Non, les Skinheads ne sont pas morts car ils tuent encore …

par Denis Thomas
jeudi 6 juin 2013

Clément Méric, 18 ans, est en mort cérébrale après avoir été "violemment frappé au sol par un groupe de plusieurs militants d'extrême droite, manifestement du Groupe JNR (Jeune Nationaliste révolutionnaire), laissé inanimé, il a été déclaré ce soir en état de mort cérébrale à l'hôpital (de la Pitié) Salpêtrière", selon un communiqué du Parti de Gauche.

Le Front national, par la voix de Marine Le Pen, nie toute responsabilité dans cette agression.

Selon les premiers éléments de l’enquête, c’est au cours d’une bagarre entre deux groupes que l’étudiant d’extrême gauche, inscrit à Sciences Po, a été frappé par un membre des JNR muni d’un « poing américain ».

Les responsables de ce groupuscule ont choisi de se poser en « victimes » alors que Clément Méric repose à l’hôpital de la Pitié Salpêtrière. Serge Ayoub, le leader du groupe skinhead mis en cause par le Parti de gauche dément toute implication de son groupe. « C'est absolument faux », dit Serge Ayoub dit « Batskin ». Il rejette par ailleurs sur les militants d'extrême gauche la responsabilité de la bagarre survenue près de la gare Saint-Lazare à Paris.

OBEDIENCE PETAINISTE

De source policière une vente de vêtements privée était organisée mardi rue Caumartin, dans le 9e arrondissement, à laquelle assistaient plusieurs personnes, dont la victime, qui était avec trois autres camarades.

Selon des témoignages directs recueilli par les enquêteurs du 1er district de police judiciaire (DPJ), trois jeunes gens "de type skinhead", dont une femme, sont arrivés sur les lieux et il y a eu invectives, bousculades et échanges de mots entre ces deux groupes.

De nombreux groupes d’extrême droite comme le GUD sorti tout droit de l'imagerie de la réaction à mai 68, ou bien encore le Renouveau français ou les Jeunesses nationalistes (d'obédience.. pétainistes) ou encore le Bloc identitaire sont sortis des placards à l’occasion des manifestations organisées contre la loi Taubira sur le mariage homosexuel adoptée par l’Assemblée nationale.

 

La dernière manifestation du 26 mai, avait vu à sa tête défiler Jean-François Copé, président de l’UMP alors que des heurts après le dispersement entre force de l’ordre et casseurs affiliés à l’extrème droite ont donné lieu à 300 arrestations.

 

Des rassemblements sont prévus jeudi 6 juin à Paris en réaction à cette agression mortelle.

 

Les Jeunes du Parti de gauche annoncent sur leur compte Twitter et leur page Facebook un rassemblement à 12 heures devant Sciences Po Paris (rue Saint-Guillaume, VIIe) où Clément était en première année.


Lire l'article complet, et les commentaires