De Trump, des armes feu et de Macron…

par Laurent Herblay
mercredi 9 mai 2018

Quelques jours à peine après avoir donné en spectacle au monde, de manière totalement exagérée, ridicule, et bien peu présidentielle, sa proximité avec Trump, Macron s’est vu infliger un discours indécent, vulgaire et superficiel du président des Etats-Unis à la NRA, défendant le port des armes au prétexte que cela empêcherait les attentats du Bataclan. Un raisonnement à très courte vue.

 

Trump, aussi vulgaire que superficiel

Après tout, le triste locataire de la Maison Blanche n’est pas une star de la télé réalité pour rien. Il sait ce qui fait le buzz, et va plaire à sa cible électorale, qui sera confortée dans son jugement par les condamnations de ces Européens un peu mous. Après quelques atermoiements suite à la dernière tuerie de masse dans une école, Donald Trump avait sans doute besoin de rassurer les ultras de la NRA. Il l’a sans doute fait de manière assez convaincante pour eux en évoquant les attentats du Bataclan et en affirmant qu’ils auraient pu être moins meurtriers si le port des armes à feu était autorisé dans notre pays, dirigé par cet « homme intelligent  », que serait Macron. On a les amis que l’on peut avoir.

 
Bien sûr, l’argument est facile, assez convaincant de prime abord, pour qui ne prend pas un peu de recul. Pourtant, il suffit de quelques chiffres pour remettre à sa place ce bien mauvais argument. D’abord, on peut rappeler qu’il y a une fusillade par semaine en milieu scolaire aux Etats-Unis, soit environ 300 depuis 2013. Ensuite, on pourrait rappeler qu’il y a 5,2 homicides pour cent mille habitants par an aux Etats-Unis, contre 0,6 seulement en France. Il y a eu 36 252 morts par armes à feu en 2015 outre-Atlantique, dont 60% de suicide, mais aussi 12 979 homicides et 489 décès accidentels, contre quelques centaines en France. Les moins de 25 ans représentent plus de quatre mille victimes.
 
Bref, évoquer la sécurité pour justifier le port des armes à feu est aussi ridicule qu’indécent. Les statistiques démontrent que ce choix étasunien fait plus de 30 victimes directes tous les jours, sans même compter les suicides. Et une vérité particulière ne fait pas une généralité, à supposer que ce soit une vérité : si les Français avaient eu des armes, les terroristes seraient probablement arrivés avec un arsenal plus terrible encore, et il n’est pas sûr que les échanges de coups de feu aient fait moins de victimes. En revanche, ce que l’on sait, c’est que la passion des armes des Etats-Unis produit un taux d’homicide qui a plus à voir avec celui de pays en voie de développement dangereux.
 
 
Déjà que les démonstrations exubérantes et tactiles de sa proximité avec Trump avaient souvent été jugées embarrassantes, le dérapage vulgaire et superficiel du président étasunien sur la France quelques jours seulement après la visite de Macron démontre plus encore la vacuité de la diplomatie macronienne, qui n’est que la célébration d’un égo uniquement centré sur lui-même.

Lire l'article complet, et les commentaires