Aidons le soldat Macron !

par REMY Ronald
mardi 9 mai 2017

Contrairement aux sondages, la barre des 60% a été joliment dépassée, renforçant ainsi la dynamique de En Marche obtenue au premier tour. Cependant, l’effort militant doit se poursuivre car l’élection législative n’est pas encore gagnée, loin de là. Lors du sympathique meeting place de la Pyramide du Louvre, Emmanuel Macron a reconnu la fragilité de la victoire et nous a demandé de poursuivre notre effort. Parfaite perception de la situation, si l’on tient compte de l’énorme taux cumulé de 37% d’abstention, de votes blancs ou nuls (25,38 + 18,49% + 3%) et puisqu’effectivement, dès le lendemain de l’élection, des crispations de pans entiers de l’électorat se sont immédiatement manifestés. 60% d’électeurs ont déclaré refuser lui donner une majorité à l’Assemblée nationale et donc aucun état de grâce. Du jamais vu dans l’histoire de la cinquième République. Devons-nous aller vers le chaos ?

Une Assemblée Nationale sans majorité présidentielle rendra impossible le vote et la mise en place des indispensables et urgentes réformes. Des années seraient à nouveau perdues avec quatre fois plus de frondeurs que sous Hollande. Incapables d’obtenir eux-mêmes une majorité, ces quatre gros groupes de Frondeurs (FI, FN, LR, PS) lui pourriraient la vie pendant cinq longues années de cohabitations instables. Nous ne pouvons désirer un tel chaos.

 

Par rapport à ces quatre groupes que nous connaissons déjà parfaitement, nous estimons utile de donner au moins une chance à un homme politiquement jeune et à un mouvement totalement nouveau. Il doit avoir sa franche majorité afin d’être pleinement responsable de son succès ou échec pendant le quinquennat. Même si un phénomène visible de cour semble l’avoir entouré hermétiquement pendant cette présidentielle, ne présumons pas à l’avance une forme d’autisme politique, une absence totale d’écoute d’Emmanuel Macron,

 

Le collectif électoral des chômeurs, des précaires et des victimes de l’administration VLC (Vaincre Le Chômage) n’a eu de cesse de faire des propositions concrètes pendant les 25 dernières années. Un quart de siècle d’échec de la totalité des partis qui ont globalement refusé de nous écouter (à part quelques petites réformettes que nous avions difficilement obtenues, notamment le droit de vote et le droit à l’aide judiciaire pour les SDF).

Nous continuerons donc à proposer nos idées pour vaincre le chômage, notamment les DTSL (droits de tirage spéciaux locaux) et les emplois dits « sociétaux » (pas de charges sociales pour les emplois sociaux). Nous poursuivrons notre combat pour la représentation des usagers au sein des conseils de l’administrations (pour moins de gaspillages et d’injustice), jusqu’aux centrales nucléaires sans uranium (au thorium) en passant par… notre proposition de processus de réforme du Coran ! En sus du programme d’Emmanuel Macron pour lequel nous sommes globalement d’accord (nul n’est parfait), nous ajoutons bien entendu nos propositions de réforme des banques et du crédit (encadrement de la spéculation effrénée actuelle et des taux variables arnaques), sujets spectaculairement boycottés par les médias.

 

Qu’aucun de nos 12 candidats à la candidature ne soit sélectionné par REM pour la législative mettrait certes en cause le principe affiché d’écoute, de changement et d’ouverture politique.

Cependant et néanmoins, j’affirme que notre devoir de citoyen est et sera de favoriser, sans condition, une franche majorité présidentielle. Vu la situation politique éclatée du pays, vu l’urgence des réforme et les années déjà perdues, l’heure n’est plus aux hésitations. Pour la stabilité et le bon fonctionnement des institutions ; pour l’avancée des réformes ; pour le bien-être de nos retraités et de nos handicapés ; pour l’avenir de nos enfants, nous devons faire confiance à la future majorité présidentielle. Nous devons donner à Emmanuel Macron les moyens concrets de gouvernement en faisant élire le maximum de candidats de République En Marche.

Documents joints cet article


Lire l'article complet, et les commentaires