2025

par CorsairePR
mercredi 4 septembre 2013

Puisque n’importe qui se prête à n’importe quoi, comme imaginer la France en 2025, y compris M. Rochedy (http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/la-france-de-2025-avec-marine-le-139876), il n’y a pas de raison que je ne fasse pas pareil.

Donc en 2025, les réformes politiques auront peut-être des suites comme les films au cinéma façon, les retraites 4, le retour de la fontaine de jouvence.

Vu que l’UMPS n’aura toujours pas lâché le pouvoir malgré un désaveux abstentionniste croissant, on continuera de nous faire croire à une pauvreté illusoire de nos états (la fuite fiscale représente 80 milliards par an alors que le trou de la sécu n’est que de 13), on continuera de nous faire croire que l’insécurité est le premier problème alors qu’on sait tous qu’elle est corrélée à la variance des richesses laquelle est en hausse constante (si la richesse mondiale était également réparti, on aurait chacun 2800€ par mois).

On continuera donc nous rabâcher un perpétuel discours d’austérité.

La majorité des gens n’aura toujours pas lu George Orwell, ils ne comprendront donc pas que tout gouvernement n’a qu’un seul ennemi, son propre peuple qu’on rassasie de patriotisme et de faits divers qui fait diversion (Bourdieu respect).

Depuis près de deux siècles maintenant, la capitalisme a prospéré grâce à l’innovation technologique alimenté par tous ces ingénieurs débiles d’obéissance (ah d’ailleurs il faut encore que je lise Schumpeter). Regardons donc l’offre technologique de 2025, moyennant des retro-projecteurs 3D et un bon google earth dans chaque foyer, on pourra faire du tourisme sans quitter son salon (première source de revenu de la France), l’automatisation aura fini de balayer les cols bleus faisant place à un univers intégralement bureaucratique nourrissant joyeusement les cauchemars kafkaïens. La domotique aura aussi faits de bons splendides nous faisant délaisser toutes les tâches ménagères, on pourra régler les préférences de notre frigo sur notre régime alimentaire lequel nous composera directement une liste de courses qu’il commandera lui-même. Selon toute probabilité, bon nombre de foyers seront équipés d’imprimantes 3D permettant de fabriquer tout ce dont on a besoin directement à la maison occultant même toutes ces usines sans humains. Les parents toujours plus en mal d’autorité pourront directement de chez eux imprimer des puces qu’ils mettront dans leurs gamins pour pouvoir les suivre à tout instant.

Le capitalisme ne sera pas encore à sa fin (Fukushima, pas respect) vu qu’on voit dans les BRICS de beaux consommateurs se constituer tous les jours et il n’y aura guère qu’un Pékin pour freiner la voracité corporatiste, pas pour de morales raisons écologistes, mais juste parce que le parti communiste se laissera moins facilement corrompre que nos dirigeants occidentaux.

Néanmoins en 2025, le système réputationnel commencera à avoir une certaine assise supplantant inéluctablement son prédécesseur capitaliste. Il rétablira notamment dans une certaine mesure la proximité des échanges en lieu et place de tous ces labels attestant le mensonge dont sont capables les départements marketing.

Toujours en lien avec ce système réputationnel, on portera tous des google glass qui permettront d’afficher toutes les informations du réseau sur un nouvel interlocuteur rencontré : page facebook, CV… Certains vicieux perclus d’exhibitionnisme afficheront également leur déclaration d’impot ou leur don à des ONG, et si l’habitude fait tâche d’huile, on pourra regarder des interviews ou les politiques feront de même…

On verra émerger le merveilleux concept de sousveillance alimentant des sites comme copwatch, et si l’idée de transparence fait un peu son chemin, je m’engage même à scruter toutes les réunions de Thierry de Margerie pour suivre à tout instant l’intégralité des tractations de Total : lobbying, financement de campagne, recherche douteuse, investissement, corruption de gouvernement…

 

La lutte mémétique (Dawkins, Chomsky respect) battra son plein pour essayer de renverser les notions de profit et d’abus technologiques. Comme l’à démontré l’affaire Séralini, les enjeux réputationnels seront toujours plus importants se faisant à coup de “I like”

Normalement, la température mondiale aura augmenté d’environ un degré, provoquant des vagues de réfugiés climatiques angoissant tous nos petits fascistes. Dans le tiers monde, des voies s’élèveront pour réclamer un remboursement des pays riches à cause de la colonisation, du pillage des matières premières et donc également du dérèglement climatique.

Cette contre-colonisation associée à la banqueroute de certains grands états laissés exsangues par les corpos qui les auront menés là provoquera une levée du communautariste et l’émergence d’une multitude de réseau autonomiste qui auront toutes les connaissances nécessaires à ce genre de projets alternatifs sur internet.

