Stop aux expulsions locatives !

par CHALOT
jeudi 14 mars 2013

IL FAUT INTERDIRE LES EXPULSIONS LOCATIVES !

La trêve hivernale va prendre fin le 15 mars et le 16 les expulsions locatives vont repartir « de plus belle ».

Il faut tordre le cou aux affirmations péremptoires diffusées par les médias sur ceux qui peuvent et ne veulent pas payer (! ?) et repris par certains .

Ils nous faut affirmer haut et fort :

Les familles qui sont en retard de paiement de loyer ne sont absolument pas responsables de leur situation. Elles subissent la dégradation des conditions de vie, le chômage massif, l'augmentation des prix.

Comment voulez vous régler votre loyer quand vos revenus se situent sous le seuil de pauvreté et que vous n'arrivez même pas à nourrir correctement votre famille.

La tenue des permanences sociales et de prévention au surendettement m'a montré la réalité sociale de beaucoup de personnes...Même si elles nous écoutent quand nous leur proposons de commencer par régler leurs dettes de loyers pour se prémunir contre un risque d'expulsion, elles nous montrent , « livres de compte ouverts » que ce n'est pas possible pour certaines d'entre elles.

C'est cela, la réalité sociale aujourd'hui : plusieurs millions de chômeurs, plus de hui millions 500 000 personnes qui survivent et des huissiers diligentés officiellement ou pas qui s'apprêtent à menacer et à procéder à l'expulsion de familles entières.

Des associations se mobilisent et se mobiliseront pour s'opposer aux expulsions Des conseils municipaux vont voter des délibérations anti expulsions et s'opposer eux aussi au saccage social et humain.

«  Expulsions : exigeons un moratoire pour 2013 et la mise en œuvre d’une sécurité sociale du logement

mercredi 13 mars 2013

En raison de la rigueur climatique le gouvernement vient de décider le report de quinze jours de la trêve hivernale des expulsions.

Décision humaine sans doute, á minima nécessaire au regard du climat, mais trés éloignée de la mesure attendue et indispensable pour traiter de façon radicalement nouvelle et durable la question du droit au logement pour tous, tout au long de la vie, notamment pour toutes les victimes de la crise économique et sociale.

Au regard du nombre d’impayés de loyers :500 000, des 113 000 décisions judiciaires d’expulsion rendues en 2011, de l’incessante progression des expulsions avec le concours de la force publique, de l’augmentation du chômage, de la précarité, de la pauvreté, du nombre de demandeurs de logement sociaux et du niveau insuffisant de production de logement accessibles á tous, le gouvernement ne peut limiter son intervention au report de la date des expulsions et d’une interdiction de celles ci pour les seuls prioritaires du Dalo.

Il doit rompre avec la pratique inhumaine et coûteuse socialement des expulsions sans relogement.

Les élus Communistes et républicains demandent au gouvernement de prononcer immédiatement pour 2013 un moratoire pour toutes les expulsions de familles victimes de dettes locatives liées aux conséquences de la crise.

Ce moratoire permettrait d’engager avec les associations, les bailleurs et les élus locaux la construction d’un nouveau dispositif sécurisant le droit au logement et les parcours de vie tout au long de la vie pour tous, quels qu’en soient les aléas.

Dans un pays riche et moderne, le droit au logement pour tous doit prévaloir au droit á la rente.

Aucune famille, aucun enfant ne doit être jeté á la rue pour défaut de paiement des loyers.

Une raison supplémentaire pour renforcer les mobilisations contre la pratique des expulsions, exiger un moratoire et la construction d’une vraie sécurité sociale du logement, en participant nombreux au rassemblement initié par les élus communistes et républicains d’Ile-de-France et la coordination des maires de gauche de Seine-Saint-Denis, devant le ministère du logement le 15 mars á 11 H où une délégation d’élus sera reçue et á tous les rassemblements prévus á Paris et en province le 16 mars pour exiger l’arrêt de cette pratique indigne.

Jean jacques Porcheron, Membre du bureau de l’ANECR, Responsable du collectif logement. »
 

Le 16 mars nous seront nombreux et nombreuses à manifester dans les villes de France et à Paris pour dire NON AUX EXPULSIONS, demander la baisse des loyers et des charges et que les constructions nécessaires de logements soient non seul promises mais réalisées.

Jean François Chalot


Lire l'article complet, et les commentaires