Voter Le Pen a sert quoi ?

par Christian
vendredi 14 septembre 2012

Du rupin sénile accordant plus d’importance à son toutou qu’à son voisin, en passant par le prolo franchouillard sans oublier le gentil petit commerçant armé jusqu’aux dents, ils votent tous FN. Mais qu’ont-ils donc en commun.

Je suis intrigué par la capacité de ce Parti à fédérer autant de profils sociologiques, qu’au demeurant tout oppose. Qu’est-ce qui peut bien conduire un bourgeois nanti, un prolo désargenté et un chômeur appauvri à voter pour le clan Le Pen.

Certains, obtus dans leur raisonnement, prétendent que c’est la xénophobie qui les réunit. Ceux là n’ont que peu le sens des réalités de la pauvreté et de la précarité. C’est sur le terrain de la misère que prolifèrent pour majeure partie les idées xénophobes véhiculées par les Le Pen. Comme si priver du peu dont dispose l’autre, venu d’ailleurs, suffisait à endiguer la misère des bons Français. Ces électeurs ne sont pas génétiquement racistes, ils le sont devenus à force de laisser leur désespoir céder aux perfides sirènes des Le Pen.

Pour autant on ne peut ignorer qu’une partie non négligeable de l’électorat des Le Pen est profondément raciste. Généralement c’est dans ce qu’il convient d’appeler le premier cercle qu’ils évoluent. Souvent riches, plutôt âgés, résidant dans les beaux quartiers où en lieu de villégiature aisée. Ceux là sont particulièrement méprisables. Ils conjuguent avec une surprenante incohérence : la pratique d’une religion chrétienne aux préceptes généreux avec une idéologie politique aux antipodes de ceux-ci.

Les Le Pen réussissent la prouesse de réunir autour des urnes ces deux mondes. Certes à grands renforts de discours caméléons qui ont vertu de donner espoir aux besogneux sans le sou, et promettent de préserver leurs biens aux plus nantis.

Est-il concevable d’imaginer, autrement que berné par la démagogie des Le Pen, qu’un ouvrier endetté, menacé de chômage, puisse voter comme ceux de la caste de ses patrons ?. C’est pourtant ce qui se passe quand les Le Pen arrivent au second tour comme en 2002 où qu’ils relèguent le vote traditionnellement ouvrier à moins de 11% comme en 2012.

Cette modeste démonstration n’a pour intention que de révéler le caractère illusoire du vote Le Pen en matière de solutions politiques. Pire que stérile, ce vote, s’il venait un jour à être majoritaire, engendrerait un chaos social. Croyez-vous que si demain l’ultra nationalisme venait à diriger le pays, cette spécieuse union des plus modestes avec les mieux nantis demeurerait ? Qui alors deviendrait l’autre ? Celui qui veut partager les richesses ou celui qui cherche à préserver la sienne à tout prix ? Cocasse non comme avenir radieux. Car là, plus de boucs émissaires étrangers. On sera entre Français !

Voter FN pour protester, leitmotiv de certains électeurs habités par un restant de lucidité (ou un refus d'assumer pleinement leur choix----va savoir) est aussi vain et dangereux que d’adhérer pleinement à l’idéologie nationaliste. Plutôt que FN, mieux vaut se battre pour faire reconnaître le vote blanc (ce qui devrait plaire au papa Le Pen, comme tout ce qui est blanc).

Che64. Aussi sur Twitter. @che64000


Lire l'article complet, et les commentaires