Valls trois temps

par CHALOT
mardi 22 avril 2014

VALLS A TROIS TEMPS

- la crainte avec l'annonce de la nomination de Manuel Valls comme 1er Ministre

- la stupeur devant les premières propositions d'économies

- AUJOURD'HUI C'EST LA COLERE

 

LES FORCATS DE LA FAIM DEVRONT ILS DESCENDRE DANS LA RUE !

Poser la question c’est y répondre.

Les familles en difficultés sont de plus en plus nombreuses à ne plus pouvoir joindre les deux bouts, c’est-à-dire de faire face aux dépenses incompressibles.

Les associations familiales et de solidarité qui organisent des permanences sociales n’en peuvent plus. Les demandes d’accompagnement se multiplient alors que les moyens d’interventions s’amenuisent.

Les budgets sociaux de conseils généraux sont en baisse et de nombreuses communes vont revoir dans le mauvais sens leurs dotations…

Manuel Valls a donné le coup d’envoi d’une politique de régression sociale… Quel mauvais signe donné à toute une population déjà inquiète et même désespérée.

LES DEMUNIS NE DOIVENT PAS ETRE SACRIFIES !

L’impensable devenu réalité : les démunis vont devenir les payeurs de la note salée de l’austérité !

Les mesures d’économies du Gouvernement sont aujourd’hui connues.

Le pacte dit de responsabilité prévoit des économies drastiques prises en priorité au détriment des plus pauvres, des laissés pour compte.

Ce sont 11 milliards d’économies sur les prestations sociales dans ce pays où plus de 8 millions 500 000 personnes survivent sous le seuil de pauvreté.

La parole donnée en 2013 au moment de l’adoption du plan pluriannuel de lutte contre la pauvreté et pour l’inclusion sociale est bafouée.

Alors que ce plan prévoyait une revalorisation de 10% du RSA d’ici 2017, ce RSA comme les autres prestations sociales est gelé jusqu’en octobre 2015 .

Cette mesure inique va pénaliser plus de deux millions de personnes qui touchent moins de 500 € par mois (pour une personne seule).

L’autre mesure qui consiste à ne plus augmenter les APL va toucher plus des millions de foyers qui en plus de ce gel vont supporter des augmentations de charges liées entre autres aux hausses du prix de l’énergie.

Toutes les associations familiales et sociales ne peuvent que soutenir l’appel des associations de solidarité dans leur demande aux parlementaires de REJETER LES MESURES D’ECONOMIES QUI FRAPPENT LES PLUS DEMUNIS .

Il faut que cette décision irresponsable prise par ce gouvernement ne soit pas suivie par le parlement.

Sachez Mesdames et Messieurs les parlementaires que le peuple ne va pas toujours se contenter de bouder les urnes ….

Pour l’instant ce sont des militantes et des militants qui sont descendus dans la rue le samedi 12 avril mais demain, s’il le faut c’est le peuple, les sans rien qui exprimeront leur colère.

Jean-François Chalot

 


Lire l'article complet, et les commentaires