Affaire Pierre Panet (le FN Paris)

par Coeur de la Beauce
lundi 17 mars 2014

C'est une habitude et un réflexe depuis trente ans, la presse épluche les listes présentées par le Front National pour dénicher les vilains canards qui permettront aux chiens de garde du pouvoir de plomber le score électoral du parti pré-nommé, il est vrai souvent enclin à se plomber tout seul. L'affaire Pierre Panet est révélatrice de cet axiome.

Qui est cet énergumène ? Ancien cadre de la Poste conseiller syndical FO qui a gravité très à gauche dont au PSU dans sa jeunesse, Pierre Panet est aujourd'hui proche de l'infâme Dieudonné et rédige un bouquin sur Carlos (le terroriste, pas le chanteur éponyme). Il a des fréquentations hétéroclites, dont Faurisson le révisionniste rencontré au sujet des luttes pro-palestiniennes. Vous avez compris : Avoir un sataniste inclus dans le répertoire de votre portable peut vous coûter un article dans libération et dans le monde, et même un passage sur BFM-TV... Bien entendu il est hors de question de défendre des gens qui remettent en cause les horreurs du nazisme... c'est la démarche de l'affaire qui interpelle.

Comment Pierre Panet s'est-il retrouvé candidat sur la liste frontiste du douzième arrondissement de Paris pour les municipales ? Il a été coopté par la tête de liste pour compléter celle-ci, car le parti ne trouvait plus de centenaires volontaires du fond de leur maison de retraite. Panet a accepté pour "rendre service" en informant son interlocuteur de ses idées et de ses fréquentations - de Dieudonné à Faurisson en passant par Soral, Farida Belghoul et Jacques Vergès avant son décès - et cela n'a pas posé de problème...

Hors problème il y a ; puisque Wallerand de St Just, le candidat en chef du FN parisien, n'a découvert que la semaine dernière la présence de ce fantasque collistier(!) Amateurisme, désinvolture ou indifférence ? Cette affaire est révélatrice d'un phénomène : le Front National a des difficultés à boucler ses listes donc il ramasse qui il peut, et surtout qui veut. Encore une fois il faut rappeler les possibles conséquences sur le plan personnel d'un engagement au FN : exclusion sociale, représailles, harcèlement etc. à Rennes (voir un précédent article) une paisible collistière de la liste locale a reçu des menaces de mort, ailleurs des sympathisants doivent déménagés... un climat très particulier(!)

En démocratie chacun doit pouvoir exprimer ses opinions sans représailles. La présence de Pierre Panet au FN interpelle légitimement au vu de ses fréquentations. Toutefois personne n'est allé vérifier la présence de brebis galleuses au sein des autres listes : repris de justice, anciens sympathisants des brigades rouges et autres joyeux lurons. Qu'on ne s'y trompe pas : si la caste politico-médiatique est aussi dure avec le Front mariniste c'est qu'elle ne souhaite pas voir ces dissidents mettre le nez dans les dossiers des conseils municipaux et exercer un contrôle, rien d'autre. Les idées passent après, comme les nobles principes : dans une démocratie "libérale" les affaires sont les affaires.

La semaine dernière je vous brossais le portrait de Rémy, un brave ouvrier candidat FN à Stains. Il est métis, ses parents sont de gauche et il ne fréquente pas des illuminés. Il y a de tout dans les partis... je reprécise que je ne suis pas frontiste, je m'interroge juste comme beaucoup d'entre vous sur le deux poids deux mesures : si le FN est persona non grata alors il faut aussi interdire l'extrême-gauche : le révisionnisme sur les horreurs du communisme ou l'apologie des brigades rouges sont aussi des crimes et des atteintes à la mémoire des victimes. Et pourquoi tant qu'on y est ne pas instaurer un parti unique, peuplé de gens seins et conformes aux attentes de nos maitres banquiers ? Vous avez dit "démocratie" ?


Lire l'article complet, et les commentaires