Lettre ouverte M. Valls et son chef, M. Gattaz

par Citizen-Web
samedi 19 avril 2014

Les entreprises ont une dette auprès des français. Et la Gauche aussi.

Monsieur Valls,

il semblerait que vous n’ayez pas compris le récent vote des français et vous endossez ce jour une lourde responsabilité.

Vous venez d’annoncer que 50 milliards d’euros d’économies seront faites, ce qui reste à voir, et avez dévoilé les pistes que vous envisagez afin de les réaliser d’ici 2017.

Les pistes que vous et votre gouvernement avez citées sont :

Sur 3 pistes, 2 ne sont pas connues. Seuls les porteurs le sont. C’est un peu court… à l’image de la corde que vous passez au cou des français. Dans une entreprise privée, présenter un budget de la sorte vous aurait valu un savon en bonne et due forme.

Pourquoi ces économies sont-elles nécessaires ? Réduire le déficit ? Pas seulement.

« La France est à un moment de vérité. L’enjeu est de redresser notre pays en matière de compétitivité et d’emploi » avez-vous déclaré sur France 2.

→ ce discours vous vaut d’être situé sur l’aile droite de la Gauche

Il s’agit donc du Pacte de Responsabilité ou Compétitivité Emploi, nommez-le comme bon vous semble.

Pour 50 milliards d’euros, les français ont droit à la parole et à vous posez des questions.

En voici une : pourquoi ce gain de compétitivité ne peut-il être obtenu par un effort des actionnaires ?

Nos entreprises ne seraient pas compétitives, alors que nous voyons tous de nos yeux que les profits des actionnaires augmentent, et vous voudriez nous faire accroire que ceux-ci ne sont pas en mesure de réaliser des gains de productivité en investissant tout ou partie de leurs bénéfices ?

« Les 60 à 100 milliards planqués dans les paradis fiscaux ? Ca fait longtemps qu’on en entend plus parler. Les 8% d’impôt payé par les grandes entreprises (au lieu de 33%) ? Une information vite oubliée. La taxe sur les transactions financières est quasiment morte et enterrée. » (Mediapart, 15/04/2014)

« [...] les entreprises malades du CAC40, elles n’ont gagné que 18% en 2013, une broutille par rapport au 22% de gain de 2009. (Chiffre des échos) » (Mediapart, 15/04/2014)

Vous osez prétendre qu’il ne s’agit pas d’austérité ? Alors qu’est-ce que l’austérité selon vous ?

Pour mieux vous défendre de pratiquer une politique d’austérité, vous avez assuré que 500 millions d’euros seraient consacrés à ceux d’entre nous les plus en difficultés (soit 1% du total des économies que vous escomptez). Serait-ce la part du feu, cette part de forêt que l’on sacrifie pour sauver l’essentiel…

Les classes moyennes, qui sont de tout temps le support des sociales-démocraties, seront encore saignées au profit des doctrines libérales et de ceux qu’elles engraissent. Et c’est sur ce point très précis que vous endossez ce jour la lourde responsabilité que d’assurer aux partis extrêmes, et, primus inter pares, le Front National, d’accéder aux responsabilités.

Le PS est mort cette année en reprenant à son compte les doctrines libérales de la droite. Vous aurez bientôt tout le loisir de réfléchir à cette phrase : « L’UMP est de gauche mais elle ne le sait pas encore.« 

La finance était votre ennemi ? Elle piétine aujourd’hui votre étendard et des valeurs auxquelles vous n’avez peut-être jamais cru. Vous avez tout perdu, et nous avec.

Wake up.

Lovegiver


Lire l'article complet, et les commentaires