Expulsions de lycéens, l’inquiétude grandit

par Pelletier Jean
vendredi 18 octobre 2013

On les disait « endormis », égocentrés… voilà qu’ils démentent une fois de plus bruyamment ses qualificatifs peu amènes qu’on leur colle trop souvent. Il fallait un déclencheur, Manuel Valls a été parfait dans la manœuvre, de plus en plus « droit dans ses bottes » !

Les évènements de ces dernières 48 heures nous en ont appris sur la politique du Ministre de l’Intérieur. Au cas de Leonarda Dibrani largement médiatisée, s’ajoute le cas de Khatchik Kachatryan, élève arménien parisien au lycée Camille Jeantzy (8ième) âgé de 19 ans, victime lui aussi de la place de Beauvau. Ce dernier est tout de même le 5ième lycéen majeur et scolarisé à avoir été expulsé de France depuis que la gauche est revenue au pouvoir… Il risque depuis l’enrôlement de force pour effectuer son service militaire an Arménie, début septembre.

Il faut toute l’énergie de RESF (Réseau éducation sans frontières) mise à combattre ces expulsions, pour accéder aujourd’hui à cette information. La mobilisation s’est donc faite soudainement avec un haut le cœur des lycéens et parfois des plus jeunes, peu à peu rejoints par leurs enseignants et les parents d’élèves.

Qui aurait pu imaginer que sous François Hollande et avec le Parti Socialiste majoritaire dans les deux chambres que nous nous devrions reprendre le chemin de la rue pour exiger un peu d’humanité…

Ce vendredi, ce ne sont pas moins d’une vingtaine de lycées mobilisés à Paris et une trentaine en province. En pointe les lycées Hélène-Boucher, Sophie Germain, Maurice-Ravel Voltaire, Fénelon, Charlemagne, Colbert, Claude-Monet, Denis-Diderot, Honoré-de-Balzac et Lavoisier et en Province : Grenoble, Dax, Rouen, Orléans, Chambéry, Alès, Marseille, Toulouse…

A Paris, une importante manifestation est prévue place de la Bastille, direction La nation, à l’appel de la FIDL, à laquelle se sont joint la fédération des Parents d’élèves (FCPE) et plusieurs syndicats d’enseignants. Les organisations gauchistes (NPA, Front de gauche et autres) ont été mises à l’écart de l’organisation afin d’éviter toute récupération politique.

Du côté du parti Socialiste la fronde continue de prendre de l’ampleur. Anne Hidalgo, candidate à la mairie de Paris a déclaré ce matin au cours d’une conférence de presse, après avoir solennellement demandé le retour en France de Léonarda Dibrani et de Khatchik Khachatrian : « C’est au nom des valeurs de la République et de Paris que je demande également que les familles ayant un enfant scolarisé à l’école, au collège ou dans un lycée soient protégées et leur situation administrative soit examinée avec bienveillance au regard de leur volonté d’intégration ».

De son côté Manuel Valls, remis en cause par une bonne partie de la gauche a annoncé qu’il écourtait son séjour aux Antilles pour prendre connaissance du rapport de l’inspection générale.

Il n’y a que Jean-Pierre Chevènement, ancien ministre de l’intérieur pour prendre la défense de Manuel Valls  : « Il faut rendre attentifs les gens qui sont certainement généreux, quand ils sont jeunes surtout, quelquefois manipulés, il faut le dire. Je parle de lycéens ».

Il reste à attendre la décision du Président de la République, on ne peut que lui rappeler sa promesse de candidat dans une lettre adressée à RESF : "Je veux prendre l'engagement, si je suis élu à la présidence de la République, à mettre fin dès mai 2012 à la rétention des enfants, et donc des familles avec enfants (...). La protection de l'intérêt supérieur des enfants doit primer.".


Lire l'article complet, et les commentaires