Lettre ouverte M. Hollande

par Dominique Getner
lundi 1er décembre 2014

Lettre ouverte à Monsieur Hollande

 

 Je suis en colère.

Je n’ai jamais été socialiste, mais j’ai toujours été de gauche. J’ai voté pour vous à l’élection présidentielle de 2012, au second tour. Sans grande illusion, il est vrai, mais avec un peu d’espoir de changement, après avoir écouté avec attention votre discours au Bourget. Il était beau, ce discours. Pourtant, après deux ans et demi d’exercice de votre fonction, vous avez trahi chaque mot, chaque phrase, chaque engagement énoncés dans ce discours.

En introduction de ce discours, vous parlez de l’espoir des français, de la France d’hier que vous êtes en train d’effacer et de celle de demain que vous êtes en train d’écrire. Vous n’avez rien effacé, mais vous avez continué, avec entêtement, obstination, la politique de votre prédécesseur. Depuis le début de votre mandat, pour expliquer vos échecs, vous faites référence au bilan de Sarkozy. Vous ne cessez de l’invoquer. C’est vrai, ce bilan existe. Mais vous injuriez votre intelligence en faisant semblant d’ignorer ce que Sarkozy avait laissé. Vous SAVIEZ que vous ne pourriez pas mettre en œuvre votre slogan de campagne : « Le changement, c’est maintenant ». Je vous accuse d’avoir délibérément menti aux français pour vous faire élire. Vous n’avez tenu aucun de vos engagements économiques. Vous aviez promis une réforme fiscale dans un souci de justice : Vous avez, en fait, écrasé la classe moyenne de taxes et impôts qui ont fortement diminués le pouvoir d’achat de celle-ci, alors que, dans le même temps, vous ne cessez de baisser les charges sociales des entreprises. Vous avez même réussi ce prodige de faire payer des impôts à des gens qui n'en payaient pas l'année précédente fautes de revenus suffisants.

 Je suis en colère.

 Dans un souci de justice sociale, vous avez augmenté les minima sociaux de quelques euros par mois, juste de quoi vous rendre encore plus inaudible, si cela était possible. Les bénéficiaires de ces insignifiantes augmentations crient à l’imposture !

Seules deux réformes importantes sont à mettre à votre crédit : Le mariage pour tous et la dégressivité des prestations familiales. Avouez que c’est peu, en comparaison de ce que vous aviez déclaré au Bourget. Le plus fort, c’est que même si vous avez fait des réformes, les français ne les voient pas ! Rien dans leur vie n’a changé, si ce n’est que pour beaucoup d’entre eux, elle s’est dégradée.

Je suis en colère.

 La plus grande des trahisons de votre part :

Vous vous êtes présenté comme candidat du parti socialiste. Les français ont donc voté pour un socialiste. En cours de mandat, en conférence de presse sur votre décision de mettre en place le pacte de « responsabilité », vous annoncez que vous êtes social-démocrate ! De quel droit ? De quel droit changez-vous d’étiquette après les élections ? La social-démocratie est de gauche ? De mon point de vue, elle ne l’est pas. Cela me met en colère.

Le pacte de responsabilité ! Parlons-en. 41 milliards d’euros, un cadeau inespéré au MEDEF ! Pendant que les français souffrent (cf votre discours du Bourget), les entreprises se voient dotées de cette somme astronomique et indécente, sans aucune contrepartie, si ce n’est la promesse de créer un million d’emplois, vite retirée par Gattaz. Votre entêtement à parler d’une politique économique de l’offre est pathétique et stupide : Vous ne ferez jamais acheter quoique ce soit à qui que ce soit, s’il n’en a pas besoin, surtout en période de crise. La seule orientation qui aurait value, eut été de développer une politique de la demande. Cela aurait relancé l’économie. Mais vous avez fait le choix des capitalistes contre le peuple qui vous a élu.

 Je suis en colère.

Plutôt que ce pacte de responsabilité, vous aviez d’autres choix : Par exemple, mettre en œuvre la taxe Tobin. Par exemple, vous attaquer VRAIMENT aux paradis fiscaux. Par exemple, contraindre par la loi, tous les français à payer leurs impôts sur le différentiel perçu lorsqu’ils travaillent à l’étranger. Cela aurait probablement permis d’éviter à certains de nos riches artistes et sportifs de fuir la France pour des raisons fiscales. Les USA le font, pourquoi pas la France ? Ces deux mesures, que vous n’avez pas le courage de mettre en œuvre participeraient grandement à la relance de l’économie, et permettraient d’épargner les plus pauvres et les classes moyennes.

