Du conformisme en politique... les franšais sont-ils des veaux ?

par Coeur de la Beauce
lundi 24 juin 2013

Il y a quelques jours j'ai publié un article sur l'impasse politique que constitue le Front National. J'ai été sidéré par la sottise et le manque de relief de certains commentaires, à croire que le français moyen aurait le cerveau broyé par les mass medias, ou simplement par la paresse. Qu'est donc devenu ce grand peuple toujours prêt à s'enflammer à la moindre étincelle (dixit Jaurès) ? Et bien il critique, ronchonne à défaut d'agir. Oh je vous rassure je ne me ferai pas moraliste, juste commentateur. Et acteur. Car j'ai milité dans plusieurs partis de l'extrême-gauche à l'extrême-droite. Etudiant je caillassais les vitrines de la BNP de la place d'Italie avec la CNT renaissante avant de comprendre la puérilité et l'inutilité de la cause anar. Avec les expériences de la vie je me suis droitisé comme beaucoup d'entre vous. J'ai vécu en cité HLM où je n'ai jamais baissé la tête devant les racailles, au contraire... mais j'étais tellement seul à essayer de réagir. J'ai enseigné durant des années en banlieue avec tous les publics et je me faisais respecter ; il y a bien eu quelques frictions avec les planqués moralistes des syndicats de gauche... Et surtout j'ai essayé de militer sur le terrain. J'ai rejoint quelques temps le FN car c'était le parti le plus détesté par le système libéral. De plus le recul de l'état et la suppression des frontières a toujours fait le jeu des banques et du patronat. J'ai collé, tracté sous la pluie le dimanche-matin, soutenu des candidats pas toujours très volontaires, mais bon, j'ai vu. Le peu qu'il y avait à voir, et je ne crois pas plus dans ce parti en tant que force sociale que dans les autres.

La France est difficile à vivre pour les braves gens. Travail, logement cher, délinquance au quotidien... nombre de problèmes engendrés par une concentration de difficultés culturelles et surtout une soumission à la fameuse "pensée unique" de beaucoup trop de nos concitoyens. Qui parmi vous arrive à lire autre chose que les bouillies recommandées par la presse subventionnée ? Qui a lu Soral ou beaucoup mieux, Chomsky ? Trop peu... pourtant lire forge la pensée. Relire Arendt, Sorel (oui, Sorel pas Soral) ou simplement Camus... déjà éteindre la télé et lire tout court.

La soumission du peuple lobotomisé par le crétinisme médiatique donne la médiocrité politique. Dans une véritable démocratie de citoyens libres et réfléchis comment Sarkozy et Hollande auraient-ils pu atteindre 60% des voix à une élection à eux-deux ??? On en vient à comprendre le rejet de la démocratie libérale par l'italien Evola dans "les hommes au milieu des ruines", ou Bakounine dans "dieu et l'état"... 

Des veaux. Incapables de réagir. Je ne parle pas des gueulards qui hurlent après les agents de la SNCF quand un train est en retard, ce n'est pas de la gauloiserie, juste un manque de retenu et d'éducation. Militer, chercher à changer les choses c'est bien sûr descendre dans la rue, réfléchir quand on vote mais c'est aussi agir au quotidien. Aider ses voisins, faire dégager un groupe de dealers au pied de votre immeuble (je l'ai fait et c'est à la portée de tout le monde, question de volonté), faire du soutien scolaire et de l'aide au devoir, aider des chômeurs en voie d'insertion... tout cela c'est du militantisme de terrain. Et surtout diffuser de la culture alternative, se remettre à lire et à réfléchir... alors nos compatriotes redeviendront des "français", ce peuple autrefois prestigieux et éclairé qui a mené ses étendards aux quatre coins du monde. Alors n'hésitez-plus engagez-vous : faites fonctionner vos cervelles !


Lire l'article complet, et les commentaires