Crise de l’électricité : la guerre en Ukraine a bon dos !

par Albert Ricchi
lundi 12 septembre 2022

L’Allemagne fournira cet hiver de l’électricité à la France qui est passée ainsi au statut de pays importateur. Une situation invraisemblable alors que la France était la première exportatrice d’électricité en Europe.
 
Mais pour Emmanuel Macron et tous ces pseudo-consultants qui professent à longueur d’année sur les chaînes télé en continue, la guerre en Ukraine est la cause principale…
 
Lors de la conférence de presse qui a suivi un entretien téléphonique avec le chancelier allemand Olaf Scholz il y a quelques jours, Emmanuel Macron a dû défendre son bilan sur les questions énergétiques. Il s’est livré à un bien curieux exercice de réécriture de l’histoire. « J’ai agi pour que nous puissions sauver la filière nucléaire française  », a-t-il rappelé, évoquant son rôle de ministre de l’Économie et de l’Industrie sous le quinquennat de François Hollande.

Pendant l’exercice de cette fonction, il aurait « montré [sa] confiance dans le nucléaire à une époque où il était « plutôt minoritaire  ». Une fois devenu président, il aurait eu le mérite de repousser l’objectif de 50 % de part du nucléaire dans le mix énergétique à 2035 contre 2025, objectif fixé alors par François Hollande et issu, à l'époque, d’un accord avec EELV.

Pour autant, une petit rappel est nécessaire : Emmanuel Macron, le grand défenseur autoproclamé du nucléaire, déclarait le 9 février 2017, « ce n’est pas bon d’avoir 75 % de notre énergie qui vient du nucléaire  ». Il affirmait alors : «  je garderai le cadre de la loi de transition énergétique ». La phrase « je maintiens donc le cap des 50 % » était bien mise en avant. Et surtout, aucune explication rationnelle ne venait alors expliquer les raisons de ce jugement.

32 des 56 réacteurs nucléaires que compte la France sont à l'arrêt

Alors que l'Europe traverse une crise énergétique qui fait craindre de grosses difficultés durant l'hiver, la France dépend à 70% du nucléaire pour l'électricité.

Dans ce contexte, le fait que seules 24 centrales soient en activité est stupéfiant et ce d'autant plus que les autres tournent au ralenti en raison de la sécheresse. 

Les centrales arrêtées souffrent pour une part de questions de maintenance et d'autre part de problèmes de corrosion. Ces problèmes de corrosion affectent les réacteurs de nouvelle génération. 

Lors d’un contrôle de routine dans la centrale de Civaux en octobre 2021, les ingénieurs ont remarqué des microfissures sur des tuyaux en acier inoxydable. Cinq mois d’enquête et de contrôles plus tard, le groupe énergétique EDF a conclu que le problème ne venait pas d’un vieillissement des tuyaux, car il touche au contraire les réacteurs les plus récents. Pour faire des économies d’échelle, EDF a construit des centrales de plus en plus grandes, avec des tuyaux de plus en plus longs et tortueux. Et ceux-ci sont nettement plus sensibles à ce problème de corrosion. .

Le marché concurrentiel également en cause

Le marché concurrentiel devait faire baisser les prix de l'électricité mais a fait en réalité augmenter les prix de 60% entre 2006 et 2020. La dernière augmentation de 35% à 45% des tarifs d’électricité a obligé le gouvernement à imposer une limitation à 4% en faisant payer EDF puis, plus tard, les consommateurs. 

Alors qu’il faudrait en fait : 

Si concurrence il doit y avoir, elle doit se faire entre les producteurs uniquement, dont les producteurs à base d’énergie renouvelable, comme Enercoop par exemple qui est un fournisseur français dont l’objectif principal est le développement des énergies renouvelables. Enercoop se démarque des autres fournisseurs par sa forme coopérative et son unique offre 100 % renouvelable en contrat direct avec les producteurs. 

Bref, il faut défaire méthodiquement tout ce qui a été fait depuis 2004, en particulier sortir de l'ambiguïté sur le nucléaire, abroger la loi NOME de 2010 qui oblige EDF à céder l'électricité produite à partir du parc nucléaire historique à ses concurrents et qui fixe ces conditions pour une période transitoire allant du 1er juillet 2011 au 21 décembre 2025. 

Les atermoiements de François Hollande puis d’Emmanuel Macron pour faire plaisir aux écologistes et la loi Nomme sont largement responsables de la crise actuelle. Les besoins en électricité de la France à un tarif abordable ne seront satisfaits qu’à la condition de sortir du marché absurde imposé par l’Union européenne mais n’interrogez surtout pas Emmanuel Macron sur sa responsabilité car la faute est à la guerre en Ukraine…

 

Photo Creative Commons 

 

> Lire tous les articles du blog
 

Lire l'article complet, et les commentaires