Le SÚnat repasse Ó droite : quelle affaire ?

par CHALOT
lundi 29 septembre 2014

Depuis que François Hollande est au pouvoir, il n’a eu cesse de chercher à plaire au MEDEF.

Et de donner des gages à l’Union Européenne, devenant un grand serviteur, loyal du libéralisme.

L’histoire le rangera dans le même placard que Guy Mollet.

La gauche avait tout, la majorité à l’Assemblée Nationale, la majorité au Sénat pour la première fois de son histoire, la quasi-totalité des régions et une majorité de départements.

Le Sénat est perdu, de nombreux conseils généraux passeront à droite en 2015.

Les navettes entre l’Assemblée Nationale et le Sénat vont augmenter, la commission mixte se réunira plus souvent et les négociations de couloirs vont reprendre.

Le gouvernement qui mène une politique d’austérité et de liquidation de nombreux acquis n’aura pas trop d’ennuis institutionnels.

Le problème qu’il a c’est sa base sociale qui s’effrite.

Même les élus locaux renâclent avec cette réforme territoriale qui conduit le président à abandonner le triptyque républicain : l’Etat, les conseils généraux et les communes par le triptyque libéral :

L’Union Européenne, la banque centrale, les grandes régions.

Dans tous les départements, les appels d’élus se multiplient contre les regroupements imposés de communes, contre la suppression de départements ou des départements et la mise en œuvre du projet de grandes régions plus ou moins autonomes.

Evidemment il y a et il y aura des négociations : le parti radical de gauche, seul parti en dehors du PS à soutenir le pouvoir en place a réussi à obtenir le maintien de départements.

On parle de quelques dizaines.

Comme sous la quatrième République, ça négocie dans les couloirs.

Et le peuple dans tout cela ?

Il en a assez, il s’abstient massivement, il désespère mais la colère commence à monter.

Que sera fait demain ?

Pour l’instant, dans le champ de l’accès aux soins pour tous, dans celui du droit au logement, ce sont des collectifs qui multiplient les initiatives qui reçoivent le soutien de la population.

D’habitude sur les marchés, les passants de milieux modestes ne prennent pas les tracts, ne les lisent pas….Samedi matin le tract de la CGT en défense des retraites, contre la multiplication des dépassements d’honoraires a été lu, repris et la pétition a été massivement signée à Melun.

Ces questions- là sont essentielles pour tout un chacun.

Que sera fait demain ? Je ne le sais pas, mais comme d’autres militants impliqués dans le mouvement social, je peux témoigner qu’il y a de l’écoeurement, de la colère…..

Tout ceci ne s’exprime pas encore avec force mais il faudrait que le pouvoir se méfie de « l’eau qui dort ».

Jean-François Chalot


Lire l'article complet, et les commentaires