LES TRENTE IGNOMINIEUSES (de 1980 nos jours…)

par PATRICK PIET
vendredi 30 septembre 2016

Voici un article que j’écrivais juste après les élections de 2012 

Le peuple français avait le choix entre deux visions du monde. L'une, antédiluvienne, ploutocrate, à vivre sous le joug de la phynance et de l'exploitation. L'autre, résolument moderne, poétique, avec l'humanité au cœur. Les Français, toujours inconsistants, ont voté pour l'enfer. Ils y étaient déjà. Qu'ils y restent. 
Depuis neuf mois - une gestation - je lis, écoute, regarde, compare. Tous les programmes, tous les articles, toutes les vidéos. En définitive, le devoir de chaque citoyen responsable. Mais, la pensée unique, hégémonique, s'acharne à infantiliser et déresponsabiliser le chaland... 

Tous les médias, plume dans la plume, bouche dans la bouche, ont fait l'étalage de leur vassalité au monstre capitaliste. N'hésitant aucunement à se vautrer dans la calomnie et l'endoctrinement à la dominance. Et paradoxalement ceux qui s'étiquettent de gauche. Etonnant ? Non, il y a bien longtemps que cette gauche-ci a capitulé, relayant même la superfluité des combats sociaux, distillée sournoisement par la réaction durant les Trente Ignominieuses (de 80 à nos jours). Cher, c'est tellement ringard de se révolter, c'est comme cela, on y peut rien changer ! Entre gens du même monde, ils se sont accordés sur le fatalisme de l'esclavage et du profit qu'ils nomment pudiquement le libéralisme et l'incontournable loi de ses marchés. Ils ont oublié que fatalité est l'antonymie de liberté et de déterminisme. Mais comme ils se plaisent à dire, la gauche et la droite n'existe plus. Pas plus que la lutte des classes, une notion archaïque et surannée, n'est-ce pas ?...
Le suffrage universel m'a toujours fait ricaner jaune. Quel intitulé déjà : universel ! Le roitelet élu se pressent une destinée planétaire ! De jaune, le rire hoquète jusqu'à la folie. Mais, contrairement à mon rejet épidermique et réfléchi de ce moment ridicule où le troupeau de la population choisit son nouveau maître, j'avais décidé de suivre ligne à ligne, mot à mot, baves contre baves, les circonvolutions aguicheuses de la façade médiatique et politique française. Allons donc voir un peu ce qu'il y a réellement dans ce ventre mou ! Une fois n'est pas coutume...

Je dois avouer que j'y fus surtout attiré par le grondement populaire soudain qui s'enflait quotidiennement, soutenu par une nouvelle organisation nommée Front de Gauche. Il y avait un grouillement d'hommes et de femmes de bonne volonté. D'horizon tellement divers. Avec le regard et le sourire de ceux qui vont bousculer l'Histoire en la fraternisant. Camarade est un si beau nom lorsqu'il retrouve tout son sens. Le libertaire que je suis ne pouvait qu'être séduit. Et pour la première fois de ma vie, j'ai cru. J'ai cru que cette force naissante allait pouvoir enfin balayer toute la résignation destructrice de ces temps. Et que tout cela allait se gagner dans les urnes ! Et non dans la rue comme j'en suis toujours persuadé. Il faut dire que les qualités humaines et le tutélaire talent de M.Mélenchon y fut pour beaucoup. Pauvre idiot que je fus ! Quelle naïveté spontanée ! C'est vrai qu'un anarchiste est cet homme et cette femme qui n'a jamais trahi ses idéaux d'enfance. 

 Nous autres, Anarchistes, avons toujours lutté en dehors de vos clous. Ces bombages rectilignes qui encadrent, trop astiqués de soumissions, d'obéissance qu'on dirait des notables ventrus plantés des deux côtés de la route militante. Tu dois être discipliné Kamarade !... Vos partis comme autant de cages dogmatiques où s'étiole et fane l'Idée, toujours. Quelle qu'elle soit : la marée humaine - ses flux et ses jusants - est un poison pour la Nature, y compris celle de toute chose. Donnez-moi une foule, et je lui fait douter de l'existence des arbres ! A présent que ce peuple imbécile, inculte et paresseux a encore scié une à une les planches sur lesquelles il aurait pu dansé, il voudrait, m'y pressant, que je vote pour Hollande et son ps ? Ce ps qui dans toute l'Europe marche dans les pas vulgaires de la droite fascisante ! Du Hollande au pays du Camembert ! Une hérésie ! 