Une autre mesure qui permettrait de relancer l’économie et de diminuer le déficit de la France, serait de s’attaquer à la fraude (pas celle des chômeurs ou des familles avec les prestations) fiscale qui représente entre 60 et 80 milliards d’euros ! Pourquoi laissez vous faire cela ?

Je suis en colère.

L’emploi : Où en est l’inversion de la courbe du chômage ? 1000 Chômeurs de plus chaque jour ! Dans le même temps, vous soutenez votre ministre du travail lorsqu’il « demande » à Pôle Emploi de contrôler les chômeurs pour savoir s’ils cherchent « vraiment » du travail !

Je suis en colère.

Parlons maintenant de ce que j’appelle votre « rage taxatoire ». Lors de votre débat avec Sarkozy, vous avez insisté sur votre souci de justice. Vous aviez aussi promis une réforme de la fiscalité.

Que voyons-nous aujourd’hui ? Une classe moyenne écrasée par l’impôt, un MEDEF aux anges, une réforme fiscale qui ne se fera pas, une évocation de taxe nouvelle sur les supports numériques, une augmentation de 20% de la taxe d’habitation sur les résidences secondaires, dans les zones dites « tendues ».

Je suis en colère.

Vous donnez aux français une impression d’improvisation, d’action au coup par coup, au gré des évènements et injonctions de Bruxelles. Vous êtes tellement loin de ceux qui ont voté pour vous que vous ne voyez pas la rage qui monte. Vous faites tout ce qu’il est possible pour faire monter le Front National. Si Mme Lepen est élue à la prochaine élection présidentielle, vous en serez le seul responsable. Le pays gronde mais vous êtes sourd.

Un espoir est né le 6 mai 2012 … Très vite, vous avez déçu vos électeurs. Beaucoup se sont détournés des idées républicaines et démocratiques pour regarder de plus en plus fixement vers le Front National et ses idées isolationnistes, racistes et rétrogrades. Le pays est au bord de l’explosion sociale, voire de l’insurrection et votre silence assourdissant ne fait rien pour apaiser cette colère qui peut nous mener au désastre.

Il vous reste un peu moins de deux ans pour mettre en œuvre les promesses du Bourget. Je pense au droit de vote pour les étrangers aux élections locales. Je pense à cet adversaire « la finance » que vous fustigiez, cet adversaire dont vous voulez vous faire un allié. Je pense à la « véritable » taxe sur les transactions financières qui attend toujours d’être mise en œuvre. Je pense au remboursement des aides publiques reçues par les entreprises qui délocalisent : Elles délocalisent, en grand nombre, mais que remboursent-elles ? Rien ! Elles se rient de vos « menaces ». Je pense à cette phrase que vous avez prononcée :

 « Pour atteindre cet objectif, je reviendrai sur les cadeaux fiscaux et les multiples niches fiscales accordées depuis une décennie aux ménages les plus aisés et aux plus grosses entreprises. »

Les entreprises continuent de bénéficier de ces niches fiscales tandis que les classes moyennes sont asphyxiées par l’impôt. Vous avez supprimé les avantages dont bénéficiaient les retraités ayant eu trois enfants, supprimé la demi-part supplémentaires pour les parents ayant élevé, seul un enfant jusqu’à sa 16ème année.

Je pense à la multiplication par 5 des sanctions qui pèsent sur les communes qui bafouent la loi de solidarité urbaine. Neuilly sur Seine en rit encore !

Pour conclure, j’ai lu, relu, attentivement votre programme. Il me faut reconnaître que je n’ai rien trouvé qui soit réalisé. La paupérisation s’aggrave, l’emploi se dégrade de plus en plus, le nombre de sans abris augmente sans cesse, bref, la situation générale de la France part à vau l’eau.

Pourtant des solutions existent et sont proposées. Nouvelle Donne, le Front de Gauche, entre autre, sont des organisations qui ont dans leurs rangs des économistes aussi brillants que votre ministre de l’économie, M. Macron. Que ne les consultez-vous ? Pourquoi les écarter du débat économique ?

Monsieur Hollande, il est temps d’agir. Vous pouvez peut être éviter le pire mais il ne vous reste QUE deux ans et demi. C’est court, mais si vous mettez en œuvre ce que vous avez déclaré au Bourget, vous réussirez peut être à éviter que la gauche meure définitivement et que l’extrême droite prenne le pouvoir dans ce pays …

 

 Dominique Getner


Lire l'article complet, et les commentaires