Laurent Louis : Le bouffon du roi Di Rupo

par Jason Indigo
vendredi 26 avril 2013

Vous ne le connaissez peut-être pas mais Laurent Louis a fait beaucoup parler de lui ces derniers mois notamment grâce à ses interventions au parlement fédéral belge. Ce député fédéral qui siège en tant qu'indépendant est tourné en ridicule à chacune de ses interventions par ses collègues ainsi que par le premier ministre Elio Di Rupo. A juste titre ?

Je dois avouer que lorsqu'il y a quelques mois j'ai vu sur YouTube les vidéos des interventions du député fédéral belge de 33 ans, Laurent Louis, j'ai été séduit par ses prises de positions à l'encontre de l'habituelle langue de bois des hommes politiques. La première vidéo que j'ai vu de lui était à propos de l'intervention au Mali ou j'avais trouvé son message éclatant de vérité. Je m'étais alors dit "enfin un homme politique honnête !". Mais ça, c'était avant.

A force de regarder les vidéos de ses différentes interventions je me suis intéressé au personnage et j'ai voulu en savoir davantage. Petite biographie.

Laurent Louis est né le 29 février 1980 à Nivelles en Belgique. Après des études secondaires en latin-grec au Collège Ste-Gertrude de Nivelles, il fait une année de droit à l'UCL puis arrête à cause de problèmes personnels. A 18 ans, il entre en politique en s'inscrivant au Parti Réformateur Libéral (PRL) et y reste jusqu'en 2010 où il veut voir plus grand et c'est dans cet état d'esprit qu'il rejoint le Parti Populaire (PP) en Février. Après des querelles au sein du parti, il décide en 2011 de créer son propre parti politique : le Mouvement pour la Liberté et la Démocratie (MLD), axé sur la volonté de rendre le pouvoir au peuple. En 2013, il dissout son parti et depuis, siège en tant qu'élu libre et indépendant. Il profite de son temps libre pour se rapprocher de personnes comme Etienne Chouard, qui défend le tirage au sort comme mode de désignation des élus.

Le bouffon du Roi

C'est donc un homme de bonne foi, certes populiste et idéaliste mais qui profite de sa position de député fédéral pour éveiller les gens, ce qui est une bonne chose en soi, à condition qu'il le fasse avec modération. Parce qu'à force de vouloir jouer les grands dénonciateurs de la théorie du complot et à coup de paroles telles que « il faut que » et « y'a qu'à », il finit par amuser la galerie et devient en quelque sorte le bouffon du roi Di Rupo, le premier ministre belge.

En effet, à chaque de ses sorties, ses collègues trouvent un moyen pour le tourner en ridicule devant le premier ministre et vont même jusqu'à quitter l'hémicycle lorsque c'est à son tour de prendre la parole. Réaction que je ne comprenais pas au départ mais qui au fur et à mesure, devient de plus en plus clair pour moi. Laurent Louis est une personne de bonne foi mais trop naïf et influençable. Depuis peu, il a fait alliance avec le parti ISLAM ainsi qu'avec le Parti Anti Sioniste (PAS) de Yahia Gouasmi, en France proche de personnes telles que Dieudonné M'bala M'bala, Alain Soral et du groupuscule Egalité & Réconciliation. On comprend alors pourquoi ces derniers temps il fait du sionisme son ennemi numéro un.

Bouh les méchants sionistes !

Sa communication, il la fait lui même sur les réseaux sociaux notamment sur Facebook où il a deux pages dont une intitulée "La Dissidence Populaire" et il faut dire que sans cela, il n'existerait pas. Voici la retranscription de l'un de ses derniers posts à partir d'une de ses pages : « Vous n’acceptez plus de vivre dans un système où l’argent est roi ? Vous devez donc lutter contre le sionisme même si ce qui se passe en Palestine ne vous intéresse pas. Vous ne pouvez pas imaginer à quel point les lobbys sionistes contrôlent notre société... » ou encore « Les attentats de Boston ou comment en quelques instants stigmatiser la Russie et les Musulmans... Encore un beau coup médiatique des sionistes ! ». On a compris, les sionistes (euphémisme pour ne pas dire les juifs) sont partout ; ce qui n'est pas sans rappeler un certain climat d'avant-guerre.

Indépendant de la classe politique mais dépendant de tout le monde

Ainsi il change de camp au gré des marées, attendant le prochain virtuose du sophisme qui saura lui montrer la voie. On peut alors comprendre que ses collègues députés prennent plaisir à le tourner en ridicule, aussi manipulable soit-il. Pour conclure, on peut dire que si Laurent Louis se considère comme indépendant dans l'hémicycle, il est surtout dépendant de tout le monde, sans quoi il n'existerait pas dans la scène politique.


Lire l'article complet, et les commentaires