Les Franšais Ó gauche ayant horreur du vide, ont (bcp) plus votÚ au 2e tour

par Laurent Simon
lundi 14 décembre 2015

Les électeurs de gauche, voulant compenser l'absence de la gauche en PACA et Nord Pas de Calais-Picardie, se sont déplacés massivement pour voter, dimanche, ce qui a privé la droite de l'emporter dans les 3 régions finalement non reprises à la gauche.

Régionales, 2e tour : il y a eu près de 10 points de participation de plus entre les les deux tours. En grande partie pour voter contre le Front national, là où il pouvait gagner (triangulaires surtout), mais aussi dans les régions où le Front national avait beaucoup moins de chances, et où finalement c'est la gauche qui l'a emporté, ou failli l'emporter dans plusieurs régions.

Tout se passe comme si les électeurs de gauche, dans ces régions où le FN était moins haut, se sont déplacés en masse pour corriger l'absence de la gauche en PACA et Nord Pas de Calais-Picardie, du fait de son retrait.

Voyez la carte montrant le surcroît de participation, entre les deux tours, qui est très fort dans les régions qui sont finalement restées à gauche (sans être parmi les deux qui étaient quasi sûres de rester à gauche : Bretagne, Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes)

Les Français voulaient vraiment s'opposer à l'obtention d'une région par le FN, mais se sont mobilisés beaucoup pour faire peser la balance dans leur sens (sauf en Ile de France, où la participation a été la plus basse, environ 41%, par rapport à 58.4% globalement en France).

Ce qui montre, si c'était nécessaire, l'inanité du discours du FN mêlant indistinctement la gauche et la droite.

Autres résultats, globaux, peu publiés :

Conclusion : malgré cette surmobilisation à gauche, en nombre de voix, la gauche s'en sort donc beaucoup moins bien que la droite, même si elle sauve 5 régions, soit 2 ou 3 de plus que ce qui semblait le plus probable avec les sondages.

 


Lire l'article complet, et les commentaires