Inconscience ou idéologie : « on rapatrie » des djihadistes et on met les Français en danger !

par moderatus
lundi 11 juillet 2022

 

C’est la première fois depuis la chute de l’État islamique que des femmes de jihadistes sont rapatriées en France depuis la Syrie.

35 enfants mineurs français et 16 mères présents en Syrie rapatriés en France.

Des femmes qui pour certaines ont été des combattantes, et des enfants qui en partie ont assisté et même participé à des actions barbares.

Parmi ces femmes figure Émilie König, l’une des djihadistes françaises les plus connues. Cette femme de 37 ans, originaire de Lorient, était partie en Syrie en 2012. Elle est accusée d’avoir recruté pour l’EI et appelé à commettre des attaques en Occident. 

 

              La République assassinée

 

Régulièrement apparue dans des vidéos de propagande, elle avait été placée par l’Organisation des Nations unies sur sa liste noire des combattants les plus dangereux.

Alors bien sûr cette décision intervient après les élections, pour une raison évidente. Les Français en grande majorité sont contre le rapatriement des djihadistes, de leurs femmes ou de leurs enfants. Cette décision aurait sûrement influencé les résultats des votes si le pouvoir avait dévoilé ses intentions ?

 

Le mot « rapatrier » envers des terroristes est déjà inapproprié. On fait venir des djihadistes qui ont renié et combattu leur patrie et souvent brûlé leur passeport.

Normalement, si on avait un pouvoir responsable, ces combattants auraient dû être jugés par un pouvoir militaire, les doubles nationaux auraient dû être déchus de la nationalité française, les autres de tout droit civique et condamnés à trente ans de réclusion, peine prévue pour trahison et collusion avec les ennemis de la France.

Très peu auraient alors souhaité revenir dans notre pays que seul le laxisme judiciaire et politique attire.

D’ici à 2024, quelque 300 personnes condamnées en France pour terrorisme islamiste devraient être libérées. Tous les observateurs s’accordent pour constater la difficulté, voire l’impossibilité d'assurer leur réinsertion. On va remettre des bombes humaines en circulation.

Alors comme d'habitude, on a mis les problèmes sous le tapis et on soulève le tapis pour prendre des mesures dont les Français ne veulent pas quand ils ne peuvent plus sanctionner.

On essaie bien sûr d'apitoyer les âmes sensibles en évoquant les enfants qu'on ne pourrait abandonner.

Mais les responsables politiques et les organisations qui ont charge de les accueillir savent que tous ont été élevés dans la haine de l'occident et donc de la France, que la plupart ont été embrigadés très jeunes dans des camps de formation guerrière, et que certains ont participé à des exécutions barbares.

 

 

La place de ces femmes et de ces enfants qu'il ne faudrait pas séparer si possible, n'est plus en France, elle est dans des pays qui pratiquent un islam radical et il fallait négocier leur accueil avec ces pays et éviter de faire courir à la France un danger supplémentaire.

Alors j’entends s'indigner les bonnes âmes et je leur réponds simplement que ma dose d'indulgence est épuisée, elle a servi tant de fois à me lamenter sur tous les Français assassinés dans notre pays par la barbarie djihadiste.

On sait par expérience que dans la population musulmane il y a mathématiquement un pourcentage de musulmans radicaux et parfois dangereux surtout chez ceux venant de pays qui pratiquent un islam très rigoriste.

 

Multiplier les dangers est pure folie

 

Entre les djihadistes que l'on rapatrie, les djihadistes et les fichier S qui sortent de prison, les délinquants étrangers qui peuplent nos prisons à hauteur de 20%, les clandestins, les mineurs isolés qui sont une source de méfaits en tous genres importante, la France est en train de sombrer dans une société Orange Mécanique.

Immigration, insécurité, islamisme, tout cela s'ajoutant à une économie défaillante et aux problèmes sociaux crée un Cocktail explosif à court terme.

Et pourtant, le pouvoir inconscient ou refusant de voir tous ces dangers prend comme mesure immédiate

''la mise dans la constitution de l'avortement.''

C'est une méthode de manipulation très connue qu'on apprend à l'ENA qui consiste à créer un problème auquel on a une solution facile pour éviter de s'exprimer sur des problèmes vitaux qui eux demanderaient courage et rapidité d'exécution. Les Français vont gober longtemps ces manipulations ?

Malheur au pays dont le prince est un enfant et dans lequel les « responsables » politiques sont plus préoccupés par leur avenir personnel et celui de leur boutique que de celui de la nation et du peuple.

 


Lire l'article complet, et les commentaires