 La lutte anarchiste, c'est d'abord l'exemple. Sans autre ralliement qu'à l'évidence et au bon sens humain, de la solidarité et de l'égalité : libérons-nous, les uns les autres ! Le combat est plus culturel qu'idéologique. Plus philosophique que doctrinaire. C'est la mise en pratique immédiate de ses fondements. Envers soi-même, pour comprendre dans sa chair l'évolution, la mutation libertaire et traquer, analyser la moindre vermine dominatrice en nous, le plus petit despotisme larvé, l'égoïsme sournois, les peurs aux yeux bandés, le mépris déguisé en civilité. Il n'y a pas plus enrichissant que sa propre étude : en moi il y a toutes les horreurs et toutes les beautés. Mais la nature même de la société nous pousse plutôt à juger et à condamner l'autre. L'enfer, c'est les autres, nous dit la mélancolie existentialiste. Mais c'est d'abord moi qui marche sur la grand' route du Pandémonium et qui doit s'en détourner...
Ne vit libre que celui qui s'est libéré de toutes ténèbres.


Le combat anarchiste commence par la fraternité naturelle, spontanée et appliquée. L'éducation perpétuelle, de chaque mot, chaque conflit, chaque question. Nous avons toujours dû nous informer, apprendre, nous instruire par tous les moyens dont nous disposons. Si nous-mêmes n'enseignons pas ce qu'est une société libertaire, ce ne sont certainement pas les organes d'information qui s'en chargeront, ni aucun parti. Ils ne remplissent jamais leur rôle d'éducation populaire, mais a contrario celui de la domestication du peuple par la manipulation, le mensonge, la désinformation et l'intoxication réactionnaire. Nous avons pu tous nous en rendre compte au cours de cette lamentable parodie de démocratie. Et ce peuple, qu'elle abrutit de vacuité, le lui rend bien dans ses genouflexions quotidiennes. 

Je dis souvent que le Front de Gauche est une étape nécessaire, obligée avant l'avènement de notre société solidaire. Il est un escalier éducatif. Il lui faudrait plus d'une génération pour décangréner l'individu. Le nettoyer de dieu et lui substituer l'intelligence et la richesse de l'existence en commun. Canaliser sa volonté intrinsèque de domination vers la création, en la détournant de l'asservissement humain. L'homme est un animal dominant. Et alors ? L'idée n'est pas de laisser sa nature s'exprimer chaotiquement, décadente comme aujourd'hui. Mais qu'elle s'éduque. Cessons de nous égorger en riant dans les rues. Notre bestialité dépasse celle de tout autre vivant. Non, l'humain ne nait pas bon ! Ce n'est qu'un animal cruel et conquérant, le plus criminel de la création, le seul à tuer pour le plaisir. Mais, faire partie de l'humanité, c'est utiliser ces énergies brutes comme cette violence et la muter en moteur créateur, en seul Grand Architecte que nous sommes si nous le voulons. 

Nous avons placé d'énormes espoirs et de la volonté trempée comme de l'acier dans le programme du Front de Gauche. Je croyais naïvement (décidément, la politique est un sacerdoce où il est tout de même question de foi...) qu'il pouvait remporter ce match ridicule, ces élections faussement démocratiques, pour mettre en place des remparts à notre barbarie ordinaire. Alors oui, j'ai voulu croire qu'en élisant M.Mélenchon, cela allait "bouger", et dans le bon sens. Je fus d'ailleurs très chagrin d'observer certains amis anarchistes s'enfermer dans le dogmatisme le plus sectaire en continuant d'appeler au non-vote, niant la formidable poussée de ce mouvement. Bien sûr que nous dénonçons de tout temps la supercherie du suffrage universel ! Mais il ne suffit pas d'ânonner ses fondamentaux en ignorant le déroulé de l'histoire que nous sommes en train d'écrire. Il ne s'agissait pas d'élire un homme et son gang, même si nous savions qu'il fallait les surveiller de très près, connaissant les faiblesses humaines. Mais l'écriture d'une nouvelle constitution allait redonner à chacun(e) une parole de citoyen(ne), un pouvoir qui compterait enfin. Cette démocratie directe que je souhaite tant depuis l'invention grecque. 

 Mais, Peuple primitif, bourrique, apathique, préféra encore la noirceur à la lumière, largement conforté en cela par toutes les presses et politiques de l'hexagone qui jamais ne fit son élémentaire travail : informer. Qui saurait, entre autre, ce qu'est le M.E.S si M.Mélenchon et le Front de Gauche ne l'avait pas disséqué au grand jour ? 
 Voilà. Et finalement aujourd'hui, vous nous demandez de "voter utile" ?... Comme le martela le ps avec la baudruche lepen ? Une démarche que nous condamnâmes ?... Certes, parce que les électeurs que nous sommes ou pas, avait au premier tour un véritable choix. Entre un monde libéral où la loi est d'être le plus fort, le plus riche de l'autre et un second à construire, égalitaire et fraternel. 

