22 mars 2016… 5 jours avant P‚ques

par Pale Rider
jeudi 24 mars 2016

Le 22 mars 2016, ils ont cru mourir et faire mourir, pour Dieu. Le 27 mars, on commémore un message complètement différent. Tellement différent qu’il passe mal chez à peu près tout le monde. Et pourtant…

Je me souviens d’un jour où, dans ma voiture, j’entendis un rap dont l’interprète, visiblement musulman, disait qu’au lieu de rejeter sur les autres les causes de son passé de délinquant, il fallait se réformer soi-même. Ça parlait clairement de repentance. De repentance personnelle. Ce rap était le symptôme d’un renouveau religieux qu’on commençait à voir émerger dans l’islam des banlieues. Pouvait-on espérer un réveil spirituel, comme on en avait observé un chez les tziganes dans les années 1950 ?

Retour sur soi

Ce rappeur, c’était Abd Al-Malik. On devait être en 2004. Une dizaine d’années plus tard, j’aurai même le privilège de l’interviewer. Lui, c’est un homme de bien, et il faut lire son livre Qu’Allah bénisse la France[1] pour comprendre comment il a changé de vie, durablement et courageusement.

Abd Al-Malik a vite compris que la haine du blanc n’était qu’un prétexte pour se dissimuler ses propres péchés. C’est tout le contraire de ces salafistes qui traitent les Occidentaux de décadents et d’impies. Abd Al-Malik les a fréquentés quelque temps : « Nous seuls détenions la Vérité qui pouvait extirper le Mal gangrenant le monde incarné à nos yeux par la civilisation occidentale moderne et son cortège de fausses valeurs. »[2] Mais Abd Al-Malik (qui, d’ailleurs, est d’origine chrétienne et connaît bien la Bible) a vite repéré l’imposture qu’il y avait dans cette attitude. Si les islamistes étaient des modèles de vertu, on pourrait leur accorder un peu de crédibilité, dire que nous l’avons bien cherché ; que eux, ils ont des valeurs alors que nous, nous perdons les nôtres. Or, la plupart de ces meurtriers religieux sont des criminels, braqueurs de banque, trafiquants de drogue, comme ceux qui viennent de tuer et de mutiler des gens à Bruxelles. Comme l’ont observé plusieurs journalistes d’investigation, dans un monde sans espoir, l’islam radical passe pour un moyen de racheter son âme de tous ses péchés en allant sacrifier sa vie dans un coup d’éclat au service de « la religion ». Comment celui qui sacrifie sa vie au service d’une cause pourrait-il être mauvais ? Dommage qu’ils n’aient pas lu la pièce de Camus, Les Justes,[3] où l’on trouve de profonds débats éthiques autour du terrorisme russe au temps du tsarisme finissant, il y a un siècle. Donner sa vie pour une cause injuste ou de manière injuste, ce n’est pas un passeport pour le paradis (avec ou sans les 70 vierges).

Un message imbuvable

On a cité le cas d’une jeune Française radicalisée après un voyage en Égypte : elle trouvait plus cohérent de sauver son âme en observant des préceptes qu’en suivant Jésus-Christ : un homme qui meurt pour tous les péchés du monde, pour elle ce n’était pas logique.

Saul de Tarse, celui que nous connaissons aujourd’hui comme saint Paul, était un ancien pharisien, une sorte de « salafiste juif ». Après sa fameuse conversion sur le chemin de Damas, il a passé beaucoup de temps à expliquer que la croix du Christ était quelque chose d’indigeste pour le monde : « Dieu a décidé de sauver ceux qui croient grâce au message que nous annonçons, et ce message semble fou. Les Juifs demandent des signes étonnants, et ceux qui ne sont pas juifs cherchent la sagesse. Mais nous, nous annonçons un Messie cloué sur une croix. Les Juifs [les musulmans] ne peuvent absolument pas accepter cela, et ceux qui ne sont pas juifs [les rationalistes] pensent que c’est une folie. »[4] Pour l’islam qui, comme le judaïsme des pharisiens, est une religion des œuvres, que Dieu puisse sauver gratuitement les pécheurs au travers du sacrifice de Jésus, c’est inadmissible, inacceptable. Eh bien, ce message fou, inacceptable, c’est celui qui, tous les ans, est rappelé à Pâques. À la croix, Jésus a pris sur lui tout le péché du monde.

Et si nous ressuscitions ?

Si on en était resté à la croix, ce serait un échec. Si Jésus était resté au tombeau, il n’y aurait évidemment jamais eu de christianisme. Mais de nombreux témoins[5] l’ont vu revenu de la mort, ressuscité. Il a traversé la mort, il l’a vaincue. Cette victoire incroyable, ses disciples l’ont proclamée dans tout le monde connu parce qu’ils en avaient été des témoins directs (sauf Paul, qui n’a vu Jésus qu’en apparition) ; ils ont accepté, non pas de faire mourir les autres, mais de mourir eux-mêmes pour annoncer ce message. C’est-à-dire l’attitude exactement inverse de celle des crapules religieuses qui ensanglantent non seulement nos pays, mais même leurs propres frères qu’ils considèrent comme des infidèles. Au lieu de partager le salut comme l’ont fait les disciples du Christ, ils se font égoïstement (croient-ils) leur propre salut en expédiant tous les autres en enfer. Quelle noblesse d’âme…[6]

Se faire sauter dans un métro en massacrant plein de gens pour la cause de Dieu, ça ne sert à rien, et ça ne sauvera nullement l’âme de ces djihadistes –qui ne sont pas des « lâches », comme le disent stupidement les politiciens, mais des possédés qu’il faut combattre. Et qu’il faut combattre en commençant nous-mêmes par nous repentir de notre vide spirituel dont ces extrémistes corrompus tirent prétexte pour venir nous tuer. À cet égard, le message de Pâques, qui est le relèvement de Jésus d’entre les morts, mérite d’être étudié, médité, traité autrement que par le mépris ou l’indifférence.

 

 

[1] Albin Michel, 2004 et poche 2014.

[2] Op.cit. p. 108.

[3] Gallimard, 1950 et multiples rééditions.

[4] Première lettre de Paul aux Corinthiens 1.21-23 (trad. Parole de Vie). Les crochets sont de l’auteur de cet article.

[5] Plus de 500, selon l’apôtre Paul (1 Co 15.3-8).

[6] Certains lecteurs ne manqueront pas de me resservir Constantin, Charlemagne, les Croisades, l’Inquisition, le colonialisme, etc. Mais il suffit de lire le Nouveau Testament pour comprendre l’abîme qu’il y a entre le christianisme originel et ce que la chrétienté en a fait.


Lire l'article complet, et les commentaires