Levée immédiate de toutes les poursuites contre les salariés d’Air France

par CHALOT
jeudi 8 octobre 2015

Oui, il faut que tous ceux qui sont attachés aux libertés démocratiques dans ce pays expriment leur solidarité avec les salariés d’Air France.

Cette expression passe par une exigence : l’arrêt immédiat de toute menace de poursuite judiciaire….

Il y a une violence extrême, c’est celle qui consiste à exclure de leur entreprise des milliers de salariés voués au chômage.

Elle a des conséquences sociales et humaines catastrophiques.

Des organisations politiques se réclamant du mouvement ouvrier comme le Parti Ouvrier Indépendant se prononcent et elles ont raison pour la levée immédiate de toutes les poursuites contre les salariés d’Air France :

« Le POI exige l’arrêt des poursuites et des menaces judiciaires contre les salariés d’Air France.

Coupable de la situation à Air France, le gouvernement Hollande-Valls !

Coupable, ce gouvernement qui coorganise les plans de suppressions d’emplois successifs, et la remise en cause des statuts et garanties collectives, autant d’attaques qui trouvent leur origine dans la privatisation d’Air France mise en œuvre en 1999 par le Premier ministre Lionel Jospin (PS) et le ministre des Transports Jean-Claude Gayssot (PCF).

Coupables, tous les gouvernements qui, en application des directives européennes, ont poursuivi méthodiquement dans la voie ainsi tracée.

Coupable, le P-DG d’Air France, qui use du chantage à l’emploi vis-à-vis des syndicats.

Coupable, ce gouvernement qui multiplie les coups de force contre la démocratie, qui appuie le P-DG répondant avec mépris et arrogance aux salariés.

Coupable, ce gouvernement qui menace les travailleurs de poursuites judiciaires.

Le Parti ouvrier indépendant salue l’unité des travailleurs de toutes catégories et de leurs organisations, qui exigent le retrait de ce plan de licenciements.

Le Parti ouvrier indépendant, qui se prononce pour la renationalisation d’Air France, exige, avec tous les travailleurs :

— la levée immédiate de toutes les menaces de sanction et l’arrêt des poursuites judiciaires ;

— l’abandon du plan de la direction d’Air France. Non aux licenciements.

Les secrétaires nationaux du POI,

Daniel Gluckstein, Jean Markun, Gérard Schivardi »

Il s’agit là d’un appel qu’il faut soutenir.

Jean-François Chalot


Lire l'article complet, et les commentaires