Certes. Mais quant à ce second tour, nous n'avons plus aucun choix. Si ce n'est celui d'une certaine stratégie politique. On revient donc a cette aberration de l'élection présidentielle : élire le moins pire. Choisir entre coca cola et pepsi comme dit Podemos… N'êtes-vous point lassés de participer à ces mascarades ? Qu'attendez-vous d'un hollande et de ses camarillas ? Vous pensez que ce sera plus facile de le ré orienter ? Vous plaisantez !? Le ps possède quasiment toutes les régions, le Sénat, l'Assemblée Nationale, et une trésorerie colossale ! Cela ne vous effraye pas trop, bien que cela se nomme autocratie ou dictature ? 
Il y a bien longtemps que le ps ne rougit plus de ses trahisons ! N'attendez aucune faiblesse de leur part. Au premier rejet de sa politique libérale, à la première agitation de rue, il vous enverra ses flics dans la gueule et si cela ne vous suffit pas, ce sera l'armée à la baïonnette. Je ne veux convaincre personne, mais toute cette propagande m'insupporte... Je me sentirai vraiment lamentable d'aller fourrer dans la fente le nom d'un homme et d'une organisation contre laquelle tout mon être se hérisse. Pendant toute la période préélectorale, nous avons pu constater l'allégeance de Hollande à cette forme de société marchande et inhumaine que nous combattons. Hollande et ses François-tireurs qui ont méprisé plus de quatre millions de personnalités, les électeurs du Front de Gauche. Préférant les poignarder que de s'attaquer au fn, nous comparant aux fils et filles de Pol Pot ! Malheureux imbécile calculateur ! Et pendant que nous y sommes, pourquoi ne pas comme eux, aller draguer ces électeurs du front national ? Puisque le ps préfère cela plutôt que nous convaincre, nous, la dernière gauche ! Cette ordurerie fasciste qui ne peut s'éradiquer dans de telles sociétés du profit. Car ne louvoyons pas ! N'édulcorons pas la réalité ! Les 18 % sont bien des fascistes ou des apprentis fascistes, des ignares irréfléchis, sans aucun courage que celui de déléguer à plus ordure que soi, et non de pauvres malheureux désespérés comme on tente de nous les représenter... ! 

 Tous les médias et toute la caste politique sont responsables de ce honteux score du fn. Chaque jour, ils nous ont distillé ses poisons, ne ratant aucun discours, le moindre étron de leur pensée. Préférant ignorer le Front de Gauche et l'assimiler aux terreurs de la révolution française ou du communisme perverti du siècle passé. Plutôt Hitler que le Front Populaire ! Honte ! Honte ! Mais les masques sont définitivement tombés. Nous connaissons et nous n'oublieront jamais ceux et celles qui ont combattu l'Humain ! Tu es raciste et autolâtre. Mais ne t'arrêtes pas aux couleurs de la peau, aux rituels différents. Il y a encore plus étranger de toi. Si tu pouvais imaginer l'abîme qui sépare ta figure vide de la mienne ?
Nous sommes confrontés une fois de plus à l'impossibilité de construire ensemble ce nouveau monde, en fait, que peu désirent. Nous n'arrivons déjà pas à vivre en couple, alors une ville, un pays !... Mais le couple est-il vraiment la vocation de la femme et de l'homme ?... Je crains bien que le nœud se trouve là. Peut-être devrions-nous commencer par ne plus nous accoupler, nous coller l'un à l'autre, en se jurant une impossible fidélité. A deux, toujours qu'à deux. Ne voulant jamais partager, avare, cet amour et cette complicité qui, inexorablement s'évanouiront, laissant dans le cœur les ravages individualistes que l'on sait.
Je retourne donc à mes luttes clandestines, mes combats au noir, avec mes véritables frangines et frangins anarchistes... Tout le reste est littérature dans ces démocraties tocs. L'humain est incapable d'être libre ensemble. Il en avait l'occasion, il l'a méprisée, une fois de plus. Il en a l’occasion tous les jours. Il n'en a pas le goût. Qu'il disparaisse dans les misères qu'il s'est choisi.

 

Voilà donc ce que j’écrivais peu après les élections de 2012… Rien à changer, toujours les mêmes têtes de gondole ploutocrate ; toujours les mêmes “révolutionnaires” en charentaise ânonnant l’abstention comme une secte religieuse, marchant sur la seule alternative réelle ; toujours la même population ignorante et soumise qui votera pour les mêmes bourreaux. 
Il y aurait vraiment de quoi désespérer si nous n’avions pas en notre pouvoir cette nouvelle énergie populaire “La France Insoumise” débarrassée de tous les opportunistes qui détruisirent le Front de Gauche à coup de déplorables compromissions. 
Cette fois, nous allons gagner, nous allons prendre en mains notre destin et notre avenir commun. Nous allons enfin réaliser ce que c’est de lutter et de gagner ensemble, gens de tout horizon, sans carte, sans parti, juste celui de la justice. 


Lire l'article complet, et les commentaires