Pendant ce temps, on aura réussi à cloner ce brave général qui, dans un éclair de lucidité, pourra revenir nous tanner : « Les humains parlent aux humains » mettant aux chiottes ce concept éculé de nationalisme.

Pour les moutons gavés de sport télévisé, ce sera la crise : en effet, on s’apercevra que les performances des athlètes sont aisément pulvérisables moyennant des prothèses, la veule avidité d’un public pour son équipe conduira inéluctablement les athlètes sur la table d’opération, quant au dopage, nous y revenons d’ici quelques lignes…

La France plus détachée que la moyenne des contingences patriotiques (les deux nations où ils me paraissent très heureux de vivre sont les USA et la Chine, pays où le nationalisme est le plus exacerbé, je me permets donc de corréler partiellement les deux, bonheur et nationalisme) continuera de consommer à plein pot des anxiolytiques, la consommation des produits à effet psychotrope au sens large (ce qui inclut au moins en plus la weed et l’alcool) grimpera inéluctablement, d’ailleurs nos gamins hackant tranquillement le frigo qui fait les courses pourront en commander, accessoirement si vous avez mis la puce évoquée plus haut dans leur main, ils se la couperont par caprice puisque si tout va bien on maitrisera la technologie pour se refaire les organes. On commencera à être très tenté par les premières améliorations génétiques possibles sur les humains (« c’est notre enfant, il faut lui donner toutes les chances », le modèle familiale montrant une nouvelle fois son profond égoïsme).

De la drogue donc.

De la drogue pour se concentrer à l’école (le trafic de Rhitaline sur les campus ricains sont un grand problème de santé).

De le drogue pour surmonter un monde déchainé.

De la drogue pour engendrer sous le stress un monde déchainé.

De la drogue pour continuer d’améliorer de puériles performances.

De la drogue pour rigoler bêtement et faire l’amour à des thons.

De la drogue pour se faire violer et s’en remettre.

De la drogue pour oublier que le trafic d’arme reste le premier business mondial et que la drogue est revenu au deuxième rang depuis le tarissement progressif du pétrole malgré l’envolée de son cours.

De la drogue pour amortir la frustration de voir des très très riches pouvoir commencer à se payer des clones de Scralett Johannson.

 

Mais ça ce n’est pas la France, ce sont juste les riches

 

Pendant ce temps, les pauvres déchirés par la frustration de l’échec de leur gouvernements continueront de voter à peu près pour n’importe qui (déjà que dans les pays riches, on vote pour n’importe quoi…), ce qui n’aura guère d’influence vu que la plupart des candidats seront unilatéralement corrompus (les quelques malheureux résistants ayant connu des sorts assez peu enviables tel Kadhafi, Gbagbo et si tout va bien bientôt Bachar Al-Assad), le ressentiment allant grandissant, les violences iront de pair (lire et relire les Damnés de la Terre de Frantz Fanon).

Vu le prix de la virtualisation du système réputationnel, il ne sera pas accessible dans les grandes franges misérables, ce sera donc encore le dollar qui prévaudra, là encore l’impression 3d permettra de se fabriquer des armes de série (en fait ça va surtout dépendre des progrès en synthèse chimique à ce niveau-là).

Toutes les richesses minières ou agricoles seront naturellement sous la coupe des étendards de nos fleurons entreprenauriaux.

Sinon ben les classiques, effondrement de l’espérance de vie, hausse de l’analphabétisme, explosion des suicides, apparition des cancers entraîné par les désordres nutritionnels des OGM…

Pour bien clarifier les choses à l’égard des myopes fascistes, la frontière entre pauvre et riche ne se fait plus à la frontière d’un pays et au nom écrit dans la rubrique nationalité de l’ID, mais bien à la possession d’un diplôme et d’un travail.

 

Nous pouvons raisonnablement en vouloir à nos parents pour le monde qu’ils nous ont laissé, mais selon toute probabilité, nos enfants auront toutes les raisons de nous haïr encore plus. En lieu et place d’un monde exclusivement gouverné par le profit, il leur faudra sans doute adjoindre l’artificialité que risque d’engendrer la transparence.

Dans tous les cas faire toujours preuve de confiance à l’égard de nos dirigeants (toutes natures confondues, politiques, corporatistes, médiatiques ou encore religieuses…) relève d’une ingénuité difficilement acceptable de la part d’un citoyen français tel que vous M. Rochedy et malgré toutes les horreurs technologiques qui se profilent (déchéance définitive de l’humanisme au profit du transhumanisme), il y a plus de confiance à avoir dans ces citoyens anonymes que dans n’importe lequel de ces leaders affligeants.


Lire l'article complet, et les commentaires