L’Alsace n’est pas la dérision de la France !

par CHALOT
lundi 8 avril 2013

Vous vous trompez et vous insultez les alsaciens Mr le président du Conseil Général du Bas Rhin quand vous déclarez, selon France Bleu « "Demain, l'Alsace sera la dérision de la France", »

C'est vous qui êtes la honte de l'Alsace et de la France et vous devriez démissionner car vous avez été désavoué.

Le Non l'emporte dans le Haut Rhin et le niveau d'abstention est fort dans les deux départements.

C'est la République qui a emporté cette victoire et c'est ceux qui veulent que l'Union Européenne dicte ses conditions au parlement français qui ont perdu.

La fusion des deux départements, c'était l'Europe des grandes régions voulue par les technocrates de Bruxelles et très vite un statut particulariste renforcé et un pas en avant vers la disparition du cadre national .

En 2003, les électeurs corses avaient rejeté eux aussi par référendum un projet similaire.

Alors que les médias ont fait campagne pour le oui et que les exécutifs ont utilisé les moyens institutionnels à leur disposition, les opposants au Non, avec peu de moyens se sont mobilisés et ont mené une campagne d'éducation populaire comme nous l'avions tous fait en 2005 lors de l'adoption du Non au traité unique européen.

La gauche républicaine a mené le combat et l'a gagné, elle est en phase avec la population et notamment celle qui souffre et qui subit de plein fouet les conséquences de la rigueur imposée par Bruxelles et acceptée par ce gouvernement.

Il faut que le gouvernement tire les leçons de ce scrutin .

Aujourd'hui encore plus qu'hier, il faut affirmer haut et clair que la France est souveraine et que la politique budgétaire est du ressort de son parlement.

Non au traité budgétaire européen !

Non à ce budget imposé !

Il ne s'agit pas, bien évidemment de se contenter de slogans mais de préparer, tous ensemble les mobilisations sociales pour la défense des acquis sociaux menacés et contre, notamment, le texte de loi qui découle de l'accord MEDEF-CFDT !
 

Jean-François Chalot


Lire l'article complet, et les commentaires