Contrat Régional de Développement Durable

par arkoffa
samedi 12 octobre 2013

Le CRDD, Contrat Régional de Développement Durable vous ne connaissez pas ? et le CLD, conseil local de developpement !

Vous ne savez pas de quoi il s'agit ? Pas de panique, vous n'êtes tout simplement pas dans la course à la subvention votre humble serviteur va vous renseigner.

CRDD pour contrat régional de développement durable, c'est pompeux ça veut rien dire, mais ça fait rêver les politiques locales et les techniciens des collectivités territoriales.

CLD pour conseil local de développement. C'est un outil de rencontre, d'échange et de surveillance de la politique mise en place pour le CRDD.

Il s'agit aussi de définir ce qu'est la démocratie participative !

C'est une forme de partage et d'exercice du pouvoir, fondée sur le renforcement de la participation des citoyens à la prise de décision politique.

Bon vous êtes enfin prêt à partir dans cette aventure néo politique et économique.

Le CLD, donc, est un cadre propulsé par les régions pour permettre aux citoyens de participer au CRDD. Le CRDD quant à lui est un contrat, qui soit dit en passant n'impose aucune signature avec les citoyens, qui "propose" une stratégie politique de développement.

Les CRDD sont formés de 3 parties :

1/ Économie, tourisme



2/ Culture

3/ Habitat

Pour bien comprendre les rouages de cette installation typée démocratie participative, il faut être sincère envers soit même. Il n'est absolument pas question d'échange, il est question ici de mélanger les mots, intellectualiser les actions potentielles pour que les acteurs puissent avant tout toucher leur petite subvention. Et oui maintenant que la subvention n'est plus à la mode, il faut faire des projets, il faut rassembler les territoires, rencontrer les acteurs, mais surtout ne rien imposer, être à l'écoute et faire ensemble.

Ok sur le papier ça sonne bien.

Mais je vous assure que sur le terrain, c'est un sketch !

CRDD ou comment la politique de gauche à réinventer l'hypocrisie participative !

Bienvenue dans un monde qui va vous faire utiliser des mots ainsi que vos meilleures courbettes pour toper ce qui reste de gros sous sur la carcasse encore fumante de ce que l'on appelle la subvention.

Et si le citoyen n'était aujourd'hui qu'un leurre ?

Et si les politiques avaient déja récupéré les semblant d'actions populaires et citoyennes pour les transformer en grosse machine bien institutionnalisée et donc contrôlable à distance depuis les grands bureaux climatisés ?

Il est important de noter ici qu'il s'agit d'un financement public majeur de la région.

Alors bien sur il y a là des experts payés une fortune pour rendre compte de l'état de l'économie, de la culture ou de la reproduction des lapins sur le territoire.

Des consultants qui bien sur coute l'équivalent d'une année de salaire d'un citoyen lambda !

Nous sommes définitivement dans une société de l'ultra intellectualisation, un monde politique et bureaucratique qui ne laisse aucune place à l'action citoyenne la vraie, celle qui permet avant tout le débat d'idée et donc la confrontation !

Exit les propositions étranges, les argumentaires pour tel ou tel actions... Ici, il est question de vendre son projet de manière insidieuse, les politiques préférant rendre le débat stérile et appuyer les actions aseptisées.

Le sens de l'action, le pragmatisme du projet est définitivement perdu dans les méandres des constructions complexes de nos politiques, de la bonne gauche qui va bien.

De toute manière, la finance publique est, elle aussi presque plus qu'une histoire ancienne.

Et si le privé était en train de prendre le relais de nos échecs ?

Entre manques d'ouverture d'esprit, fausse modestie, négligence politique voilà encore une rivière de subvention qui ressemble d'avantage à un voyage organisé dans un bordel thaïlandais !

Acteurs de l'économie, de la culture ou simple citoyen, je vous invite à pousser la porte de votre collectivité territoriale et à participer de manière active à cette débauche politique.
Ça ne coute pas grand chose et vous passerez un bon moment à découvrir comment sont dépensés vos dinars durement gagnés


Courage !


Lire l'article complet, et les commentaires