ZEMMOUR, cancre en histoire comme trop de franšais ou candidat politiquement manipulÚ ?

par REMY Ronald
mercredi 15 décembre 2021

Une fois élu Président de la République, Eric Zemmour, avec son strabisme idéologique et ses énormes lacunes historiques, pourrait bien faciliter le déclenchement d’une guerre. Après la contre-vérité suicidairement répétée sur la pseudo protection des juifs français par Philippe Pétain, nous en avons encore une belle avec l’Europe de l’est, où il étale une idéologie isolationniste, munichoise, objectivement similaire à celle d’Edouard Daladier (notamment en 1938 sur les étrangers, Dantzig et les Sudètes). Eric Zemmour déclare publiquement le 9-12-2021 lors de l’émission politique Élysée 2022 : l'Ukraine a appartenu à la Russie depuis mille ans. Une belle Bourde historique curieusement non relevée par les médias mainstream qui avaient massivement boosté sa candidature. Pour appuyer son propos, il a rajouté un deuxième gros mensonge : « Gorbatchev avait obtenu la promesse des Américains que les soldats américains ne viendraient pas à la frontière de la Russie, via l'OTAN. Une promesse non respectée ». Depuis des années, ces deux contrevérités sont répétées en boucle par la propagande nationaliste russe de l’équipe Vladimir Poutine dans les médias et sur les réseaux sociaux.

 

Donc voici une petite antisèche d’histoire de l’Ukraine, que les sympathisants « génération Z » devraient glisser entre les mains du néanmoins méritant et courageux Eric Zemmour (car il vient de démontrer à propos de l’Islam qu’il sait écouter nos conseils et corriger ses propos). Sa capacité d’écoute peut le grandir lui aussi et même le faire élire (surtout si le calamiteux Olivier Véran est encore là trop longtemps, risquant de plomber la campagne d’Emmanuel Macron) :

 

 

 

étape du commerce du Ve au Xe siècle entre Constantinople et la Scandinavie, Kiev devient une conquête du chef viking (Varègue) Riourik en 880 et de son successeur Oleg le Sage en 882). 993, finition de la première cathédrale en dur. En 1018, Kiev possède 400 églises et 8 marchés.

 

Lieu de rayonnement d'églises et de monastères d'inspiration byzantine, résidence princière mais aussi centre de production de manuscrits, Kiev brille alors de toute sa splendeur. L'alliance avec la dynastie des Riourikides est recherchée par les principales cours européennes. Le roi de France Henri Ier en fera venir Anne, fille du prince Iaroslav, qu'il épousera en 1049.

 

Destruction répétée et déclin de la « Rous’ de Kiev » (ou Russ’= Etat, communauté) suite à des conflits de succession à partir de la mort de Iaroslav en 1054 et aux invasions par les peuples turcophones de la steppe (les Polovtsi), puis par les tatares et enfin la longue occupation mongole (de 1237 à 1480).

 

Au nord-est de la principauté de Kiev, naissance et développement sous tutelle mongole (pendant 240 ans) de la principauté de Moscou (1253-1547). En 1480, Ivan III, prince de Moscou, s’allie au khan de Crimée Mengli Giray et à Uzun Hasan, sultan des Ak Koyunlu, et refuse de payer le tribut à la Horde d'or. Début de l’indépendance et de l’expansion des russes. Ivan le terrible sera le premier Tsar de Russie 1547 à1584, avant le Temps des troubles (1598-1613) suivie par les premières guerres polono-russes (1605-1618), fixant les frontières de la Russie avec les traités de Deulino et de Polanów (1634).

 

 

Du côté ukrainien, de 1363 à 1667, Kiev fait partie de l'Union de Pologne-Lituanie, qui devient, par l'Union de Lublin en 1569, la République des Deux Nations.

 

Révolte des Cosaques de 1648 (Khmelnytskyï). Traité d'Androusovo de 1667, Kiev se place sous le protectorat de Moscou. Cependant, l'Hetmanat cosaque disparaît sous le règne de la tsarine Catherine II en même temps que disparait la Pologne (partagée en 1793-95 entre la Prusse, l’Autriche et la Russie).

 

En 1991, l’Ukraine retrouve son indépendance après 324 ans de rattachement à la Russie.

.

Pour tenter d’éviter un dangereux pourrissement des relations entre les ukrainiens et les russes, j’invite les citoyens et les amis de ces deux Nations à consulter, à écrire et à diffuser des textes prônant la paix, le respect et la collaboration entre ces deux pays et à réfléchir à l’intérêt de bâtir une future Europe protectrice des Nations, à la carte, de Gibraltar à Vladivostok. À la veille de cette sainte fête de Noël, au vu de la course aux armements et des bruits de botte un peu partout dans le Monde, le message « Paix aux hommes de bonne volonté » est vraiment d’actualité.


Lire l'article complet, et les commentaires