Belgique : des cours « anti-pédophilie » pour les séminaristes

par Giuseppe di Bella di Santa Sofia
lundi 24 septembre 2012

Aussi étonnant que cela puisse paraître, le clergé belge entend donner des cours « anti-pédophilie » aux futurs séminaristes (qui, soit dit en passant, se font de plus en plus rares). L’objectif est de leur permettre de mieux gérer la question du célibat et d’éviter de futurs scandales.

Curieuse initiative qui intervient au moment où les sœurs clarisses de Malonne viennent d’accueillir chez elles Michelle Martin, l’ex-femme et monstrueuse complice du tueur en série pédophile Marc Dutroux. Arrêtée en 1996, elle avait été condamnée, en 2004, à 30 années de prison. Elle a bénéficié d’une libération anticipée au mois d’août 2012, grâce à l’intervention et l’aide des religieuses.

Avant leur ordination, les candidats à la prêtrise suivront des cours dispensés par des psychiatres et des professionnels de la pédagogie. Pour Yves Depauwn, psychiatre à l’hôpital Van Gogh de Charleroi, cette initiative n’a aucun sens  : Il est impossible d'éviter de passer à l'acte parce qu'on aura suivi un cursus. On sait bien que c'est faux. Nous qui traitons des gens qui sont passés à l'acte, on imagine que ce sont des traitements de très longue haleine et pour une certaine partie de la population des gens qui sont passés à l'acte, on espère un réel changement, un réel amendement. Par contre, il faut savoir que pour certaines personnes, les thérapies seront tout à fait inefficaces.

Pour le Père Tommy Scholtès, Porte-parole des évêques de Belgique, il estime que  les candidats prêtres doivent aussi être très bien informés de ce qui se passe, des enjeux pédagogiques derrière. La question qui fait peur à tout le monde aujourd'hui des abus sexuels et qu'il faut absolument prévenir.

L’Eglise catholique tente de redorer son blason déjà bien terni par les nombreuses affaires de pédophilie qui font des ravages au sein de son clergé, dans de nombreux pays. Cette mesure semble bien dérisoire face à la gravité de la situation.


Lire l'article complet, et les commentaires