On comprend donc que Bouygues soit aux petits soins pour l’illuminé d’Asie centrale. C’est dans ce contexte qu’en 1996, à l’occasion d’une visite en France, Niazov - qui a été reçu par Chirac, l’argent du gaz n’ayant pas d’odeur... - fut l’invité d’une Edition spéciale de TF1 présentée par Jean-Claude Narcy, alors directeur adjoint des informations, dans laquelle intervenaient Martin Bouygues, PDG du groupe Bouygues, Patrick Le Lay, patron de TF1, Pierre Gadonneix, président de Gaz de France et Jacques Roger-Machart, directeur chargé du développement d’Electricité de France. Tous au garde-à-vous, dégoulinants de complaisance devant le dictateur. Des extraits vidéo de cet exercice de servilité de haut vol sont visibles sur le site de Télérama. TF1 n’a en fait jamais diffusé l’émission, qui a juste servi à s’attirer les bonnes grâces du dictateur pour le compte de Bouygues. La chaîne tente péniblement de justifier l’affaire en invoquant un enregistrement effectué dans le cadre du projet de modernisation de la chaîne de télévision d’Etat turkmène.

Voilà toute l’histoire que David Garcia propose au Vrai journal de Canal +, qui commence par l’accepter, avant que le journaliste qui planche sur le sujet, Arnaud Muller, ne l’informe que le reportage est finalement refusé par la chaîne. C’est du moins ce que l’auteur du pays où Bouygues est roi prétend, mais le rédacteur en chef du "Vrai journal", Victor Robert, dément le 2 mars , sur Europe 1 : "Ce sujet n’était pas du tout programmé pour la semaine prochaine. [...] Moi, tout simplement, j’ai dit à Arnaud d’approfondir un petit peu les choses avant de le proposer à Canal. C’est tout..." Pas de censure de Canal, donc, puisque le sujet n’a pas été proposé à la chaîne. Plus tard dans la conversation, Robert s’emmêle pourtant un peu dans son explication et prononce cette phrase troublante : "On ne peut pas démonter TF1, Bouygues comme ça pendant six minutes avec un extrait de Jean-Claude Narcy, avec une interview de David Garcia même si son bouquin, moi, je l’ai trouvé super intéressant. Voilà, il faut qu’on travaille. Alors, avant de, moi, avant de proposer des choses à Canal+, j’arrive quand même avec un petit peu de matériel. Donc, là, on ne l’avait pas suffisamment." Que manquait-il réellement au sujet pour être traité par le Vrai Journal  ? On en est là dans les interrogations, avec la parole de Victor Robert contre celles de son journaliste Arnaud Muller et de David Garcia qui rapporte les propos de ce dernier, quand l’ancien animateur de l’émission, Karl Zéro, vend la mèche sur un forum du Nouvel Obs, le 7 juin dernier, comme le relaie Acrimed : "J’aurais effectivement pu parler du Turkménistan. On avait même fait un sujet sur comment TF1 a fait croire aux dirigeants turkmènes qu’ils étaient en direct à l’antenne pendant une heure (en échange de contrats pour Bouygues). Hélas, à l’heure de la fusion TPS-Canal Sat, Canal + a censuré la diffusion de ce sujet... en vrais Turkmènes !" L’honnêteté oblige à préciser que, Karl Zéro ayant été viré de Canal, ses propos ne sont pas forcément neutres. Quelque chose nous dit pourtant que, s’il en profite pour régler des comptes, sa version des faits ne doit pas être bien loin de la vérité.


Lire l'article complet, et les commentaires