La révolte populaire doit s’exprimer par les urnes dès les municipales !

par REMY Ronald
mercredi 22 janvier 2020

En janvier 2020, la révolte anti-gouvernementale mobilise encore près de 70% de la population. Mais à cause des divisions politiciennes à droite comme à gauche, en raison de la cacophonie médiatique qui découle de cet éclatement politique, cette « énorme majorité » s’est avérée à la fois peu audible et globalement impuissante. D’où l’échec (relatif) de la révolte des Gilets Jaunes, désorganisée, noyautée, manipulée, instrumentalisée, dévoyée, discréditée, et finalement étouffée. D’où cet appel citoyen qui invite à créer des synergies intellectuelles, médiatiques et électorales au-delà des clivages idéologiques naturelles et légitimes. Les think tanks « T.S.B.G » (Tout Sauf Benjamin Griveaux) et « En Marge » ont beaucoup de points communs, notamment de vouloir contribuer au renversement du Premier Ministre Edouard Philippe. Leur originalité est d’être totalement indépendants des partis et de proposer à l’ensemble des partis de droite et de gauche des « éléments de langage » et des argumentaires collectifs ciblant les grandes failles dans la Bastille des certitudes gouvernementales et des erreurs de raisonnement les plus évidents (parfois des mensonges grossiers qui méritent d’être dénoncés avec virulence).

Ces ateliers regroupent des citoyens déçus par le gouvernement et qui veulent manifester leur colère dans les urnes. Non violents, humanistes, écologistes, provenant de tous partis républicains, ils veulent donner la parole aux citoyens dans les quartiers via des « tables rondes » conviviales, en restaurant ou à domicile.

 

Quelle est la différence entre

« En Marge » (cool coop)

et « T.S.B.G » (bad cop)

 

Un cercle de pensée informel s’est spontanément créé au lendemain de l’élection législative de 2017 en vue de compléter le programme électoral d’Emmanuel Macron, estimé indispensable mais insuffisant. Fréquemment catalogués de « marginaux », ces « marcheurs grognards » au franc parler ont intensifié leur rôle de « poil à gratter » de la macronie et assumé officiellement, par bravade, le qualificatif « En Marge ». Il est temporairement animé par votre vieux serviteur (également affublé du terme « bouledogue sans dent »), avec une permanence quotidienne au 10 rue Edouard Lockroy 75011 Paris, face au métro Parmentier. Tél. 01 48 06 75 10. remy_ronald@yahoo.fr. Une préférence notable pour des repas intello-musicaux concluant d’innombrables distributions de tracts corrosifs sur pare-brise. "En Marge" a l’originalité de regrouper de façon informelle des citoyens de tous bords, avec un noyau d’écolos anti drogue et de « Gilets Jaunes macroniens » en colère. (Oui, ils existent. Ils ont même un programme et ont réclamé 6 mois avant les Gilets Jaunes le départ du Premier Ministre pour reniement de l'engagement solennel en 2017 d'Emmanuel Macron à baisser les prélèvements obligatoires). En sus de leur programme bien étoffé, notamment pour la régulation de la finance spéculative, pour la réforme des institutions européennes et pour un renouveau de Paris. Les sympathisants de « En Marge » ne veulent pas l'actuelle pagaille dans la gestion parisienne et l'extension des salles de shoot gratuites dans chaque arrondissement. Ils refusent par ailleurs toute emprise prédatrice du « gang Benjamin Griveaux - Pacome Rupin - Richard Ferrand », acteurs cyniques et arrogants du scandaleux reniement gouvernemental (nous proposons d’ailleurs une loi sanctionnant les mensonges électoraux avérés). Pour sortir Paris (et la France) de cette médiocrité et de ce long déclin, la liste d'épicerie programmatique "En marge" est longue (voir sur Agoravox.fr),

 

L'incapacité de rassemblement de Benjamin Griveaux est dorénavant actée. Malgré sa longue campagne soutenue par Matignon, l'Elysée, l'appareil politique et médiatique de LaREM, et le gros « ETC. », il a clairement échoué. Parti à 34%, il se rapproche de 14% et va terminer en dessous de 10% s'il reste en lice.

Mais si Emmanuel Macron veut éviter une catastrophe électorale (que nous avions pourtant annoncée depuis Juin dernier), il devrait proposer une "paix des braves" à TOUS les macroniens et pousser au regroupement des deux listes LaREM.

Cette réunification doit être rapide, claire, déterminée, donc courageuse. « En Marge » soutiendra tout courage local et national "Pont d'Arcole" dont la France et les français ont tant besoin pour affronter collectivement les grands défis qui s'accumulent. En une phrase :

 

Le courage du rassemblement

pour mettre fin à la médiocrité

.

Les cercles locaux « T.S.B.G » (Tout Sauf Benjamin Griveaux) sont totalement extérieurs à « En marge » et n’ont pas de programme autre que virer « le gang Benjamin Griveaux / Pacome Rupin / Richard Ferrand » et leurs complices les plus têtus. Ils se créent localement et se gèrent comme bon leur semble. Le principe de base est le travail collectif trans-partis sur des argumentaires anti-gouvernementaux communs, destinés à l’ensemble des partis, sans exception. En une phrase :

 

La mobilisation anti-gouvernementale

dans chaque recoin du pays

 

NB / Un gros stock de tracts corrosifs (modifiables) est à votre disposition. Vos idées de tracts, de slogans, de phrases percutantes (y compris humoristiques) sont les bienvenues.

A+

Cordialement.


Lire l'article complet, et les commentaires