« On s’en souviendra »

par CHALOT
vendredi 15 avril 2016

 Retrait immédiat du projet de loi Travail !

Voici le mot d’ordre central repris par le mouvement social et des centaines de milliers de personnes.

Il n’est pas possible d’amender ce texte.

L’initiative prise aujourd’hui va dans le bon sens.

Si ce projet en l’état ou « toiletté » est soumis à la discussion et au vote des parlementaires, il nous faudra faire le siège des parlementaires afin qu’ils s’engagent à voter contre ….

« Demandez aux député-e-s de voter contre la Loi travail

Caroline DE HAAS

Paris, France

15 avr. 2016 — Bonjour,

Les initiateurs et initiatrices de la pétition lancent ce vendredi matin "On s'en souviendra", un outil pour vous permettre d'interpeller directement les député-e-s par mail ou sur les réseaux sociaux. Découvrez le dès maintenant sur http://loitravail.lol/ et partagez le avec #onsensouviendra.



Cette plateforme vous permettra également de suivre en direct les intentions de vote des député-e-s dès qu'elles seront connues.

Les député-e-s ont été élu-e-s en 2012 pour mettre en œuvre un programme politique dans lequel il n'y avait aucune trace d'un allongement du temps de travail ou d'une facilitation des licenciements. Nous leur demandons de respecter notre vote en votant contre la Loi travail.

Les prochaines élections sont dans 1 an. Nous nous souviendrons de leur choix en 2017. #onsensouviendra

N'hésitez pas à partager l'information sur les réseaux sociaux pour qu'un maximum de personnes participent à l'interpellation.


- Partagez sur Twitter : http://bit.ly/1VoYBBl

- Partagez sur Facebook : http://bit.ly/20GCAOb

Pensez enfin à noter dans vos agendas la prochaine date de manifestation, le 28 avril. Vous pouvez rejoindre l'événement Facebook créé pour l'occasion : http://bit.ly/1V5ESXr.

A bientôt !

Caroline De Haas
Loi travail, non merci
@carolinedehaas »

 

Cette initiative militante et citoyenne ne se substitue pas aux mobilisations de rue qui ont eu lieu et qui auront lieu.

Elle est complémentaire.

Jean-François Chalot


Lire l'article complet, et les commentaires